One Piece ~ Evolution V2

Forum Role Play
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 Il faut de tout pour faire un monde. [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Il faut de tout pour faire un monde. [Terminé]   Mar 3 Juil - 5:07


Yumiya & Wayans
♦ Il faut de tout pour faire un monde. ♦


Une dernière vague vint esquintée la coque de la nouvelle caravelle du Shichibukai. Le gouvernail s'ébranlait habilement à partir de la paume de ses mains. Tribord, bâbord, Wayans maniait avec tout le savoir disponible son bateau qui bravait les tempêtes depuis un bon bout de temps déjà. Exaspéré par la tournure météorologique qui faisait tangué son bateau dans un sens, puis dans l'autre, le Cyborg amorçait le tout pour le tout et replia la voile principale !

Risquée était sa manœuvre, cependant, comme disait le proverbe ; qui ne tente rien n'a rien. La poussée soudaine de rafale ne se fit pas attendre, le bâtiment démarrait au quart de tour, propulsant en une inspiration accélérée celui-ci vers l'avant, continuant dans un ressentiment de perpétuité de défié ce soulèvement nébuleux !!
Le navire s'envola au beau milieu des nuages ravagés par la pluie et la colère intense de l'alizé qui rageait contre les cieux. Ultime était la puissance de ce nouveau flot évasif qui faisait chaviré le parquet du pont tout juste ciré. Rien que de s'imaginer demander un nouveau bateau mettait mal à l'aise le Capitaine Corsaire..., malgré sa froideur il en restait poli, néanmoins là n'était pas le sujet d'oscillation, il fallait que Wayans trouve une solution le plus prestement possible s'il ne voulait pas succomber à la noyade ! Lorsque le bois dans lequel était taillé le moyen de transport de notre protagoniste frôla les vagues, le Schizophrène s'empressa de remanier le tissu des voiles qu'il plaça dans une complexité sans pareil afin qui ses efforts soient payant, résultat des courses, il fût bousculé à la devanture de la mer !

C'était à cet instant précis de gloire et victoire contre la force océanique des Sea's Blue que le doux soleil décida de se manifester, suite à un acharnement de dur labeur contre plusieurs barriques de flotte saumâtre. Rassuré, il laissa tombé un genou à terre, incapable d'en faire plus. Ses vêtements étaient trempés et son paquebot, perdu au beau milieu de nulle part...

Il retira sa veste et empressa sa marche en direction de sa cabine afin d'y balancer son accoutrement dans un corbeille à linge sale, près de son lit. Aussitôt, il esquissa un grand geste du bras de façon à adjoindre l'escabeau qui servait à sa jambe de prendre un appui favorable. Finalement installé, il empoignait la clé à molette la plus proche et dévissait les parties mécaniques qui lui servaient à remplacer ses membres endommagés par son accident minutieusement. Une remémoration horripilante chassa sa préoccupation à la navigation...

Une fois désossé, il sautait dans son bain qu'il avait préchauffer tantôt. La sauce d'eau chaude se déversa sur son corps pailleté de sueur accablante. Prendre du bon temps et se relaxer il n'avait pas le luxe de s'en payer les circonstances, la barre était n'était maintenue par personne d'autre que lui, et, bien qu'il eut catapulter  l'ancre à l'eau, à tous les coups la bourrasque d'il y a peu refaisait son apparition. Il se dépêcha de se savonner.
Propre comme un sous neuf, il s'activait à sa chambre et enfilait un long jean noir aux lisières blanches orné d'un sweat-shirt de couleur indigo. Par-dessus le tout, il s'enrobait d'une veste en cuir gris tandis qu'une chaîne se baladait le long de sa cuisse, il défonçait la porte de la cabine en ajustant son casque vert autour de sa nuque.
Immédiatement, son premier réflexe fût de rehausser la lourde pièce d'acier fixée au bout d'une cordillère qui, placée au fond de l'eau, permettait de fixer le navire auquel elle est liée et reprit sa place au côté du gouvernail qu'il déploya droit à ses avants !

Sa joie, elle, se combla par une douce brise fraîche qui vint lui caresser le visage peu après le déchaînement des eaux. Une fois que son pied heurta les pavés de la sa nouvelle zone d'abordage ; Wayans avait retrouvé tous ses entrains. La terre qu'il avait aperçut au loin ne s'avérait pas être un endroit désert comme il avait l'habitude de fréquenter, mais bel et bien une ville, de plus il ne s'agissait pas de n'importe quelles métropole vides de réputation, chaque homme présents sur les lieux seraient capables de bégayés en vous annonçant que Logue Town était là où avant atterrit le Capitaine Corsaire, affectée comme étant le lieu de départ de tous les Pirates.

