One Piece ~ Evolution V2

Forum Role Play
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 Miam et pas miam[PV: Yumiya Taka]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Miam et pas miam[PV: Yumiya Taka]   Mer 25 Avr - 5:13

-Vas-y, tue les pirates, on a nos affaire las bas ils ne doivent pas faire de dégât. AU pire, fait toi passé pour un chasseur de prime. Ne recherche pas les ennuis avec la marine, tu n’existes pas à leurs yeux, cela doit rester ainsi.

C’est sur cet ordre que je quittais le quartier général de l’Organisation. Et c’est donc à cause de cet ordre que j’étais désormais positionné à Las camp. L’unique avantage que je trouvais dans ces lieux était le faite qu’il n’y avait pas, ou presque de marine. Un pur bonheur. Je n’avais pas à faire attention à ce que je faisais bien que j’évitais tout de même de me faire remarquer. Par conséquent, j’étais au bord de la mer surveillant la cote comme il se devait afin de protéger la ville. Moi, un tueur, j’allais protéger des gens. Ce serait une première. D’après les informations que l’on m’avait fournies par den den mushi, il devait arriver aujourd’hui. Un agent était infiltré et ferait ce qu’il ferait pour s’échapper, au pire, j’avais ordre d’éliminer tout le monde. S’il était encore là au moment où j’attaquerais, ce serait son problème. Sa mort ne me ferait pas un poids sur la conscience. A vraie dire, je m’en foutais totalement.

Plusieurs heures passèrent encore avant que le navire n’arrive en vue des côtes, je somnolais tranquillement sur un rocher l’œil droit suffisamment ouvert pour le voir approcher. Je ne me redressais pas, pas encore. Il faudrait bien une demi-heure avec le peu de vent qu’il y avait avant que le navire ne puisse commencer les ravages. ET de toute façon, je ne pouvais pas empêcher les coups de canon. Qui ne tardèrent pas. Cela me réveilla brutalement, deux canon avait était posé à l’avant du navire afin de pouvoir tirer tout en avançant. Une technique comme une autre, pratique pour attaquer rapidement. Mais avec ce vent, la rapidité ne voulait plus rien dire, malheureusement pour eux. Lentement, je me dirigeais vers le port, des boulets détruisait quelques bâtiment, il y aurait des morts. Mais j’allais pouvoir m’amuser. Oui, je devais les empêcher de piller la ville, mais bon, j’avais aussi le droit de m’amuser. De toute façon, aucun n’en sortirais vivant, j’avais donné ma parole. Si j’échouais, mon sort serait pire que la mort.

J’arrivais au port en même temps que le navire, et contrairement à ce qu’il était le mieux de faire pour la sécurité de la ville, je restais cacher. Oui, je risquais gros en m’engagent comme un fou furieux au milieu de cette bande de hors la loi. De plus, je n’avais aucune preuve qu’il voulait vraiment détruire la ville. Et sans preuve, si je rencontrais un marine, je ne pourrais absolument rien faire. On m’avait bien précisé de ne pas chercher d’ennuis avec l’autorité. Pour une fois. Et j’allais obéir. Oui, désobéir à mon organisation n’était pas une option. Même moi je n’étais pas assez fou pour le faire. Les pirates débarquèrent rapidement, trois d’entre eux attachèrent le navire aux quais alors que les autres courraient vers la ville. Tranquillement, je me montrais. Dans la grande rue en face d’eux dans laquelle, de chaque côté se trouvait de large monticule de caisse en bois. Je grimpais sur l’une d’entre elle me retrouvait a à peu prêt deux mètre du sol et, surveillant mes prochain adversaire du coin de l’œil, enfilais tranquillement mes petites lames. Ils me remarquèrent rapidement et leur premier geste en arrivant fut de détruire les caisses à coup de lames. D’après les informations que je possédais, il s’agissait là d’un groupe de pirate préférant de loin les armes blanches. Pour la simple bonne raison que comme sa ils sentaient leurs victimes mourir. Je les comprenais parfaitement, après tout, j’étais exactement du même genre qu’eux. La caisse s’effondra donc sous mon poids. Maintenant, il fallait que je les empêche de passer. Vif comme l’éclair, je plantais mes lames dans le bras de mon premier adversaire. Il ne cria même pas et se débarrassa de moi comme si j’étais un simple moustique. Je m’étalais sur le sol plusieurs mètres plus loin. Enervé. Du poison sortis de mon corps coulant sur le sol. Des vapeurs toxique s’en échappé, tout cela était mortellement dangereux. Pour tous, sauf pour moi.
Revenir en haut Aller en bas
Yumiya Taka

avatar

Messages : 400
Date d'inscription : 10/11/2011
Localisation : Là où tu n'es pas

Caractéristiques
Riyals:
10/10  (10/10)
Prime: Aucune
Fruit du Démon: Aucun

MessageSujet: Re: Miam et pas miam[PV: Yumiya Taka]   Mer 25 Avr - 6:20

    Las Camp... Lieu dépourvu de base de la Marine, n'ayant donc que très peu de surveillance, bien des pirates peuvent y sévir sans que personne n'agisse. Drôle de lieu où envoyer des Marines sachant que celui-ci était empli des personnes de la pire espèce. Pourquoi devait-elle se rendre là-bas ? Pourquoi elle ? Alors qu'elle vivait des instants paisibles à MarineFord, il fallait qu'on l'envoie là-bas, dans cet endroit plein de bruits et de batailles.

    Elle soupira en posant un pied sur le port, comme à son habitude, elle s'était dirigée vers la terre ferme dès l'arrivée du bateau sans attendre ne serait-ce qu'une seconde, elle préférait mené sa vie en solitaire, loin des Marines. Elle se demandait si un jour, elle pourrait réellement être libre, pour l'instant, elle ne l'était pas, forcé à retourner tout le temps vers le quartier général de la Marine, endroit où elle pouvait se trouver de la nourriture et un endroit où dormir. Si elle vivait seul et libre, elle n'aurait pas ces droits, peut-être durant un certain temps, et après ? Elle devrait voler, se battre ou trouver un travail convenable.

    Voler n'était pas un problème pour elle, mais elle ne pensait pas pouvoir vivre de ça. Se battre en tant que chasseuse de prime était plutôt attirant, mais si elle ne trouvait aucune proie, elle n'aurait pas beaucoup de solutions. Et se trouver un bon travail n'était pas envisageable, elle n'aurait pas le droit à sa liberté, condamné à rester toujours dans le même endroit, à se lever le matin pour partir travailler. Et puis son envie d'aventure et sa curiosité ne serait jamais apaisée.

    Elle enfila en vitesse sa casquette de Marine, elle détestait cette chose qu'elle devait porter, à part attirer ou faire fuir les pirates, elle ne servait à rien. Quoi que, on pouvait avec un peu de chance obtenir un repas ou une nuit dans un hôtel gratuitement. C'était un bien bel avantage, mais cette chose affreuse ne faisait qu'enlaidir les personnes qui la portaient.

    Elle commença à se promener dans l'île, sans vraiment chercher de but. Elle croisa une bonne dizaine de pirates et malgré son irrésistible envie de les envoyer valser à l'autre bout de la terre, elle ne leur accorda aucun regard. Sûrement eux, l'avait-il remarqué à cause de sa casquette, mais soit il l'ignorait à leur tour, soit il pensait à une farce, une Marine, sur cette île ? Et puis quoi encore !

    Elle marcha durant de longues heures sans se soucier du temps qui passait. Elle se commanda une glace dans un petit restaurant et un peu d'alcool. Elle finit tout en rapidité en se rendant compte qu'elle n'avait que trop traîné et qu'elle ignorait encore tout de sa mission.

    Elle laissa quelques pièces et s'en alla du restaurant en prenant la direction du port. Elle entendit alors des bruits, des bruits de bataille en provenance du port. Elle pressa un peu le pas en pensant qu'elle avait certainement raté quelque chose. Lorsqu'elle arriva au port, la première chose qui la frappa était que le bateau de la Marine avait disparu. Ces fichus Marines l'avaient certainement abandonné sur cette île, si seulement elle avait été un peu plus attentive, elle aurait su que l'arrêt sur cette île n'était qu'une halte de quelques minutes.

    Elle soupira et remarqua ensuite que des pirates étaient en train de se battre contre un gosse qui devait avoir dans les quatorze ans. La Marine faillit se diriger vers le lieu du combat avant de remarquer qu'en réalité l'enfant était en train de se battre. Il venait de planter des couteaux dans le bras d'un homme. Une liquide étrange commença à sortir de son corps et Yumiya décida qu'il ne valait certainement mieux pas se rapprocher de lui, mais elle ne pouvait pas non plus laissé un enfant sans défense et puis après tout, c'était son boulot de tuer des pirates.

    Elle se rapprocha donc d'un pas décidé vers le lieu de combat. Elle comprit bien vite qu'aucun des pirates ne semblaient l'avoir remarqué, trop occupé à regarder le gamin. La sous-lieutenante sourit et se saisit de quelques-uns de ses couteaux pour les envoyer dans le tas de pirates. La plupart touchèrent une cible, en même temps, vu comment celles-ci étaient entassées, dur de les rater.

    Certains pirates se retournèrent vers elle. Elle sentit sa rage monter en voyant leur visage, elle ne pouvait simplement pas les supporter. Elle n'eut pas besoin de faire un geste que déjà une partie des brigands se dirigeaient vers elle en brandissant toutes sortes d'armes blanches. Elle sortit quelques-uns de ses couteaux et les envoya sur les premiers pirates. L'un se planta dans une cuisse, l'autre dans un bras et un atteignit comme par miracle un point vital, tous les autres tombèrent un peu plus loin sans jamais rien toucher.