Le Cyborg parvint ardemment à pouvoir se repérer dans la ville de Logue Town, dite, là où tout a débuté et où tout c'est terminé. Symbole de l'origine d'une ère perdue et de son aboutissement, Gol D. Roger, Seigneur Des Pirates était qualifié à ce jour comme l'homme étant le plus puissant, le plus illustre, le plus riches et le plus avisé d'entre tous. Il avait gagné toutes les luxuriances que ce monde ici bas avait à offrir...

Cet îlot ne pouvait demeuré que sacré, aux yeux des pirates. Tous les forbans des mers tels quels étaient passés par ce lieu de pèlerinage et avait, sans conteste, pût admirer l'échafaud où Roger fût exécuté.
Mais aussi impressionnant que ce soit, Wayans ne désirait pas se rendre en premier lieu vers la Grande Place de la métropole. Celui-ci s'attarda au carrefour du centre-ville, carte plaquée contre le sol. Abondants étaient les regards qui le dévisageait de bas en haut, suspicieux. Mais il n'y affectait aucune attention permanente et remballait la carte des alentours dans sa poche avant d'engager le pas aux abords de l'Est de celle-ci. 

À peine deux pieds agencés et il bouscula un civil qu'il n'avait pas eu le temps de voir pour cause de sa petitesse de taille. Il pût, lors d'un instant de répit, remarquer qu'il s'agissait d'une jouvencelle au teint maladive à la chevelure blanchie raidement incandescente... Sitôt, il se hâta auprès d'elle, l'allure soucieuse.

« - Excuse moi, je ne t'avais pas vu, commença-t-il sur un ton presque indifférent, susceptible de dissimuler son tourment en lui tendant la main, tu ne t'es pas fait mal ? »

Ce n'était qu'une question de temps avant qu'il est l'opportunité de remarquer qu'une dizaine de Marine étaient dressés derrière elle affermi autant des piquets.
Revenir en haut Aller en bas
Yumiya Taka

avatar

Messages : 400
Date d'inscription : 10/11/2011
Localisation : Là où tu n'es pas

Caractéristiques
Riyals:
10/10  (10/10)
Prime: Aucune
Fruit du Démon: Aucun

MessageSujet: Re: Il faut de tout pour faire un monde. [Terminé]   Mar 3 Juil - 7:33




    Il faut de tout pour faire un monde.


    Le temps semblait assez clément ces derniers jours. Cela faisait plusieurs heures que Yumiya était en mission, accompagnée d'une dizaine de Marine qui restait collé à elle et qui semblait la surveiller, comme si elle allait s'enfuir à la moindre occasion. Il était vrai que cette tâche ne l'enchantait guère, c'était bien le contraire, et, il était vrai aussi, qu'elle s'enfuirait à la moindre inattention de la part de ses Marines. Leur méfiance était justifié.

    Il y avait quelques heures, la jeune femme était sur le port, recherchant la trace d'un bateau de la Marine, l'autre l'ayant abandonné à son sort sur cette île, ce qui l'avait quelque peu agacé. Elle patientait donc depuis plusieurs jours au bord de la mer, guettant le moindre petit bateau, attendant patiemment qu'on vienne "la chercher".

    Lorsque enfin la Marine apparut devant ses yeux, elle avait sursauté et avait pensé que c'était sa chance de pouvoir monter sur le bateau et retourner à la base de la Marine une bonne fois pour toute et sans se faire remarquer. Sauf que tout ne se passa pas comme elle l'avait prévu. Elle tenta bien de se cacher dans le bateau mais elle fut vite découverte, à peine avait-elle posé un pied sur le bois du navire. Un homme lui avait demandé ce qu'elle faisait ici et après maintes explications, elle avait réussis à le convaincre qu'elle était loin d'être un ennemi, néanmoins, elle ne put échapper au travail.

    Désormais, elle se trouvait avec une dizaine de Marine qui lui jetait des regards méfiants, il fallait croire qu'elle n'avait pas réussit totalement à les convaincre qu'elle faisait bel et bien partis de la Marine. Le travail était assez simple, ils étaient chargés de trouver un groupe de pirate et de mettre fin à leurs agissements, une mission banale.

    Le plus dur dans ce genre de tâche était de trouver l'équipage, pas de l'abattre. Du moins, lorsqu'il s'avérait que les pirates ne soient que des faiblards pas très importants. Ce jour-là, la Marine n'était vraiment pas motivé et se contentait de marcher, ne cherchant pas vraiment de hors-la-loi et visitait la ville. Elle passa devant l’échafaud où avait été exécuté l'ancien Seigneur des Pirates. La Marine ne savait pas si elle devait respecter cette personne, car il était indéniable qu'elle avait fait de grande chose durant sa vie, ou la haïr car par sa faute, l'ère de la piraterie débuta. Peut-être que sans ses paroles, personnes n'auraient tué les deux personnes les plus proches à la jeune femme.

    C'était sur cette pensée qu'elle quitta la grande place de Logue Town, noire de monde. Elle continua à se promener dans cette ville, en jetant parfois des coups d’œil autour d'elle, feignant qu'elle était réellement en train de chercher un groupe de pirate. Les Marines ne semblaient pas dupes, elle n'était pas leur ennemi mais elle n'avait simplement pas envie de réaliser son travail, elle était une éternelle flemmarde. Elle n'aimait réaliser ses missions que lorsqu'elle était en pleine forme et motivée, comme la plupart des personnes probablement, sauf que ces Marines en question n'osaient pas refuser des missions et les fuir, il fallait de tout pour faire un monde : les gens qui flemmardent et ceux qui les remplacent toujours. Ainsi, tout allait pour le mieux.

    La sous-lieutenante arriva au centre-ville sans s'en rendre compte et pensa que vu la foule de monde qui se promenait aux alentours, elle ferait mieux de chercher un équipage de pirate ou du moins de faire semblant. C'était une assez bonne idée jusqu'à ce qu'elle sente quelque chose foncer sur elle, ou plutôt lorsqu'elle fonça dans quelque chose. Elle tomba par terre en moins de temps qu'il ne faut pour le dire et constata que ce qui l'avait percuté n'était pas un mur comme ce qu'elle pensait mais une personne. Un homme pour être plus précis. Il semblait géant et plutôt étrange et mystérieux. C'était les premières choses que la jeune femme remarqua.

    L'inconnu s'approcha de la jeune femme, une mine soucieuse sur le visage, puis tout en lui tendant la main, il lui dit :

    - Excuse moi, je ne t'avais pas vu, tu ne t'es pas fait mal ?

    La jeune femme se releva en ignorant la main que lui tendait le géant, elle n'avait pas vraiment besoin qu'on l'aide à se relever et en plus de cela, elle n'avait vraiment pas envie qu'on la soutienne. Elle lui répondit alors d'une voix cinglante :

    - Non, tout va bien, mais tu aurais pu faire attention quand même.

    Les Marines, auparavant silencieux comme des tombes, laissaient s'échapper quelques murmures de leurs bouches. De ce que put en entendre la borgne, elle comprit que l'inconnu en face d'elle devait être un Shichibukai, elle préféra oublier le nom qui lui paraissait un peu trop compliqué. Elle changea alors d'attitude envers la personne qui l'avait bousculé et lui dit avec un petit sourire :

    - Vous êtes un Shichibukai, n'est-ce pas ?

    Elle n'attendit pas la réponse du géant et enchaina en lui disant :

    - Je m'appelle Yumiya Taka, heureuse de faire votre connaissance.

    Elle garda son sourire. En réalité, elle espérait que le Capitaine Corsaire veuille bien les aider dans leur mission, il était certainement bien plus fort qu'elle et les Marines qui l'accompagnaient réunis. Après tout, les Shichibukai était souvent des personnes très puissante, ce n'était pas pour rien qu'ils avaient eu droit à un tel titre. Avec son aide, ils auraient tôt fait de terminer leur mission et de pouvoir se reposer.


Dernière édition par Yumiya Taka le Mer 4 Juil - 0:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Il faut de tout pour faire un monde. [Terminé]   Mar 3 Juil - 9:09


Yumiya & Wayans
♦ Il faut de tout pour faire un monde. ♦


Wayans était plus absorbé par le choix de son orientation que l'état dans lequel se trouvait la gamine qu'il venait de bousculer, par mégarde. Le manque d'attention avait été flagrant de son côté, à quoi pensait-il sur le coup... ? C'était pour sans dire qu'elle n'était particulièrement pas l'une de ces personnes sur qui le regard se posait avec grande insistance, ni même facilement. Semblable à n'importe qui, elle se relevait sans juger décisif de répondre au geste amical du Shichibukai. Il rétractait sa main, penaud.