    Les pirates continuèrent leur avancé, comme elle, utilisait des armes de jet, mais ils n'avaient pas l'air plus dangereux. La Marine prit un couteau dans chaque main et planta celui de droite dans le premier ventre qu'elle croisa puis continua à enfoncer ces couteaux dans tout ce qu'elle croisait. Dans sa rage, elle ne s'était même pas encore rendu compte du nombre de blessure qu'on lui avait déjà infligé. Tous les tuer était la seule phrase qui lui venait à l'esprit. Elle les détestait, elle les haïssait, elle voulait tous les voir gisant sur le sol.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Miam et pas miam[PV: Yumiya Taka]   Mer 25 Avr - 8:00

Malgré le liquide sur le sol, un des pirates s’approcha sans hésitation et me planta son épée dans le ventre. J’étais parvenus à l’esquiver, juste légèrement et la lame s’enfonça dans le gras juste à côté des cotes gauche. J’étais planté dans le sol et il me fallut forcer afin que l’épée finisse son travail et que je puisse me dégager. D’un mouvement souple et légèrement saccadée je me relevais en projetant mon poison sur les hommes présent. Au même moment, des couteaux passèrent à côté de moi se plantant dans la masse de chair devant moi. La rue était large mais rater c’est cible était presque impossible. Reculant légèrement, je me retournais et aperçus une jeune femme. La première chose qui frappa mon regard fut la casquette signalant qu’elle était une marine. Du renfort. Bonne nouvelle pour moi bien que sa compliquais légèrement les choses. Fugitivement, je pensais au repas que je manquais à cause d’elle, à moins qu’elle ne meure puis, me rappelant les ordres, je me forçais à rentrer dans mon crâne que désormais, j’étais un chasseur de prime.

Elle me libéra de prêt de la moitié de mes adversaires. Je souris et grimaçais en même temps. Je n’aimais pas la marine, de base c’était des gens que je ne pouvais pas supporter. La justice… Une chose qui ne devrait pas exister. L’organisation doit exister mais c’est la loi du plus fort qui devrait dominer dans le monde. Oui, on se soumet ou c’est la mort, tel sont les critères de mon organisation lorsque l’on décide d’envahir un lieu. Mais cette fois il n’y avait pas eu de préavis, c’était la mort direct. Sans doute cela avait-il déjà était fait. J’esquivais une épée en me penchant et enfonçais mes lames dans les parties génitales de celui qui venait de m’agresser. J’étais pile à la bonne hauteur. L’homme se plia en deux en couinant et de l’autre main, elle aussi équipé de lame, je lui déchiqueté la gorge. Mes armes n’étaient pas faites pour tuer proprement, sauf lors d’un assassinat ou je pouvais tuer d’un unique petit trou dans le cœur. Mais là encore le poison était plus efficace. Non, lorsque j’utilisais mes ongles de métal, cela montrait une véritable boucherie. Malgré le sang qui coulait tranquillement le long de mon corps, j’avançais vers les pirates. Tâchant de ne pas me faire toucher, un serpent de poison sur chaque épaule chargeant chaque ennemi, je voulais qu’une chose… les exterminer.

Une épée me touche la main et ripa sur une des pierres précieuses ne l’entaillant même pas. A la place, la lame termina sur mon torse trouant mes vêtements et laissant une large estafilade des plus dérangeantes. Pensant enfin à mon allier, je supprimer les vapeurs toxique de mon poison et les remplacé par de l’acide. Oui, ainsi il pourrait pénétrer dans le corps des victimes. Un magnifique poison paralysant. Mon poison préférer. Je souris en continuant d’avancer. Il ne me restait plus que dix adversaires. De base l’équipage était peu nombreux. Fort mais peu nombreux. Malheureusement pour eux, contre mon pouvoir ils ne pouvaient pas faire grand-chose. A part me tuer. Encore fallait-il réussir à m’atteindre. Soudain, l’un d’entre eux sortis un pistolet à silex, le pointa sur moi et tira. J’entendis la détonation, une douleur à l’épaule gauche. J’étais à une vingtaine de mètre de lui et l’on voyait facilement que cet équipage était principalement occupé à se battre au corps à corps. La balle c’était loger contre l’os, la douleur envahissais mon corps peu à peu et je tombais à genoux. Criant de victoires, les hommes s’approchèrent de moi en courant mais, dans un effort de concentration, je fis sortir un énorme serpent de mon dos. Acidifié au maximum, empoisonné au maximum et je le projetais sur mes adversaire. Ceux-ci confiant en leurs forces ne s’arrêtèrent pas. Grosse erreur. Ils se prirent mon serpent de plein fouet et, quelques demis seconds plus tard, hurlaient de souffrance. Oh oui, l’acide n’était pas agréable, surtout à cette dose-là. Les yeux, les narines, la bouche, tout était touché sans aucune pitié. Je souris en sentant l’odeur calciné de la chair due à l’acide. Une odeur magnifique mais, malheureusement, les pirates ne serait plus reconnaissable. Tenant mon épaule de la main droite, je me relevais et m’approchais des cadavres afin de vérifiais si ils étaient bien tous sans vie. Cela me semblait être le cas, un liquide violet présent sur tous les corps alors que ceux-ci disparaissaient peu à peu à cause de l’acide. Un spectacle magnifique. Pris de faiblesse, je titubais jusqu’à la pile de caisse la plus proche, m’y adossais et m’assis comme si de rien était, sans faire attention au reste. J’avais perdue beaucoup de sang, et cela ne s’arrêtais pas.
Revenir en haut Aller en bas
Yumiya Taka

avatar

Messages : 400
Date d'inscription : 10/11/2011
Localisation : Là où tu n'es pas

Caractéristiques
Riyals:
10/10  (10/10)
Prime: Aucune
Fruit du Démon: Aucun

MessageSujet: Re: Miam et pas miam[PV: Yumiya Taka]   Mer 25 Avr - 9:22

    La Marine continua à planter ses lames dans tout ce qui osait encore bouger, sans savoir le visage de celui qu'elle atteignait, elle n'avait même pas envie de savoir, il méritait bien de mourir d'une façon atroce et minable. Elle abattit d'un coup de couteau le dernier ennemi et accorda enfin un regard autour d'elle. Plusieurs corps gisaient à ses pieds, tant mieux, c'était ce qu'elle voulait.

    Elle chercha des yeux l'enfant qui était en train de se battre quelques minutes auparavant, elle le trouva à genou face à des pirates en train d'envoyer un espèce de gros serpent qui ne présageait rien de bon. Décidément, ce pouvoir était assez effrayant. Le serpent fonça en plein sur les hommes et quelques demis secondes après que le dragon et les hommes soient entrés en contact, ces derniers se tordirent de douleur et hurlèrent de souffrance, ils étaient en train de fondre, comme des bougies consumées par une flamme. Ce n'était pas un très jolie spectacle à voir.

    L'enfant se releva tout en se tenant l'épaule droite, il n'avait pas vraiment l'air au mieux de sa forme. Il se dirigea vers les corps, y jeta un coup d’œil puis se dirigea vers des caisses. Il s'assit contre l'une d'elle. La Marine le regarda durant de longues secondes en se demandant si elle devait l'aider où le laisser là. Après tout, elle ne le connaissait pas et elle ne savait pas du tout si il accepterait son aide. De plus il n'avait vraiment pas l'air très amical, vu la façon dont il avait tué ces vermines.

    Elle haussa les épaules et se dirigea vers l'enfant en faisant le bilan de ses propres blessures. Elle avait mal partout et constata avec rapidité qu'elle avait des coupures un peu partout, il faudrait certainement qu'elle s'occupe un peu de ses blessures, si seulement ses sombres imbéciles de Marines étaient restés sur place ! Au moins, ils auraient eu du boulot, ici, ce n'était pas les pirates qui manquaient le plus, à moins qu'ils ne soient trop trouillard pour les affronter, se ne serait pas très étonnant après tout. S'ils étaient encore là, elle aurait un endroit où prendre du repos et où soigner ces blessures, au lieu de ça, elle devrait vivre de ses maigres "économies". Quelques berrys. De quoi pouvoir dormir une ou deux nuit à l'hôtel mais certainement pas de quoi s'acheter un bateau. Plus qu'à en voler un !

    Une fois à hauteur de l'enfant, elle s'accroupit devant lui en souriant. S'il n'avait pas été aussi jeune, elle se serait certainement contenté de s'asseoir à côté. Elle tenta de ne pas trop sourire comme le faisait les gens attendris par les petits enfants, après tout, il ne devait avoir quatorze ans qu'en apparence. Elle l'examina durant quelques secondes, elle était loin d'être médecin mais savait encore reconnaitre lorsque quelqu'un était en très mauvaise état. Le garçon était en train de perdre une grande quantité de sang et elle n'avait rien pour le soigner.

    Tout en gardant son sourire, elle lui dit :

    - Eh bien, on peut dire que tu es loin d'être au meilleur de ta forme, il faudrait allez voir un médecin, je suis loin de savoir guérir ce genre de blessure.

    Elle tendit la main au jeune homme pour l'aider à se relever, elle ne savait pas comment serait accueillis cette proposition, après tout, il ne se connaissait même pas. Elle attendit patiemment la réponse de l'enfant tout en restant accroupis et en souriant malgré le fait que cette position n'était pas vraiment très agréable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Miam et pas miam[PV: Yumiya Taka]   Jeu 26 Avr - 7:28

Je soupirais lentement, désormais, tout était calme. Regardant autours de moi je vis que la marine avait terminé son combat. Je fermais les yeux en grimaçant. J’avais beau aimé la souffrance cette fois je m’approchais de la mort. Et, je n’avais pas envie de demander de l’aide. Si il y a bien une chose que je déteste, c’est bien de devoir quelque chose à quelqu’un. Peu à peu ma peau prenait un teint blanchâtre. Je rouvris les yeux au son d’une voix féminine. Elle me paraissait lointaine mais j’avais saisis l’essentiel. La propriétaire de la voix voulait m’aider. J’examinais la jeune femme accroupis devant moi. Elle souriait. Cela me frappa encore plus que ses longs cheveux gris ou bien de son œil recouvert d’un bandeau noir. L’œil gauche pour être précis. Elle me tendait la main, une invitation à me lever. J’étais conscient de devoir aller chez le médecin mais cela voudrais dire que je devrais la vie à deux personnes. Insupportable. C’est fou ce que je ne supporte pas de devoir quelques chose a quelqu’un. Pour le peux que cela devienne une dette que je doive rembourser cette dernière.