À première vue, elle n'avait rien de casser. Elle tenait sur ses deux pieds cette petite, il n'y avait pas de quoi en faire un drame. Way' fût rassuré à la première œillade. Il détourna les yeux et lorgnait brièvement l'environnement, comme capable de le décrire le plus précisément possible. Que d'édifices qui trônaient de part les rues, en plus des marchands qui, frappant sur les tables de leurs stands, tonnaient à voix hautes le nom et prix de leurs produits, attirant la foule de touriste admiratrice. Enfin, il levait les yeux au ciel. Dégagé cette fois il était, une anodine grimace se crayonnait sur ses lèvres, il aurait préféré pouvoir profiter de ce temps radieux tout au long de sa navigation précédente...

Dépité, il soufflait un long moment, incertain de pouvoir l'accepter pendant le restant de cette journée qui avait plus ou moins bien démarrée. Lorsque l'expression, vide, reflétée par ses iris retombait du firmament à ses pieds, il crut voir se dessiner le visage d'Emma à travers les nuages blancs. Sa chevelure blondie comparable aux fils d'or et son visage si féminin et raffiner, la femme de ses rêves et celle qu'il aimait tant était là, au bout de l'infini à veiller sur lui tout en caressant les cieux de ses doigts vernis...

Il senti les larmes lui monter aux yeux. Il ne devait pas en exprimer le regret, déplorer la vie d'une personne ne la ferait pas revenir, alors à quoi bon pleurer si ce n'était que pour exprimer sa tristesse. A sa dulcinée, il avait promit qu'il la retrouverait, toutefois, cela se ferrait sans douleur ni haine. Si Wayans venait à mourir, cela serait en dormant. Même si il n'était pas maître de ce désir déplacé, il se battrait pour rester en vie.
Lors d'un instant, il crut oublié la cohorte de Marine qui lui faisait face. Sans doute s'étaient-ils adressés à lui ? Il ne saurait le dire, il n'avait pas écouté un traître mot provenant d'eux... Quand il abaissa le menton, la petite qu'il avait percuté sans le vouloir lui octroyait un sourire d'ange. Que lui prenait-elle si soudainement ? Avait-elle été victime d'une illumination... ou alors masquait-elle l'utilité d'être éprouvée par la pitié comme il y a peu en déclinant l'aide du Capitaine Corsaire ?

Quoiqu'il en soit, il se souvint avoir retenu deux phrases, dont l'une d'elle qui prouvait qu'elle avait eut la décence de se présenter dans l'art de la courtoisie.

« - Vous êtes un Shichibukai, n'est-ce pas ? »
« - Heu bah... »

Les secondes n'avaient pas été très attentismes avec notre Cyborg, voire égoïstes. Sa durée de réponse n'avait été que très concis, sans même qu'il est l'occasion d'en placer une, elle anticipa quelconque affirmation, comme si elle avait déjà eu vent de son écho, ce qui était bien trop évident, sinon, pourquoi lui aurait-elle posée la question avec autant d'assurance ?

« - Je m'appelle Yumiya Taka, heureuse de faire votre connaissance. »

Gêné par tant de compassion dans ses gestes, il passa une main derrière sa liasse de cheveux ébouriffés, flatté. Elle était passée du tutoiement au vouvoiement afin de marquer le respect. Il penchait son visage sur le côté et plissa les yeux en un comble qu'il envisagea de camouflé, en vain. Sa joie était trop grande...

Rien que le fait de songer qu'encore à ce jour il existait des gens capables d'amorcés l'ombre de quelques risettes sur leurs visages rendait euphorique notre Schizophrène. Sûrement que la paix égarée d'autrefois revenait petit à petit et en amadouait plus d'un(e)s. Cependant, il était trop ignorant pour baptiser ce renouvellement de ''résurrection''. Car, si jamais il s'attendait à ce que les braises du phénix se rallument une nouvelle fois, il allait devoir être patient, très patient. C'était dans cet idéal qu'il répondit à la petite :

« - Oh ! Heu... Tout le plaisir est pour moi tu sais. Pas besoin de me vouvoyer non-plus... Pour ce qui est de ma faction je suis, en effet, un Shichibukai. Je me nomme Wayans Ash Reaver, tu peux m'appeler Wayans si tu veux. Enchanté de faire ta connaissance, Yumiya ! »

Le dos dorénavant recourbé, il se rapprocha de son oreille, troublé d'une seule interrogation et siffla à ses tympans :

« - Tu peux me dire ce que font des soldats de la Marine avec toi ? »
Revenir en haut Aller en bas
Yumiya Taka

avatar

Messages : 400
Date d'inscription : 10/11/2011
Localisation : Là où tu n'es pas

Caractéristiques
Riyals:
10/10  (10/10)
Prime: Aucune
Fruit du Démon: Aucun

MessageSujet: Re: Il faut de tout pour faire un monde. [Terminé]   Mar 3 Juil - 21:51




    Il faut de tout pour faire un monde.


    Les paroles de la Marine semblèrent faire effet car, malgré ses efforts pour le dissimuler, Yumiya voyait bien que le Shichibukai était flatté par ses paroles. Pourtant, pour le moment, elle n'avait encore rien dit de très gentil le concernant. Il était certainement une personne facilement influençable, vue sa réaction, la borgne pensa réussir à le convaincre de lui donner un coup de main dans sa mission, au point qu'elle n'aurait certainement rien à faire. Il suffisait de faire comme si.

    Extérieurement, elle devait bien paraitre sympathique, mais intérieurement elle jubilait déjà de pouvoir l'utiliser afin qu'il l'aide. C'est alors que la Capitaine Corsaire répondit à la jeune femme :

    - Oh ! Heu... Tout le plaisir est pour moi tu sais. Pas besoin de me vouvoyer non-plus... Pour ce qui est de ma faction je suis, en effet, un Shichibukai. Je me nomme Wayans Ash Reaver, tu peux m'appeler Wayans si tu veux. Enchanté de faire ta connaissance, Yumiya !

    Elle avait bien raison, son nom était vraiment trop compliqué pour qu'elle puisse le retenir, peut-être réussirait-elle à retenir au moins son prénom. Rien n'était moins sûr et elle préféra s'abstenir de l'appeler par son prénom pour le restant de la journée, à moins qu'elle en ai vraiment besoin, si tel était le cas, elle déformerait certainement ce prénom en quelques dérivés étranges, mais le sens général serait certainement là.

    La borgne remarqua alors que la personne au nom étrange c'était penché vers elle pour lui murmurer quelques mots discrets à l'oreille, de façon à ce que les soldats derrière la jeune femme ne perçoivent rien de ses paroles :

    - Tu peux me dire ce que font des soldats de la Marine avec toi ?

    Instinctivement, la jeune femme jeta un coup d’œil derrière elle, vers les Marines derrière elle. Cela devait certainement paraitre étrange qu'elle soit suivit par un groupe de soldats. Elle se retourna vers le géant et lui dit :

    - Je fais moi-même partis de la Marine et nous sommes actuellement en mission.

    Elle lui accorda ensuite un petit sourire timide en pensant que ce ne serait certainement pas suffisant pour qu'il veuille bien lui donner un coup de main dans cette tâche. Après tout, le principal but des Capitaines Corsaire était de donner la mort aux autres pirates, c'était justement le but de cette mission. La jeune femme, tout en gardant son sourire, lui dit d'un air qui se voulait flatteur :

    - Vous devez être quelqu'un de vraiment très puissant pour être Shichibukai.

    Elle le regarda d'un œil admiratif même si en réalité, elle ne le trouvait pas si impressionnant que cela. En plus de cela, il était peut-être un allié de la Marine, il n'en restait pas moins un pirate, c'était bien le genre de personne que la borgne était loin d'apprécier et d'admirer, mais il fallait bien savoir faire semblant lorsque ceci était nécessaire.

    Tout en gardant son regard émerveillé posé sur le géant, elle joignit ses mains comme le ferait quelqu'un sur le point de prier puis, s'adressant au Capitaine Corsaire, elle lui dit :

    - Dites, dites ! Vous pourriez peut-être nous aider pour cette mission, avoir quelqu'un de votre statue avec nous serait vraiment exceptionnel !

    Elle avait dit cela sur le même ton qu'aurait utilisé un enfant demandant une sucrerie à sa mère et les Marines derrière elle semblaient plutôt d'accord avec ces paroles. Elle n'aimait vraiment pas faire cela, mais elle espérait que se serait suffisant pour qu'il accepte sans se poser des questions. Après tout, ce n'était qu'une personne admirative qui voulait voir un Shichibukai à l’œuvre. Il ne se doutait certainement pas que derrière son regard empli de joie, elle détestait déjà cette personne. Elle n'aimait vraiment pas avoir à collaborer avec un pirate, même étant un Capitaine Corsaire. De toute façon, une fois qu'il l'aura aider pour sa mission, elle le laisserait tranquille et n'en aura que faire de ce qui pourrait lui arriverait, elle en viendrait peut-être même au point ou elle souhaiterait que cette personne meure sur le champs.