Malgré mes blessures, après quelques secondes de réflexion et en prenant bien soin de cacher les pierres précieuses présentes sur le dos de mes mains grâce à mes manches, j’attrapais sa main. Elle m’aida à me relever. Je gémis légèrement laissant libre mes sensations mais aussi en imaginant tout ce que je devrais faire pour rembourser ma dette. En temps normal je ne ferais pas un bruit mais, cette fois, afin de ne pas paraître trop étrange j’avais décidé d’en faire, et oui, toute personne normale ne bougerait pas sans faire de bruit. Une fois debout, je m’appuyais lourdement sur elle. Mes jambes tremblaient violement. Je n’avais pas confiance dans les médecins d’ici et d’après ce que j’avais comprit, la jeune femme n’avait pas les compétences pour le faire elle-même. J’allais me faire engueuler mais bon, je n’avais pas la force de parler assez fort pour me faire entendre correctement. Je murmurais juste assez fort pour qu’elle m’entende.

-Appel, den den mushi, dit juste que il y a urgence et demande un médecin, il en fournira un… j’espère.

De la main qui restais libre je lui tendis le den den mushi que l’organisation m’avais fournit afin que je fasse mon rapport. Toujours la même chose. J’allais me faire engueuler mais, je devais avouer que je n’avais pas envie de mourir. Pas encore. Cela faisait un bon moment que je n’avais pas était blessé, que je n’avais pas reçu de blessure sérieuse et la, apparemment, la balle avait fendue l’os. Chaque mouvement du bras gauche était douloureux et, au final, je finis par le laisser pendre le long de mon corps en attendant la suite. La marine serait sans doute dirigé par le chef, j’avais beau donner un numéro sensé ne pas être donner à la marine, je faisais un bon assassin, et j’étais sur qu’il m’aiderait. L’avantage de cette manœuvre, c’est que le médecin auquel on aurait affaire serait fiable mais surtout, nous n’aurions pas à le payer. Ce serait l’organisation qui s’en chargerait un peu plus tard. J’espérais deux choses de la jeune femme, qu’elle m’aide a aller chez le médecin, que ce soit quelqu’un d’indiquer par l’organisation, ou que ce soit un médecin qu’elle avait elle-même choisit. Au pire, je n’avais pas vraiment le choix. Mais j’espérais aussi qu’elle ne considérerait pas se sauvetage comme créateur de dette. Ho oui, le plus grand bonheur serait de ne pas avoir de dette. Bien que si elle considérait que je lui devais quelques choses, je réaliserais son souhait. Oui, je n’avais pas le choix. Non parce qu’elle était plus forte que moi, ce qui n’était pas sur. Mais plutôt parce que je n’avais pas le droit de chercher des embrouilles a quelqu’un appartenant à la marine. Il faudrait que je fasse ce qu’il fallait pour être tranquille, sans provoquer de problème. Une chose nouvelle pour moi et, cette idée ne me plaisait pas plus que de laisser en vie quelqu’un sans même avoir pu le toucher.

Revenir en haut Aller en bas
Yumiya Taka

avatar

Messages : 400
Date d'inscription : 10/11/2011
Localisation : Là où tu n'es pas

Caractéristiques
Riyals:
10/10  (10/10)
Prime: Aucune
Fruit du Démon: Aucun

MessageSujet: Re: Miam et pas miam[PV: Yumiya Taka]   Jeu 26 Avr - 8:37

    Le garçon semblait hésiter quant à saisir la main de la jeune femme, il l'empoigna quand même pour se relever. En se relevant, il gémit doucement puis une fois debout, s'appuya sur la Marine. Heureusement qu'il ne pesait pas 80 kilos, sinon, Yumiya serait certainement déjà par terre. Elle baissa sur les yeux et remarqua que les jambes de l'enfant étaient en train de trembler. Elle soupira en se demandant si il n'allait pas s'écrouler dans la seconde. Au lieu de ça, il prononça quelques mots que la borgne réussit à peine à entendre :

    - Appel, den den mushi, dit juste que il y a urgence et demande un médecin, il en fournira un… j’espère.

    Sur ces mots, il lui tendit un appareil. D'où pouvait-il bien tenir ce Den den mushi ? Il ne devait certainement pas agir tout seul, après tout, à moins d'avoir un den den mushi pour contacter un ami, il devait y avoir quelqu'un qui tirait les ficelles derrière l'appareil. Elle prit l'appareil dans les mains sans vraiment savoir ce qu'elle allait dire, elle préférait ne rien révéler sur son identité, qui sait qui se trouver au bout du fil, cela pouvait très bien être un ennemi. Au moins, elle était sûr d'une chose, elle ne dirait rien sur elle, et si par malchance une question sur son identité tombait, elle balancerait l'appareil un peu plus loin et chercherais d'elle-même un médecin.

    Elle soupira et se creusa le crâne encore quelques secondes avant de décrocher l'appareil pour ne dire :

    - Allô ?! Y a quelqu'un ?

    C'était assez basique comme phrase pour débuter une conversation au den den mushi. Un long silence suivit, elle faillit croire que la machine ne marchait même pas, elle était sur le point de balancer l'engin par terre quand une voix répondit enfin par un « Qui est là ?». Il fallait un peu s'en douter après tout. Elle se retint bien de détruire l'instrument puis se décida à tenter le coup en répondant :

    - Peu importe. Il nous faut un médecin, l'enfant aux cheveux noirs est gravement blessé et si vous ne voulez pas avoir sa mort de la conscience vous avez tout intérêt à nous en fournir un !

    A nouveau du silence. Elle se demanda si la personne derrière l'appareil était au moins un peu préoccupait par le garçon. Après tout, il l'avait peut-être envoyé à la mort intentionnellement. Elle recommença à s'interroger sur le garçon. Il était un peu étrange, à coup sûr il avait un fruit du démon et était aux ordres de quelqu'un de louche.

    Elle chassa ces questions en pensant qu'elle aurait tout le loisir d'interroger l'enfant lorsqu'il irait un peu mieux, en attendant, ce silence commençait à l'agacer un peu. Elle reprit à nouveau la parole :

    - Allô ?! Vous êtes toujours là ?

    Cette fois-ci, elle n'eut pas à attendre très longtemps, la voix lui répondit immédiatement pour lui indiquer un médecin. Elle attendit qu'il eut finis de lui donner ses indications pour lui dire :

    - Merci bien !


    Elle jeta l'appareil derrière elle, sans savoir si l'enfant en avait encore besoin ou pas. Tant pis, de toute façon, la personne derrière l'appareil n'avait pas l'air des plus sympathique. Tout ce temps perdu alors qu'il y avait un blessé qui attendait un médecin.

    Elle jeta un coup d’œil sur le dit blessé et pensa qu'il ne pourrait jamais marcher dans cet état, en tout cas, il ne ferait que les ralentir, elle pourrait bien le porter jusque chez le médecin. Elle le fit donc monter sur son dos sans se soucier de son avis, si ça ne lui convenait pas, tant pis pour lui, il n'avait pas vraiment le choix dans l'état dans lequel il était.

    Elle commença à marche en se remémorant ce que lui avait dit l'homme. A priori, le médecin ne se situait qu'à quelques centaines de mètre du lieu où elle se trouvait, tant mieux. Elle réussit à atteindre le lieu en l'espace d'une quinzaine de minute. Elle déposa le garçon sur le sol pour pouvoir toquer à la porte, à la seconde qui suivit, une personne ouvrit et se saisit de l'enfant, laissant à peine le temps à la Marine de s'introduire dans le bâtiment avant de renfermer la porte.

    Yumiya souffla un bon coup en voyant le médecin partir avec l'enfant. Elle avait l'impression de voler maintenant qu'un poids était retiré de son dos.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Miam et pas miam[PV: Yumiya Taka]   Lun 30 Avr - 0:27

Elle prit le den den mushi après quelque secondes. Il en fallut encore plusieurs avant qu’elle ne décroche. J’espérais qu’elle aurait l’intelligence de ne pas dévoiler son identité. Si le boss savait qu’il s’agissait d’une marine, les chances qu’il me fournisse un médecin serait plus faible. Heureusement, elle ne se présenta pas. J’écoutais la conversation d’une oreille distraite. Pour le moment, je m’efforçais de rester debout. Ma main gauche était posé sur ma blessure à la hanche tentant de diminuer l’intensité de la couler de sang. J’avais l’impression d’être sur un navire en pleine tempête. D’un coup je revins à la réalité. La douloureuse réalité ou mon den den mushi s’écrasa sur le sol. Un tremblement parcourus mon corps entier et, juste après, je me retrouvais sur le dos de la jeune femme. Apparemment, elle savait ou aller, je ne protestais pas même si le mot dette raisonner douloureusement dans mon esprit. Je passais lentement mes bras par-dessus ses épaules pour faciliter mon maintien et posais doucement ma tête à la base de sa nuque. Je murmurais un merci qui pour une fois était sincère. Je ne devais pas fermer les yeux. Si je fermais les yeux, je serais a l’article de la mort. Du moins c’est ce que tout le monde affirme.


Pas un seul mot ne fus prononcé sur tout le trajet ce qui ne m’aida pas a resté éveillait mais je ne rallais pas. De toute façon je n’en avais plus la force. Le temps passa, lentement, trop lentement à mon goût. Et, enfin, la jeune femme me déposa au sol devant une petite maison. Apparemment, nous étions arrivés. Elle frappa à la porte et presque immédiatement elle s’ouvrit. Je peinais a tenir debout et l’homme qui venait d’ouvrir le remarqua. Il m’attrapa, me souleva et m’emmenas avec lui fermant la porte juste après que la marine ais pénétré dans le bâtiment. Je me laissais faire, dépourvu de toute volonté. Tout était prêt pour moi. Le boss n’était pas vraiment sympa, mais au moins, ceux qui lui obéissaient étaient efficaces. Sa, il n’y avait rien à y redire. L’homme m’allongea sur un lit, les yeux dans le vague, je ne faisais attention à rien. Rapidement, il me força à enlever mes vêtements du haut qui commençait à coller à ma peau à cause du sang. Puis, il s’occupa d’abord de ma blessure à la hanche. Il palpait sans faire attention s’il me faisait mal ou non. Il n’avait même pas pensé à m’endormir. Sans doute le boss lui avait-il demandé de ne pas gaspiller de médicament pour moi. Je gémis en regardant l’entrée de la pièce et je remarquais que la marine nous avaient suivit. Bonne ou mauvaise chose, cela je n’aurais pas pu le dire, de toute façon, pour le moment tout ce qui m’importais, c’était mes blessures. Qui me faisait de plus en plus mal.


Le médecin attrapa une aiguille et du fil ainsi qu’une bouteille d’alcool. Il ouvrit le bouchon et une odeur répugnante en sortis. L’alcool était fort, parfait pour désinfectais de façon désagréable. Je me crispais et, juste après, le liquide s’écoula sur ma blessure. Je fermais les yeux, serrer les dents et grognais de douleurs. C’était pire que dans mes souvenirs. Il ne lésina pas sur la quantité, vidant presque la moitié de la poubelle, ce qui dura un temps qui me parut infinie. Un temps pendant lequel mon corps s’enflamma de douleur. La seconde étape fut de recoudre. Et elle fut aussi douloureuse et surtout, surtout, beaucoup plus longue. Je m’efforçais de ne pas bouger, mon corps tendue comme un arc, il m’arrivait d’être prit de tremblement. Dans ces moment la, il arrêtait simplement de me soigner. De la sueur perla sur mon front coulant le long de mon visage alors qu’il terminait de me recoudre. J’ignore comment ce remède fonctionnait, pourtant, j’avais arrêté de saigner.


Ensuite il s’occupa de l’épaule. Une lame fine à la main, il élargit la plaie, délicatement, je sentais la lame se tailler un chemin dans mon épaule de plus en plus profond. Il posa le couteau sur le bord saisissant d’une main une pince, et de l’autre une large plaque de métal. Il fit pénétrais la plaque dans la plaie et la tourna de façon à écarter les lèvres de celle-ci puis, avec la pince, lentement il alla chercher la balle. Je grimaçais encore et une larme unique coula lentement sur ma joue gauche. Une deuxième la rejoignit lorsqu’il désinfecta le tout à l’alcool mais pas une seule fois je pensais à me plaindre. Déjà c’était pas mal que je sois soigné. Il faut dire que dans l’organisation je n’avais pas très bonne réputation. Certes nous étions tous des criminelle, mais ce que je faisais a mes victimes… cela tout le monde le savait, et personne n’aimait. J’étais le seul à comprendre la beauté de mon art. Le médecin me redressa et me banda enroulant le tout autours de mon torse afin de le maintenir correctement.


-Maintenant, t’évite de trop bouger. Il te faudra quelques semaines avant d’enlever les points de suture. Vous pouvez rester ici quelques heures le temps de reprendre des forces. Après partait, personne ne vous dérangeras. Je serais à la cave si les blessures empirent.


Sans faire attention à la marine il sortit de la pièce. J’ignorais pourquoi il allait à la cave, sans doute pour faire son rapport au boss. Je regardais donc la marine qui était toujours présente et dit même si je n’en avais pas l’habitude.


-Merci de m’avoir aidé.
Revenir en haut Aller en bas
Yumiya Taka

avatar

Messages : 400
Date d'inscription : 10/11/2011
Localisation : Là où tu n'es pas

Caractéristiques
Riyals:
10/10  (10/10)
Prime: Aucune
Fruit du Démon: Aucun

MessageSujet: Re: Miam et pas miam[PV: Yumiya Taka]   Lun 30 Avr - 4:54

    Yumiya suivit les deux personnages jusqu'à l'entrée d'une salle où devait certainement se dérouler la guérison de l'enfant. Le docteur fit s'installer son patient sur un lit, jusque là, tout semblait plutôt normal. Elle posa ses yeux sur le sol ne préférant ne pas assister au moment où le médecin allez commencer à guérir le garçon, elle n'avait jamais aimé voir ce genre de chose, rien ne l'avait jamais destiné à devenir médecin et elle n'avait jamais voulus en devenir un, elle ne supportait même pas de voir des piqûres.

    Elle attendit, elle ne sut combien de minutes, que tout soit terminé tout en laissant divaguer ses pensées et oubliant ce qu'il y avait autour d'elle en cet instant. Elle en avait même oublié le lieu où elle était et les raisons qui l'avaient mené ici. Lorsqu'elle reprit le cours de ses pensées, en levant les yeux, elle se rendit compte que le médecin avait achevé de soigner l'enfant. Il était en train de lui bander le torse.

    Lorsqu'il eut achevé son travail, il dit quelques mots puis sortit de la pièce sans accorder un regard à la borgne qui se demandait si elle devait l’assommer pour ne pas lui avoir accordé un regard depuis le début ou le remercier d'avoir soigné le garçon, au lieu de ça, elle se contenta de l'ignorer à son tour tout en notant qu'il était descendus à la cave pour faire on ne sait quoi, laissant là son patient qui regarda la Marine avant de lui dire :

    -Merci de m’avoir aidé.

    Ce remerciement fit sourire la borgne, non pas qu'il lui fasse plaisir, mais qu'elle plutôt qu'elle n'avait jamais imaginé recevoir un merci de la part de l'enfant, il n'avait pas vraiment l'air d'une personne qui avait eut beaucoup de personnes à remercier dans sa vie. En y repensant, elle non plus n'avait eut cette occasion que dans très peu de cas.

    Il ne lui fallut que quelques secondes pour préparer une réponse au garçon, après tout, elle n'avait pas besoin de trop réfléchir pour savoir ce qui l'avait motivé à sauver le plus l'enfant.

    - Tu n'as pas à me remercier pour ça. Si je t'ai aidé, ce n'est pas pour toi mais pour moi.

    Elle préféra ne pas donner plus de détails. Au lieu de ça, elle passa très vite à autre chose dans son esprit, sur toutes ces question sur l'enfant. D'où venait-il ? Que faisait-il ici ? Comment s'appelait-il ? Il n'en savait pas beaucoup plus sur elle, qu'elle sur lui, mais le fait de ne rien savoir sur le garçon perturbait un peu la Marine. Elle voulait déjà l'interroger bien avant mais étant blessé, elle avait préféré le laisser se reposer, mais maintenant il allait beaucoup mieux. Elle lui dit donc :

    - Néanmoins, je ne sais pas si j'ai bien fait de t'aider mais pour ça il faudrait que je te connaisse un peu mieux. Je me demande donc ce que tu faisais là-bas, à combattre des pirates, ce n'est pas très commun.


    Elle regarda le garçon, attendant sa réponse, elle agirait en fonction de celle-ci, passant de l'idée de continuer à lui parler si ce n'était qu'un civil innocent jusqu'à l'égorger sur le champ si il s'avérait être un pirate, ce n'était pas parce qu'elle l'avait gentiment aidé, qu'elle allait le laisser tranquille pour autant. S'il lui disait qu'il n'était qu'un civil, elle aurait sûrement du mal à le croire, à moins qu'il ne soit un genre de civil différent de ceux, innocents, qui vivaient leur vie loin des conflits du monde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Miam et pas miam[PV: Yumiya Taka]   Lun 7 Mai - 14:37

Je la regardais attentivement, elle sourit, un sourire qui ne semblait pas avoir droit à sa présence sur ce visage. Du moins en temps normal. C’était étrange surtout que vue sa réponse, je n’avais, d’après elle, pas besoin de la remercier. De plus, elle avait fait soit disant sa pour elle mais je ne comprenais pas en quoi je pouvais être utile. Oui, après tout, je n’étais qu’un gosse sans vraiment de valeur. En dehors des pierres précieuses incrustées sur le dos de mes mains et dans mon dos, je n’avais vraiment aucune valeur. Cela j’en étais persuader. Elle recommença à parler et cette fois elle posait des questions. Dérangeante. Des questions que j’aurais préféraient qu’elle garde pour elle car désormais, le terrain devenait dangereux. Je n’étais pas en état de me battre mon bras gauche parvenant tout juste à bouger. De plus, j’étais sur de ne pas pouvoir me déplacer correctement à cause de se satané coup d’épée. Intérieurement, je maudis le boss qui m’avait ordonnée de ne pas attaquer les marines. Cela compliquait ma tâche, oui, cela la compliquait beaucoup. Je regardais le sol, un regard vide, un peu perdue, je ne savais pas quoi faire. Alors que je m’apprêtais à abandonner et a dire la vérité afin de voir comment elle réagirait, les mot chasseur de prime résonnèrent dans ma tête. Oui, le boss m’avait dit de me faire passer pour l’un d’eux. Avec un peu de chance, cela passerait.

-Je suis un chasseur de prime, j’étais la par hasard et je les ais vue débarquer. Je pouvais pas rester la à ne rien faire.

Ce fus dure, ma voix était lente comme si je fonctionnais au ralentit sans doute parce que mon cerveaux réfléchissait et que pour moi, réfléchir à autre chose que tuer et un effort presque insurmontable. Il fallait que j’ai l’air sur de moi. Mais avoir l’air sur de soit devant le genre de personne que l’on n’aime pas et que l’on n’a même pas le droit de combattre. Ce n’est pas vraiment évident, enfin pour moi. J’ai beau avoir l’habitude de mentir et de raconter un peu n’importe quoi pour expliquer ce que je fais, cette fois, je faisais panne sèche. Dommage. Une idée me vain, a moi de poser des questions. Oui, elle aussi n’avait rien à faire la. Mon boss me l’avais bien dit, les chances que je croise un marine était extrêmement faible. Encore plus une marine agissant seul.

-Et vous, pourquoi une marine est-elle présente seul dans cette ville ?

Et oui, la marine était rare par ici, c’était bien pour sa que mon boss m’avais envoyé. Intérieurement je grognais, chaque respiration me faisait mal et je sentais que j’étais blême. Si seulement je pouvais réussir à faire bonne figure. Je serais beaucoup plus convaincant. Mon estomac grogna violement, il réclamait désormais son dus. Déjà que j’avais du laisser de la nourriture sur place, des cadavres si beau, si frai. Et maintenant j’attendais la. C’était plus que ce que mon estomac pouvait supporter. Il grogna à nouveau et je souris pauvrement.

-Vous ne voudriez pas continuer à parler de ce genre de chose dans un restaurant ? J’ai faim.
Je la regardais, je ne sais pas pourquoi mais je la sentais méfiante, comme si quelque chose dans mes actions ou mes paroles lui avait déplus. J’ajoutais donc.

-Ne vous inquiétez pas, je ne risque pas de fuir. De toute façon, je ne pense pas que je pourrais aller bien loin dans mon état, et vous pourrez continuer à me questionner.