    Pour le moment, elle chassa ses pensées de sa tête et se contenta de jouer la comédie pour influencer l'homme, pour terminer sa mission en rapidité et sans avoir à bouger le petit doigt. Elle réussirait alors, une fois de plus, à échapper à son travail, mais à en tirer profit tout de même.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Il faut de tout pour faire un monde. [Terminé]   Lun 9 Juil - 4:02


Yumiya & Wayans
♦ Il faut de tout pour faire un monde. ♦


De sa position, Wayans pouvait déduire que le soleil venait tout juste de procédé à sa montée. L'aurore à laquelle il était bâti n'avait été que brève. Pincée d'une couleur rosâtre, les premiers oiseaux chantonnaient du haut de leurs perchoirs et lui, qui opta pour se rendre directement sur South Blue avait été repoussé jusqu'à l'Est, emporté par la brutalité irascible des eaux.

Voilà qu'il était à LogueTown dorénavant, et la rencontre qu'il venait tout juste d'ajustée en compagnie de la jeune Marine dénommée Yumiya Taka s'avérait plus qu'impromptu, notre Shichibukai ayant dans l'idéale d'effectuer quelques courses, il allait être contraint à attendre, qu'il le veuille ou non.

Les présentations avaient été faites dans les règles de l'art, même si elle avait une longueur d'avance sur le Schizophrène, il s'avérait que la gamine, de son air assidu, quémandait à notre protagoniste de lui prêter main forte, à elle et aux soldats à ses arrières au cours d'une mission qu'on leurs avaient assignée tantôt qui consistait à retrouver fuyard.

« - Vous devez être quelqu'un de vraiment très puissant pour être Shichibukai. » S'empressa-t-elle de commenter, étoiles aux yeux.
« - Bah... J'me défend... »

Irrité par tant de louange, il endossa son regard par-dessus l'épaule de la jouvencelle. En signe de salutation aux soldats, il braqua sa main non loin de son front et abaissa celle-ci, suite à un long moment d'attente. Sa considération se redirigera vaguement à l'attention de Yumiya.

« -Si ça ne te gêne pas, je vais devoir passer mon chemin et... » Il n'avait pas eu le temps de terminer sa phrase qu'elle ébaucha un pas de géant à son chevet, les mains se tenant l'une dans l'autre radicalement charmée par la présence du Shichibukai. Elle lui coupa la parole.

« - Dites, dites ! Vous pourriez peut-être nous aider pour cette mission, avoir quelqu'un de votre statue avec nous serait vraiment exceptionnel ! »

Wayans cogita un petit moment sur la question... Si un groupe de Marine comportant un Officier et sept soldats n'arrivaient pas à retrouver un criminel en cavale dans les rues de LogueTown, ils devaient vraiment être inexpérimentés en la matière... Cependant, toutes personnes qui s'engageaient dans la voie de l'aventure ne pouvaient s'efforcées de devenir plus trapues au fil des épreuves qu'elles traversaient, cela était incontestable, semblable à un code d'honneur. Le Cyborg se demandait s'il ne ferait pas mieux de continuer son chemin en les laissant œuvrer seuls à cette charge si consciencieuse et déterminante pour eux...
Lorsqu'il délibéra de son propre chef, persuader à les pousser à continuer leur périple à travers la ville natale du Seigneur des Pirates sans son aide, Ash intervint en semant momentanément le trouble dans son esprit comme il savait si bien le faire.

« - J'aurais jamais pensé que tu étais aussi naïf, naïf et débile. »
« - Qu'est-ce que tu racontes encore ? »
« - Cette petite elle te fait marcher ! Ça se voit, et toi, tu tombes dans le panneau... Tss... Regardes la avec son air angélique, ses yeux son démunit de compassion, elle a juste envie de pas se crever le cul, elle va t'utiliser comme une vulgaire marionnette et te jeter dès qu'elle n'aura plus besoin de toi ! »
« - T'en sais rien, alors ferme là. »
« - J'en sais peut-être beaucoup plus que toi, rappelles toi, à chaque fois que je t'avais averti de quelconques dangers ils s'avéraient être vrai, t'étonnes pas si cette fois aussi t'es dans la merde ! »

Wayans soupira une bonne nuit, exténué par la façon d'insister de son subconscient.

« - Soit, admettons que ce que tu dis soit vrai... Je n'avais pas spécialement l'intention de l'aider, ni elle, ni les Marines... Maintenant que tu m'as dit ça, il me vient l'envie de les suivre, je suppose c'était tonsouhait, et celui de ta curiosité à toutes épreuves... »
« - Bingo, hihihi... »

Le Capitaine Corsaire reprit ses esprits en un rien de temps flagrant, de la paume de ses mains, il frappait son visage éveillé et tendait le pouce en direction de la jeune femme.