J’étais prêt à partir, pour moi tout était joué, personne de sensé ne refuserais une invitation à un repas. Lentement et délicatement, je remis mes vêtements troué et tâché de sang, il faudrait que je les lave ou que je m’en retrouve d’autre. Mais pour le moment cela ferait parfaitement l’affaire.
Revenir en haut Aller en bas
Yumiya Taka

avatar

Messages : 400
Date d'inscription : 10/11/2011
Localisation : Là où tu n'es pas

Caractéristiques
Riyals:
10/10  (10/10)
Prime: Aucune
Fruit du Démon: Aucun

MessageSujet: Re: Miam et pas miam[PV: Yumiya Taka]   Mar 8 Mai - 1:08

    La réponse de l'enfant se fit un peu attendre, comme s'il réfléchissait à celle-ci. Il ne devait certainement pas avoir de réponse toute faite et cela encouragea la Marine à être encore plus méfiante. Elle doutait maintenant qu'il ne lui dise vraiment la vérité. La réponse arriva enfin :

    -Je suis un chasseur de prime, j’étais la par hasard et je les ais vue débarquer. Je pouvais pas rester la à ne rien faire.

    Chasseur de prime ? Elle n'avait jamais entendu parler de chasseur de prime agissant en groupe, dans une organisation. Elle n'était vraiment pas convaincu des mots de l'adolescent mais après tout, s'il était son ennemi, il l'aurait certainement déjà attaqué, ce n'était pas encore le cas. La Marine garda le silence malgré ses doutes. Elle laissa le prétendu chasseur de prime continuer à parler :

    -Et vous, pourquoi une marine est-elle présente seul dans cette ville ?

    Voilà une question qu'elle ne préférait pas vraiment aborder. Sa situation était un peu bête, une Marine qui va se promener sur une île et ses compagnons qui partent sans elle. Qu'ils étaient sympathiques ces gens ! Elle regarda le garçon, il n'avait pas la tête du chasseur de prime, ce n'était jamais très bien de juger les gens à leur tête, mais elle ne pouvait s'en empêcher sur le moment. Il prit alors un petit sourire et lui dit :

    -Vous ne voudriez pas continuer à parler de ce genre de chose dans un restaurant ? J’ai faim.

    Un restaurant ? Ça donnait plutôt envie, d'autant qu'il ne lui restait presque plus d'argent. Néanmoins, elle n'était pas sûr de pouvoir faire confiance à quelqu'un qui ne lui disait même pas la vérité sur son identité, du moins c'était ce qu'elle pensait. La garçon ajouta alors :

    -Ne vous inquiétez pas, je ne risque pas de fuir. De toute façon, je ne pense pas que je pourrais aller bien loin dans mon état, et vous pourrez continuer à me questionner.


    La dernière remarque était plutôt convaincante, elle aurait certainement encore l'occasion de découvrir toute la vérité sur l'identité de l'enfant. Celui-ci enfilait déjà ces vêtements troué et taché. La Marine devait certainement avoir la même allure, elle se demandait si un restaurant les accepterait habillés de cette façon. Certainement, après tout, ils étaient sur une île truffé de pirate et sans Marine, les personnes bizarres devaient courir les rues.

    Elle accepta la proposition d'un simple :

    - Bon, très bien.


    Elle ne prit pas tout de suite la direction de la sortie, elle tenait à s'assurer que l'enfant dise bien la vérité, elle avait vite appris que pour le moment, la seule personne en qui elle pouvait vraiment faire confiance, c'était elle-même. Elle resta donc planté sur place et continua à parler :

    - Mais avant ça, j'aimerais savoir la vérité sur ton identité, j'avoue que j'ai vraiment du mal à croire en ton histoire de chasseur de prime qui se retrouve là par hasard avec un den den mushi appelant on ne sait qui.

    Elle guetta sa réaction sur ses paroles. Elle espérait que ses doutes soit fondé, sinon, elle se serait planté royalement et en plus d'avoir été abandonné sur une île remplie de ses ennemis, elle n'aurait pas été capable de voir clair dans un enfant. Même si le fait qu'il soit vraiment chasseur de prime était plutôt rassurant, elle espérait que son opinion ne se soit pas tromper.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Miam et pas miam[PV: Yumiya Taka]   Mer 9 Mai - 7:46

Elle accepta ma proposition, pourtant, elle ne semblait pas convaincue que ce que je disais était la vérité. Et cela m’ennuyais. D’un autre côté, j’avais l’intuition que si je lui disais la vérité elle ne me croirait pas non plus. Et si jamais elle me croyait, elle me tuerait sur le champ. Et si elle me ratait, ce serait le boss qui me tuerait tranquillement avant de déménager l’organisation. C’était… ennuyeux. A ma grande déception, alors que mon estomac grondait encore de colère tellement il avait faim. Je me levais descendant du lit. Pas longtemps. Afin de ne pas tomber je fus obligée de me tenir à ce meuble si moue et si attrayant. Pourtant, je voulais manger. Et je savais que le médecin ne me servirait rien. Une intuition comme une autre me le disait aussi fort que mon estomac grondait. Alors que je me stabilisais lentement, la marine parla à nouveau. Elle émettait des doutes, des gros doutes sur ce que j’affirmais. Je soupirais doucement en pensant que parfois, les gens ne devraient chercher trop compliqué. Je disais que j’étais un chasseur de pirate, pourquoi personne ne me croie quand je dis ça ? Peut-être à cause de mon âge, il faut dire que des chasseurs de pirates de mon âge sa doit pas courir les rue. Je compris pourtant, grâce à la fin de sa phrase, que c’était plutôt l’appel qui lui avait mis la puce à l’oreille. Encore une erreur de ma part. C’est fou ce que l’on commet comme erreur lorsque l’on était blessé. Je répondis donc en prenant un air légèrement offensé. Ce qui était bien entendue faux puisque je n’étais absolument pas ce que j’affirmais.

-Je suis chasseur de prime, et l’homme avec qui vous avez parlé c’est un informateur. Je le paye pour qu’il m’informe de la présence d’éventuel pirate dans certain lieu ainsi que pour qu’il me fournisse ce qu’il me faut pour survivre.

J’espérais que cela suffirais, ma voix restait faible et sans aucun doute peu convaincante mais, je ne pouvais pas faire mieux. Mon estomac gronda à nouveau et je souris pauvrement en ajoutant.

-Malheureusement c’est pas quelqu’un de très sympa, tout comme ses autres contacts d’ailleurs.

Je grimaçais en repensant a l’opération, tout de même, ce foutu médecin aurait pu utiliser quelque anti douleurs ou quelque chose pour adoucir ce qu’il faisait. Désormais j’étais stable sur mes jambes et espérant avoir un minimum convaincu mon interlocutrice, je me mis à me déplacer. Effort surhumain s’il en est chaque mouvement causant des douleurs dans la hanche ainsi qu’à l’épaule gauche à chaque petit choc. Je grimaçais en avançant lentement. Ce que j’avais dit avant était vraie, je n’étais vraiment pas en états de fuir ou de me battre. Avec un peu de chance j’aurais pu utiliser mon pouvoir et, grâce à l’acide, la faire disparaître comme si elle n’avait jamais existé. Mais le faire aurait était enfreindre un ordre et enfreindre un ordre signifie la mort. Je dispose d’une certaine mobilité tant que je reste à disposition pour le boss, mais il y a des limites. Je m’arrêtais à côté d’elle et dit d’une voix légèrement suppliante.

-Bon, on peut aller manger maintenant ? J’ai vraiment faim moi.

Le dernier mot se termina comme une plainte alors que mon estomac se contracter afin de montrer qu’il n’était pas content. Sa je l’avais compris d’ailleurs mais apparemment, il n’était pas satisfait. Comme si je n’avais déjà pas assez mal partout. En plus, je ne pouvais même pas me permettre de sourire sous la douleur, cela aurait sans aucun doute était pris comme de la moquerie de la part de la Marine ce qui contrarierait mes plans. Oui, plus elle se méfierait, moins je parviendrais à m’en débarrasser et, de plus, si je ne parvenais pas à la convaincre, nous n’irions pas manger. Cela ne me dérangeais pas qu’elle me pose des questions mais de là à m’empêcher de manger, il y avait des limites.
Revenir en haut Aller en bas
Yumiya Taka

avatar

Messages : 400
Date d'inscription : 10/11/2011
Localisation : Là où tu n'es pas

Caractéristiques
Riyals:
10/10  (10/10)
Prime: Aucune
Fruit du Démon: Aucun

MessageSujet: Re: Miam et pas miam[PV: Yumiya Taka]   Mer 9 Mai - 8:30

    L'enfant répondit à la Marine, d'un air qui se voulait offensé :

    - Je suis chasseur de prime, et l’homme avec qui vous avez parlé c’est un informateur. Je le paye pour qu’il m’informe de la présence d’éventuel pirate dans certain lieu ainsi que pour qu’il me fournisse ce qu’il me faut pour survivre.

    Elle n'était pas vraiment sûr que ces paroles soient vrais, elle ne voulait pas envisager la possibilité qu'elle ait pu faire fausse route sur cette enfant. Elle ne l'imaginait tout simplement pas à chasser des pirates, c'était vraiment très étrange comme histoire. Néanmoins, elle se décida à arrêter ses questions pour le moment. Elle n'était pas convaincue et resterait sur ses gardes, tant qu'elle n'était pas sûr de qui il était et de ces intentions vis-à-vis d'elle.

    Le garçon continua sur sa lancée en disant :

    - Malheureusement c’est pas quelqu’un de très sympa, tout comme ses autres contacts d’ailleurs.

    Ah ça ! Elle n'espérait ne jamais avoir à le croiser, il avait tellement hésité avant de lui répondre qu'elle n'avait eut qu'une envie : casser le den den mushi. Et ce médecin... Il n'était vraiment pas très aimable... En y pensant, elle non plus n'avait jamais voulu être aimable, c'était tout le contraire, mais un petit "bonjour" n'avait jamais tué personne et même elle, était capable d'un tel effort.

    Elle remarqua que le garçon s'était mis à marcher, il semblait que chaque pas lui coutait de la douleur. La Marine se demanda si elle devait l'aider ou le laisser se débrouiller tout seul. Elle opta pour la seconde option et le regarda avançait jusqu'à elle. Il s'arrêta à ses côtés pour lui dire d'une voix suppliante :

    - Bon, on peut aller manger maintenant ? J’ai vraiment faim moi.

    Qu'il était agaçant cet enfant ! Il ne pensait vraiment qu'à manger et s'il espérait qu'elle l'aide en plus à marcher, il pouvait tout de suite oublier. Elle le toisa durant quelques secondes, elle se méfiait toujours de lui, même si ce n'était qu'un enfant. Elle lui dit alors :

    - Très bien, allons-y, même si je ne te crois pas beaucoup plus... J'espère ne pas avoir à regretter de t'avoir sauver.

    La dernière phrase était plus une menace qu'autre chose, au moindre faux pas, elle n'hésiterait pas, enfant ou pas, sauvé ou pas.

    Elle n'attendit pas une seconde de plus et sortit dehors. Elle en avait assez de rester cloitré dans le cabinet du médecin impoli qui avait disparut dans la cave. Ce qu'elle trouva dehors n'était pas vraiment meilleur. Les rues grouillaient de pirates, tous aussi pire l'un que l'autre. Elle aurait bien voulu tous les abattre sur le champs mais il y en avait trop pour une personne, du moins pour elle. Ce genre de personne ne devrait pas exister.

    La Marine serra les poings et se mordit les lèvres. Elle chercha du regard l'enfant et lorsqu'elle l'eut trouvé, elle lui demanda :

    - Est-ce que je peux au moins connaitre ton prénom ? A moins qu'il ne soit un secret ?


    Elle le fixa, espérant au moins connaitre cette réponse là. S'il ne voulait pas le lui révéler, elle lui trouverait très bien un surnom, certainement pas très glorieux, ça elle en était certaine. Elle ne prit pas la peine de se présenter elle-même, elle n'avait rien envie de dire à l'enfant tant qu'elle n'en savait pas un peu plus sur lui. Il lui avait déjà posé une question, pourtant, elle ne lui avait même pas répondus. Elle préférait éviter le sujet de toute façon, il était donc mieux que le garçon n'y repense plus et qu'il oublie, ça lui éviterait de passer pour une imbécile... A moins qu'elle ne raconte une histoire totalement fausse, cette idée la tentait bien...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Miam et pas miam[PV: Yumiya Taka]   Dim 20 Mai - 7:33

Elle ne m’aida pas à marcher et le pire fus sans aucun doute le faite qu’elle me toisait. C’est fou ce que je déteste les gens comme sa. Encore quand sa viens de moi sa ne me pose aucun problème. Après tout moi j’ai le droit même si toiser les gens avec ma taille c’est pas vraiment une chose facile. Mais la ce n’était pas moi qui toisait, c’était quelqu’un d’autre qui me toisais et je n’appréciais pas vraiment. En plus, d’après ce qu’elle disait, elle ne me croyait toujours pas bien qu’elle espérait ne pas avoir à regretter de m’avoir sauvé la vie. Je soupirais. Elle faisait bien de ne pas me croire mais pour une fois que je ne voulais pas de mal à la marine. J’aurais bien aimé qu’elle me croit. Elle sortit du bâtiment sans m’attendre mais au moins, elle était d’accord pour aller manger. C’était déjà la une bonne chose de faite il ne restait plus qu’à faire en sorte qu’elle me fasse confiance afin d’être tranquille. Et sa, sa serait beaucoup plus compliqué. Elle était sortie et moi, j’avançais lentement. J’aurais pu aller plus vite mais bon, je n’étais pas prêt à faire des efforts pour quelqu’un de son espèce. Déjà que c’était une marine. Qui n’avait toujours pas enlevé sa casquette. Qui était seule. Au milieu d’une ville de pirates. Une inconsciente parfaite et, si elle mourrait, cela me serais reproché. Je frissonnais à cette idée.

Je sortis du bâtiment et faillit la percuter. Elle était juste devant la porte et apparemment elle m’attendait, impatiemment. Elle serrait les poings et se mordait la lèvre. Soit elle m’en voulait pour je ne sais qu’elle raison, soit, elle ne supportait pas la vue de tous ces pirates. Surtout que seule, elle ne pouvait absolument rien faire contre eux. A part mourir. Mais sa il ne fallait surtout pas que sa arrive. Pas pendant que j’étais la. Elle me regarda, et me demanda comment je m’appelais. Gros problème. Je ne pouvais pas répondre Mr Chat. Même si c’était peu probable que la marine connaisse ce pseudonyme. Un vague souvenir remonta rapidement dans ma tête, celui de mon prénom. Lentement je prononçais.

-Tanamara.

Je souris légèrement, cela faisait longtemps que je n’avais pas dit mon prénom a quelqu’un, cela faisait bizarre. Comme si cela m’avais manqué. Pourtant, je ne suis pas du genre à éprouver des sensations de manque sur des choses aussi futile que sa. Je rajoutais tranquillement.

-Mais bon, appel moi comme tu veux, sa a pas grande importance.

Je soupirais en regardant autours de moi. Pour moi, toute personne ici était un ennemi potentiel. Même la marine. Bien qu’elle n’était pas une cible. Un pistolet se leva à l’autre bout de la rue. Immédiatement mes yeux se fixèrent sur l’homme qui tenait l’arme. Le canon était pointé vers nous. La casquette était repérée. Juste avant qu’il ne presse la détente je me baissais brutalement et fauché les jambes de la marine. Elle tomba, la balle la frôla et je toussais, violement. Crachant du sang sur le sol je m’écroulais en grimaçant. J’aperçus des hommes qui s’approchaient et je dis à la marine aussi fort que je le pus.

-Ici, t’es en danger de mort, enlève ta putain de casquette et te fait pas remarquer merde !
Revenir en haut Aller en bas
Yumiya Taka

avatar

Messages : 400
Date d'inscription : 10/11/2011
Localisation : Là où tu n'es pas

Caractéristiques
Riyals:
10/10  (10/10)
Prime: Aucune
Fruit du Démon: Aucun

MessageSujet: Re: Miam et pas miam[PV: Yumiya Taka]   Lun 21 Mai - 4:45

    Le garçon répondit à la question de Yumiya en disant qu'il s'appelait Tanamara, restait à savoir si c'était son vrai prénom ou non, encore là, il pouvait très bien lui mentir, mais peu importait. De toute façon, elle s'en fichait un peu de son prénom, c'était surtout pour avoir un nom avec lequel le nommer.

    Il accorda un sourire à la Marine avant d'ajouter :

    -Mais bon, appel moi comme tu veux, sa a pas grande importance.

    Elle se contenterait de ce prénom, c'était bien assez suffisant. Elle jeta ensuite des coups d’œil autour d'elle, à la recherche d'une direction à prendre, elle n'avait pas vraiment l'habitude de se retrouver dans une ville autant truffé de pirates et de bandits, peu de Marines devaient en avoir fait l'expérience, après tout ce n'était pas courant pour des membres du Gouvernement Mondial de venir sur Las Camp.

    Elle se sentit tout à coup basculer et se rendit compte que celui qui l'avait fait tombé n'était autre que l'enfant. Sur le coup, elle voulut lui sauter au coup pour le tuer car elle pensait qu'il avait fait ça dans une intention mauvaise lorsqu'elle vit qu'une balle venait de la frôler. Il fallait croire qu'il venait de lui sauver la vie.

    Elle n'eut pas le temps de le remercier que déjà une bande d'hommes s'approchaient d'eux et que Tanamara lui disait :

    -Ici, t’es en danger de mort, enlève ta putain de casquette et te fait pas remarquer merde !

    Elle avait complètement oublié qu'elle portait ce truc immonde sur sa tête, c'était certainement la raison pour laquelle ils étaient pris pour cible. Il était un peu trop tard pour la retirer maintenant qu'elle s'était fait repérer mais elle obtempéra tout de même et la retira de sa tête pour la balancer un peu plus loin.

    Elle reporta son attention sur les pirates qui s'approchaient et les fixa, elle se demandait s'ils allaient l'attaquer. Certainement, vu qu'ils étaient, elle et le garçon, par terre, et puis il devait avoir remarqué qu'elle portait une casquette de la Marine, très discret. Elle prit quelques couteaux entre ses doigts et resta assise sur le sol en attendant de voir comment allait régir la bande de pirates.

    Ils s'arrêtèrent devant la Marine et l'enfant en les toisant d'un air supérieur. Elle ne supportait pas ce regard et sans vraiment réfléchir aux conséquences, elle planta un des couteaux qu'elle avait dans la main dans le pied de l'homme le plus proche et tout en se redressant, elle lui sauta au cou et l'égorgea d'un coup de lame. Elle n'avait pas pris le temps d'estimer le nombre d'hommes qui lui faisait face ni même leur force, de toute façon, si elle ne les avait pas attaquer, ils l'auraient sûrement fait, eux.

    C'était avec cette pensée dans la tête qu'elle continua sur sa lancée et se jeta sur la première personne qu'elle croisa, de toute façon ici tout le monde était son ennemi. Elle réussit à atteindre tout de même plusieurs des hommes avant d'être stoppé par un objet qui la frappa à la tête. Le choc provoquait par le coup la fit vaciller et tomber à genou, ces quelques secondes suffirent aux pirates pour prendre le dessus et déjà la Marine sentit le contact froid du canon d'un pistolet entre ses deux yeux. Elle leva son regard vers la personne qui tenait l'arme et croisa les yeux de cet homme. Il avait le même regard que la première personne qu'elle avait tué, cet air un peu supérieur. Elle voulut le tuer, lui-aussi, mais elle savait qu'aux moindres gestes, elle se retrouverait avec une balle planté dans le front. Avec un peu de chance, il la laisserait encore vivre un peu avant de la tuer.