« - Bon... Qu'est-ce qu'on attend ?... »
Revenir en haut Aller en bas
Yumiya Taka

avatar

Messages : 400
Date d'inscription : 10/11/2011
Localisation : Là où tu n'es pas

Caractéristiques
Riyals:
10/10  (10/10)
Prime: Aucune
Fruit du Démon: Aucun

MessageSujet: Re: Il faut de tout pour faire un monde. [Terminé]   Lun 9 Juil - 7:51




    Il faut de tout pour faire un monde.


    La proposition de la Marine sembla faire réfléchir le concerné qui se perdit dans ses pensées. Yumiya crut à un moment qu'il n'était décidément plus parmi les Marines, mais bien dans un autre endroit qu'il était le seul à connaitre. La jeune femme effaça l'espace d'un instant son regard et son sourire béat pour les remplacer par un regard intrigué. Elle sépara ses deux mains, attendant que le géant sorte de ses pensées et qu'il prenne une décision. Elle en venait à croire qu'il avait certainement des doutes sur son comportement. Savait-il que la seule chose qu'elle voulait était qu'il l'aide pour qu'elle n'ait rien à faire ?

    Subitement, le Capitaine Corsaire sortit de ses pensées, il se frappa le visage à l'aide de ses mains puis tendit son pouce vers la Marine, qui le fixait toujours, intriguée, puis lui dit :

    - Bon... Qu'est-ce qu'on attend ?...

    Elle lui aurait bien répondu "Que tu te réveilles", mais ça ne correspondait pas avec son personnage actuel qui était plutôt émerveillé par cette personne qu'agacé par le monde qui l'entourait et par ce retrait subit de la réalité qu'avait eut le Shichibukai. A la place, elle prit plutôt un sourire heureux tout en lui répondant :

    - Rien du tout, allons-y !

    Sur ces mots, elle lui prit la main et l'entraina avec elle dans une direction qu'elle avait choisi complètement au hasard. Il ne fallait plus que compter sur la chance pour trouver ces pirates. Elle n'aurait pas à bouger le moindre petit doigt avec un Capitaine Corsaire à ses côtés, elle pourrait peut-être même en profiter pour filer en douce dans une taverne et se débarrasser de ces marines qui la collé un peu trop à son goût.

    Elle commença à marcher d'un pas plutôt rapide, jetant des coups d’œil autour d'elle, à la recherche du but de sa mission. Elle était bien plus motivée à présent car elle savait qu'elle n'aurait certainement rien à faire, autant se débarrasser au plus vite de ce travail, elle serait aussi libre plus rapidement. Elle garda son sourire aux lèvres et sa main dans celle du géant, puis elle lui expliqua en quelques mots le but de la mission :

    - La mission consiste à mettre fin aux agissements qu'un équipage de pirate. Rien de bien compliqué pour quelqu'un comme vous je suppose.

    Tout en gardant son sourire, elle leva son visage vers la personne qui marchait à côté d'elle et lui dit avec un œil remplit d'étoiles :

    - Merci de bien vouloir nous aider.

    Elle rebaissa sa tête et recommença à rechercher des pirates. Elle déambulait dans les rues de la ville au hasard, toujours suivit par des Marines qui ne se posaient pas beaucoup de questions, mais qui semblaient approuvé la présence d'un Shichibukai parmi eux qui pouvait leur être d'une très grande aide. Ce genre de personnes n'avaient pas forcément besoin d'aider des Marines dans une mission, mais une telle présence était toujours d'une grande aide.

    La borgne voulait néanmoins en connaitre un peu plus sur le passé de la personne qu'elle avait entrainé dans sa mission, elle interrogea donc cette personne tout en posant des regards attentifs autour d'elle, toujours à l'affut :

    - Dites, comment êtes-vous devenu Shichibukai ?

    Elle jeta un regard inquisiteur sur lui. Après tout, ce n'était qu'une question pour essayer d'engager une quelque conque conversation, il n'y avait pas vraiment de mauvais intentions derrière cela, elle souhaitait juste en savoir un peu plus sur l'histoire de la personne qui allait l'aider pour une mission. Bien sûr, elle ne lui faisait pas confiance et restait prête à réagir aux moindre geste suspect du géant. Elle le voyait comme un pirate, allié au Gouvernement, certes, mais qui restait une personne qu'elle n'appréciait vraiment pas, rien que le fait de lui accorder un sourire lui faisait mal au cœur. C'était vraiment contre sa nature de faire de telle chose.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Il faut de tout pour faire un monde. [Terminé]   Lun 9 Juil - 10:48


Yumiya & Wayans
♦ Il faut de tout pour faire un monde. ♦


Le jeune Reaver avait été embarqué dans une de ces aventures dont on ne ressortait pas si facilement, contre son gré. Bien qu'il paraissait consentent aux premiers abords , cela lui pesait vraiment de devoir suivre une si faible équipe de Marine qui tentait en vain de rattraper un simple équipage de flibustiers.