    Elle se demanda ce qu'était devenu le garçon. Elle ne pensait pas qu'il soit mort, il lui suffisait d'user de son fruit du démon pour mettre à terre la plupart de ses adversaires après tout, ça ne devait pas être bien compliqué. Elle se demanda si il viendrait l'aider, il lui avait déjà sauver la vie une fois, il pouvait bien recommencer, non ? Elle le chercha du regard, elle n'aimait pas avoir à compter sur quelqu'un d'autre mais d'un autre côté, elle n'envisageait pas de mourir comme ça.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Miam et pas miam[PV: Yumiya Taka]   Mer 30 Mai - 2:54

J’étais par terre, toussant, les blessures que j’avais reçues me faisaient mal et je n’étais absolument pas en état de me battre. Pourtant, il faudrait bien que je le fasse. Je vis une casquette passer ans mon champ de vision, c’était un peu tard mais au moins, si on s’en sortait, elle ne nuirait plus. Je m’assis péniblement et remarquais que désormais, nous étions encerclé. La marine était elle aussi assise, dominé par les autres mais cela ne semblait pas la déranger plus que ça. Du moins jusqu’au moment où elle planta une de ses lames dans le pied d’un des agresseurs avant de leur sauter à la gorge. Elle était impressionnant, on m’attrapa par l’épaule et je gémis lorsque je fus obligé de me relever. Une lame se posa sur ma nuque. Moi j’étais menacé… et sa je n’appréciais pas, mais alors pas du tout mais pas du tout du tout.

La colère flamboyait dans mes yeux lorsque le poison acidifié commença à couler sur ma peau. La marine venait de se faire attraper, elle en avait tué à peu près la moitié et, désormais, elle avait un pistolet pointé entre les deux yeux. Bientôt morte. Et ça allait me retomber dessus. La colère me submergea complétement et du poison sortis de mon corps projeté tout autour de moi. J’étais encore suffisamment maître de moi-même pour penser à ne pas toucher la marine, au pire elle recevrait peut-être une goutte ou deux mais elle n’en mourrait pas. Je me baissais brutalement fauchant les pieds de l’homme qui me tenait et me jetais sur l’homme au pistolet. J’atterrie sur son dos alors que le groupe commençai à peine à comprendre. La balle partie au moment où je le faisais bouger et érafla la joue de la marine. Ayant atterrie sur son dos prêt de sa nuque, je penchais la tête en avant et mordis son oreille l’arrachant. Je l’avalais goulument alors que l’homme tentait de m’attraper en hurlant. Le poison traversa les vêtements et toucha sa peau. Je sautais de son dos atterrissant aussi bien que je le pouvais. Les autres me sautèrent dessus, il en restait cinq, la plupart avait était touché par le poison. Leur souffrance ne faisait que commençait. Je plongeais mon bras droit intact dans ma sacoche et enfilais mes quatre griffes.

Une vague de poison apparus sortant de mes pied et les firent glisser. Il ne leur faudrait pas longtemps pour mourir mais lorsqu’ils tombèrent, je me jetais dessus. Plantant mes griffes dans leurs gorges, leur ouvrant largement le ventre. J’en tuais trois de cette façon-là, les deux autres prirent leurs jambes à leurs cous et s’enfuirent. Dans quelques minutes ils seraient morts. Fatigué de l’effort que je venais de faire, je tombais sur un des hommes éventré, pile sur la blessure. Parfait, moi qui avait faim. Lentement, je plongeais ma mains droite toujours équipé de griffe dans les entrailles de l’homme et les sortis du corps. J’avais faim et dans l’état ou j’étais, j’en oubliais tout ce qu’il y avait autours de moi. Je les sortis lentement et croquer dedans sans me préoccuper du sang coulant sur tout mon visage. Manger, le bonheur parfait. Je ne m’occuper plus de rien, sauf manger ce cadavre qui était de plus en plus apétissant.
Revenir en haut Aller en bas
Yumiya Taka

avatar

Messages : 400
Date d'inscription : 10/11/2011
Localisation : Là où tu n'es pas

Caractéristiques
Riyals:
10/10  (10/10)
Prime: Aucune
Fruit du Démon: Aucun

MessageSujet: Re: Miam et pas miam[PV: Yumiya Taka]   Mer 30 Mai - 8:10

    En cherchant des yeux l'enfant, Yumiya remarqua que celui-ci était retenue par un des pirates qui posait une lame contre la nuque du garçon. Mais ce dernier semblait réussir à se débrouiller très facilement car à peine l'avait-elle vu au moins de l'ennemi qu'il était déjà en train d'user de son fruit du démon pour se défendre contre les assaillants. Il ne lui fallut que quelques secondes pour échapper aux mains de son ennemi et pour se jeter sur l'homme qui tenait le pistolet. La Marine entendit l'arme retentir et sentit le projectile lui frôler la joue, elle l'avait échappé belle.

    Elle resta plusieurs secondes assises par terre en se demandant si elle était encore vraiment vivante. Ce fut les cris des pirates qui firent sortir la sous-lieutenante de ses pensées un peu perdues. Elle remarqua alors que Tanamara venait de tuer trois des bandits et que les deux autres étaient en train de s'enfuir, elle devait certainement avoir loupé une partie de l'épisode puisqu'elle n'avait pas assisté à la mort de ses hommes. Ce n'était pas très important après tout. Elle vit que l'enfant était couchée sur une de ses victimes, à l'endroit où le pirate avait été éventré.

    Ce qui suivit n'était pas vraiment la plus belle chose qu'avait pu voir la borgne, le garçon se transforma en l'espace de quelques secondes en un cannibale affamé, elle n'avait jamais pensé qu'il avait faim à ce point, si ça se trouve, lorsqu'ils étaient seuls chez le médecin, il avait envisagé de la manger toute crue. Elle se rappelait qu'à une époque, elle s'était demandée si elle aurait bon goût à manger, elle se posait la même question à cet instant.

    Elle chassa vite cette pensée pour se concentrer sur l'enfant qui continuait son repas, comme si personne ne le regardait aux alentours. Si elle avait eut quelque chose dans l'estomac, Yumiya l'aurait certainement vomit sur le coup, ce n'était pas vraiment appétissant de voir quelqu'un manger... quelqu'un d'autre.

    Elle avait beau de pas supporter ces pirates, elle ne pouvait encore moins supporter ce spectacle. Elle se jeta sur Tanamara et le retira de la victime. Elle le plaqua sur le sol sans faire attention aux blessures de l'enfant. Elle le fixa avec son unique œil et lui dit d'une voix coléreuse :

    - Pour qui tu te prends ? Il n'y a vraiment aucune raison valable de faire ça.


    Elle soupira et se calma un peu avant de continuer sur sa lancée :

    - Tu m'as sauvé la vie mais tu ne vaux pas vraiment mieux que ces pirates.

    Elle le fixa quelques secondes, d'un côté, elle avait bien fait de lui sauver la vie puisqu'il lui avait rendue la pareille, mais d'un autre côté, elle n'aimait vraiment pas ce qu'il venait de faire, elle détestait tous les pirates, mais pas au point de les voir se faire manger par qui ou quoi que ce soit.

    Elle détourna ensuite le regard pour regarder les victimes éventrés, il y avait encore quelques traces de poison sur le sol par ci, par là. Elle se demandait si elle-même n'avait pas été un peu en contact avec le liquide, elle espérait que non mais même si c'était le cas, elle n'avait pas l'intention de demander de l'aide à Tanamara, elle ne lui faisait plus du tout confiance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Miam et pas miam[PV: Yumiya Taka]   Jeu 31 Mai - 5:33

Je mangeais, encore et encore, j’étais sûr que les deux survivants étaient désormais morts et cela me rendait heureux. De plus, j’étais en train de me remplir l’estomac, tout était parfait. Si parfaite. Jusqu’au moment où on m’attrapa par derrière et que l’on me plaqua au sol. Violement. Je grimaçais, décidément, aujourd’hui j’étais malmené. En plus j’étais malmené par une personne que je ne pouvais même pas tué. C’est fou ce qu’elle m’agaçait. Pour qui je me prenais ? Une raison valable ? Pourquoi faire, franchement. Depuis quand il me fallait une raison valable et surtout, surtout, je me prenais simplement pour un tueur, après tout, c’est ce que je suis. Et quand j’ai faim, je mange mes victime, normal, je ne vais pas gâcher de la nourriture. Manquerait plus que sa tient que l’on gâche de la nourriture. A un moment même, pour ne pas avoir mauvaise conscience, j’attendais d’avoir bien faim avant d’effectuer mon meurtre et de manger ma victime. Je souris, un sourire sadique et cruel, mon sourire naturel. Plus de faux semblant au niveau du visage, oui, de toute façon, j’étais couvert de sang et je ne parvenais plus à me retenir. Le boss était bien gentil mais, il y avait des limites. Ma voix était lente et grave, grave pour un enfant.

-Pour qui je me prends ? Une raison ? Ce sont des pirates et des enfoirés qui ont tenté de me tuer. J’ai pas besoin de plus.

Je souris encore plus découvrant mes dents rouges de sang, un rouge magnifique, ma couleur préférée. Une couleur que je ne portais pas simplement pour pouvoir tacher mes vêtement avec. Je trouve sa tellement plus… cool. Je rajoutais en avançant ma tête vers elle.

-Et ce que tu penses de moi j’en ai tout simplement rien à foutre. Tu n’es rien pour dire si je vaux mieux qu’eux. J’étais plus fort, c’est tout.

Sur mon front apparue une petite quantité de poison qui s’éleva lentement formant un serpent, minuscule, fin, je le dirigeais vers la marine et lâchais d’un ton agressif.

-Tu m’a sauvé la vie, j’ai sauvé la tienne, deux fois. On est quitte, maintenant tu me lâche

Si elle ne me lachait pas, je la tuerais, purement et simplement, il me suffirait d’une bonne vague de poison pour la faire partir et la tuer en même temps. Mais si je faisais sa, le boss me tomberais dessus. Mais je ne pouvais pas non plus la laisser me tuer comme si de rien était. Je comptais encore vivre un peu, encore mangé un peu et si possible, encore un peu des cadavres à côté de moi. Rien que leurs odeurs m’excitais et me donnait encore plus faim. Rien que cette odeur et ce goût magnifique déjà présent sur mon palais.
Revenir en haut Aller en bas
Yumiya Taka

avatar

Messages : 400
Date d'inscription : 10/11/2011
Localisation : Là où tu n'es pas

Caractéristiques
Riyals:
10/10  (10/10)
Prime: Aucune
Fruit du Démon: Aucun

MessageSujet: Re: Miam et pas miam[PV: Yumiya Taka]   Jeu 31 Mai - 7:43

    Lorsque Yumiya reposa son regard sur l'enfant, elle remarqua qu'il s'était mis à sourire, mais pas d'un sourire sympathique, plutôt un sourire cruel, elle ne l'avait jamais vu faire un tel sourire, il devait certainement bien cacher son jeu. Derrière ses airs innocents, il cachait quelque chose, comme la plupart des personnes en faites. Elle se demandait ce qui pouvait bien le pousser à faire de tels choses. L'enfant lui dit alors d'une voix grave, bien trop grave pour être celle d'un enfant :

    -Pour qui je me prends ? Une raison ? Ce sont des pirates et des enfoirés qui ont tenté de me tuer. J’ai pas besoin de plus.

    Un sourire encore plus grand se dessina sur les lèvres de Tanamara, découvrant des dents rougies par le sang de ses victimes, ou plus précisément par son repas. A la vue de ce sourire affreux, la Marine voulut détourner les yeux, au lieu de ça, elle resta planté au même endroit et écouta ce que disait le garçon :

    -Et ce que tu penses de moi j’en ai tout simplement rien à foutre. Tu n’es rien pour dire si je vaux mieux qu’eux. J’étais plus fort, c’est tout.

    Elle se demanda si cette enfant n'avait pas été éduqué dans la jungle pour parler ainsi, la loi du plus fort correspondait plus à des animaux qu'à des êtres humain, tout comme le cannibalisme.

    La borgne remarqua qu'un léger filet de poison sortait du front de l'enfant, formant un serpent qui se voulait menaçant et qui se dirigeait dangereusement vers la Marine, il accompagna cette menace par des paroles :

    -Tu m’a sauvé la vie, j’ai sauvé la tienne, deux fois. On est quitte, maintenant tu me lâche

    Elle soupira et le relâcha sans ménagement, elle se demanda si il voulait vraiment la tuer, il avait peut-être l'intention de la manger à son tour, la Marine n'avait pas vraiment envie de finir en repas pour cannibale. Tout en le relâchant, elle lui dit dans un haussement d'épaule :

    - Je n'ai pas vraiment envie de finir en nourriture, de toute façon, je ne pense pas avoir très bon goût.

    Elle s'assit à côté du garçon, face aux cadavres et dit à Tanamara d'une voix indifférente :

    - Je te laisse deux choix, soit nous allons manger quelque chose d'un peu plus... correct, soit tu continues ton repas, mais ne compte pas sur moi pour coopérer.

    C'était même plutôt le contraire, elle n'avait pas vraiment l'intention de le laisser faire même si elle n'était pas sûr qu'il la laisserait faire sans se défendre, elle était même sûr du contraire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Miam et pas miam[PV: Yumiya Taka]   Lun 18 Juin - 13:41

Elle me lâcha, brutalement, décidément, je ne lui plaisais pas. Je souris à nouveau alors que la douleur continuait de se répandre dans mon corps. Lentement, je me redressais en m’aidant de mes mains. Assis, j’écoutais la marine parler sans vraiment m’en préoccuper. Lentement, je laisser retomber mon serpent de poison qui s’écrasa lamentablement sur le sol et perdit sa forme. Je le contemplais quelque secondes alors qu’il disparaissait dans le sol pendant que la marine expliquait que si je voulais continuer mon repas comme sa, elle ne coopérait pas. Mais elle voulait bien aller manger dans un restaurant de la nourriture jugé correcte. Le seul truc, c’est qu’elle m’agaçait. Pourquoi ne pourrais-je pas continuer mon repas ici ? Nourriture et boisson à profusion sans même avoir à payer. Surtout que je n’avais pas d’argent. Donc le choix était simple. Soit je partais, soit je manger avec elle. Simple et compliqué. Oui, choisir entre manger et la tranquillité. Qu’elle choix compliqué… Pour le moment ma faim était légèrement calmer, mais, j’étais sur que cela ne durerais pas et qu’il me faudrait trouver quelque chose… ou quelqu’un à manger. Je ma rallongeais en soupirant. J’étais fatigué au final, j’avais une troisième option… m’endormir là. A cet endroit. Sans que personne ne m’embête. J’aurais de la nourriture au réveil, de quoi me faire un bon petit déjeuner avant de rentrer chez moi. Je me redressais. Rester la, se serait s’enterrer soit même. Le boss a beau dire, je ne suis pas crétin au point de m’offrir gratuitement. Je crachais donc a l’adresse de la marine.

-Va manger seul, t’es un attrape emmerde j’vais éviter la casse.

Je me levais tranquillement et m’éloignais d’elle, m’approchant des cadavres. Péniblement, du faite que je ne possédais que quatre doigts par main, j’en récupérer un foie. Une des meilleures parties de l’être humain. A consommer avec modération et surtout, surtout, à manger seulement le tour. Oui, manger le centre équivaut a passer une bonne journée entière sur les toilettes. Trop de produit chimique. Je tournais la tête d’un air goguenard vers la marine et lâcher.

-Je termine mon repas, sans ta … coopération. Bonne journée attrape emmerde.


Je m’éloignais tranquillement en croquant dans mon foie tout en espérant qu’elle garderait un mauvais souvenir de moi. Elle connaissait mon véritable nom, certes, mais pas mon surnom. Mr Chat, un surnom que lorsque les personne vivant dans la noirceur du monde entende, se méfit comme si leur vie en dépendait. Ce qui est le cas. Heureusement pour moi, je n’étais pas véritablement connue, surtout des rumeurs propager par mon boss auprès de ce qu’il veut mater. Désormais, je boitais, un de mes bras était presque invalide. J’espérais ne pas avoir d’autre mission à faire. Sinon, je serais mal. Et ce n’est pas le boss qui serait compréhensif à ce propos. Avec lui, on fait ce qu’il dit sinon, c’est la mort. Je soupirais en mangeant encore un morceau avant de disparaître au coin d’une ruelle laissant la marine seule à ont sort. Désormais, si elle mourrait, je ne serais plus responsable. Après tout, je n’avais pas reçu l’ordre d’être son babysitteur. Ce que j’avais fait serait suffisant pour que le boss soit content. Ou pas.
Revenir en haut Aller en bas
Yumiya Taka

avatar

Messages : 400
Date d'inscription : 10/11/2011
Localisation : Là où tu n'es pas

Caractéristiques
Riyals:
10/10  (10/10)
Prime: Aucune
Fruit du Démon: Aucun

MessageSujet: Re: Miam et pas miam[PV: Yumiya Taka]   Mer 20 Juin - 7:56

    Le garçon sembla réfléchir à la proposition de la Marine. Il se coucha, se releva, prit le temps de la réflexion avant d'offrir enfin une réponse plutôt cinglante à Yumiya :

    -Va manger seul, t’es un attrape emmerde j’vais éviter la casse.

    Il était vrai qu'elle avait attiré sur elle plusieurs pirates, en même temps, elle n'avait pas vraiment été très discrète avec sa casquette de Marine. Elle soupira en voyant l'enfant se mettre debout pour se diriger vers les pirates morts, il n'allait tout de même pas recommencer à les manger, si ? L'enfant se contenta de récupérer quelque chose dans le ventre d'un cadavre qui semblait être le foie, il ne voulait pas lâcher l'affaire ! Il se tourna ensuite vers la jeune femme et lui dit, un air narquois sur le visage :

    -Je termine mon repas, sans ta … coopération. Bonne journée attrape emmerde.

    Il donc décidait de la surnommer "attrape emmerde", drôle de surnom mais qui ne dérangeait pas plus que ça la borgne, elle ne se préoccupait pas de se que pouvait penser les autres d'elle, il pouvait la détester, la prendre pour une personne totalement inutile ou pour une "attrape emmerde". Il s'éloignait d'ailleurs déjà tout en croquant son morceau de foie, il semblait se régaler de son repas, tandis que la sous-lieutenante, elle, était complètement écœurée. Elle le regarda disparaitre au coin d'une ruelle avant de se relever.

    Elle regarda autour d'elle en se demandant ce qu'elle allait faire à présent. Personne ne semblait intrigué par les corps gisant sur le sol, ça devait être courant dans ce genre d'endroit. Elle laissa donc les pirates là et s'en alla, il fallait qu'elle trouve un bateau ou quelque chose dan ce genre.

    Elle marcha vers le port ne sachant toujours pas comment elle allait sortir de cet endroit infernal, elle ne voulait en aucun cas sympathiser avec des pirates mais le temps qu'un bateau de la Marine revienne à Las Camp risquait d'être très long, il n'était pas habituel d'en voir, il fuyait plutôt cet endroit et elle, elle c'était jetée dans la gueule du loup sans se soucier des conséquences de son acte. Elle ne voyait pas trop de solutions à son problème, surtout qu'elle n'avait presque plus un sous.

    Lorsqu'elle arriva au port, elle chercha quelque chose comme un moyen de se déplacer sur la mer en rapidité et d'atteindre une nouvelle île tout aussi rapidement. Il n'y avait rien dans ce port, rien mis à part des bateaux de pirates. Aucun bateau de pêche ou de marchandises, il n'y avait que des pavillons ornées de tête de mort qui flottait fièrement en haut du mât, que des bandits, des assassins.

    La Marine s'avança vers un bateau au hasard et se glissa à l'intérieur en toute discrétion, il semblait qu'il n'y est personne dans ce bateau, elle espérait que ce ne soit pas celui de la bande de pirate qui était morte à présent, sinon, elle n'était pas prête de pouvoir s'en aller de ce fichu endroit. Une fois arrivée à l'intérieur du bateau, elle se chercha un coin caché où il y avait peu de risques qu'elle soit découverte.

    Ce n'était pas la première fois qu'elle voyageait clandestinement sur un bateau, elle avait déjà fait ça à plusieurs reprises durant sa jeunesse. Elle s'installa donc dans son petit coin à l'abri des regards et attendit patiemment que ce bateau le mène sur un endroit où la Marine aurait plus de chance de passer pour la récupérer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Miam et pas miam[PV: Yumiya Taka]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Miam et pas miam[PV: Yumiya Taka]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» La dernière ville avant la bataille[Pv:Starry Breeze, Yumiya Taka][Terminé]
» Scénario Second : "La Fourmi veut pas donner son miam miam !!!"
» Ultra Levure, Miam <3 [Otona Médusa, libre]
» le miam
» "Miam... du gibier d'un Clan ennemi... " xD { For Ghost }

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece ~ Evolution V2 :: Zone RPG :: West Blue :: Las Camp-