Immédiatement, il avait été entraîné de la main de la jeune Yumi à travers les allées de LogueTown. Tiré tel un char, lui et le groupe de Marines qui les suivait jusqu'aux talons bousculaient plusieurs étalages que la petite ne prenait pas le temps de regarder. Sa hâte à terminer sa mission était bien trop grande pour qu'elle s'attarder à demander pardon à chaque citoyens qu'elle brusquait. Le Shichibukai, lui, le faisait à sa place.

« - Hey ! Faites attention un peu ! »
« - D...Désolé ! Yumiya attends...! »

Il ne pouvait que sourire, et s'excuser. Quelques secondes lui avaient été favorables pour réfléchir, en quoi cela était-il si amusant ? Il était vrai que depuis l'époque passée à Water Seven, cette même ère où il tenait sur pieds la vielle librairie de Tim & Burton, cette période où il avait rencontré l'amour de sa vie... Depuis ce temps perdu, il n'avait plus ressentit l'envie de faire des risettes, d'exprimer ses sentiments... À quoi bon ? Qui serait présent dans le but de sécher ses larmes, de rire avec lui, d'engager l'ombre de discussions dignes de ce nom en sa compagnie... ? Personne.

Pourtant, depuis qu'il avait entreprit de prendre la mer, tous les objectifs qu'il s'était fixé en matière d'indifférence venaient à s'estomper peu à peu. Était-ce réellement ce qu'il désirait ? Plus il faisait de rencontres et plus il se liait d'amitié avec eux, et plus s'amplifiaient ses ressentiments, ceux qu'il redoutait. La pitié, la sympathie, la compassion, tout cela allait bientôt prendre une place importante dans son vocabulaire, il ne devait pas, non il n'avait pas le droit de sombrer dans cette faiblesse à nouveau... Il refusait d'y croire même si tout bonnement, c'était le cas. C'était lorsque la borgne se retournait, toujours souriante qu'il comprit qu'en ce monde, son instinct de sensibilité n'avait pas lieu d'être. Sa clairvoyance avait été limpide.

« - Merci de bien vouloir nous aider. »

Il persista légèrement sur son emprise afin qu'elle le lâche, toutefois, elle ne l'entendait pas de cette oreille et préservait un ascendant optimal sur le Shichibukai. Au risque de lui arracher le bras, il renonça et répondit sèchement :

« - Tu n'as pas à me remercier. »

À cet instant seulement, il sentait ses souvenirs refaire leurs apparitions peu à peu. Bataillant pour les chasser, une ultime question engagea une remémoration soudaine dont il était l'unique victime.

« - Dites, comment êtes-vous devenu Shichibukai ? »

Sa pupille, il la sentait frémir, pâlir de l'écarlate au bleu cyan. Ses os, ils tremblaient un à un avec pour seul but de tuer et détruire, exterminer et trucider tout ce qu'il se trouvait aux alentours. Ash ne pouvait plus s'arrêter de demander encore et toujours plus de haine, sa persuasion ténébreuse en matière d'influence était la plus radicale qui soit. Plus la Marine se faisait insistante et plus cela lui donnait l'envie de repoussé sa véritable part d'ombre.

« - Ça suffit ! Ash !! »
« - Krh Krh... Tu t'en sors bien pour cette fois.... »

Des sueurs froides avaient prit place sur son front que le Capitaine Corsaire se dépêcha balayer. Il profitait du désintéressement brusque de Yumiya pour retirer sa main de la sienne tout en ajustant sa veste en guise de leurre, puis, s'éclaircit la voix :

« - C'est assez compliqué... »

Il fut couper court dans son élan, une vingtaine de civils couraient dans le sens inverse de la rue, affolés, terrorisés ! Le Cyborg intercepta un vieillard, désemparer par les événements qui s'était étalé de tout son long contre les pavés.

« - Vieil homme, d'où provient toute cette agitation ?! » Interloqua-t-il à brides abattues.
« - Les pi...Les pipi... Les PIRATES !!!! »

Way' le laissa continuer sa route après s'être hasardé à le rassurer, chose inutiles au vue de la façon dont laquelle il avait suivi la plupart des civils, habités eux aussi par la crainte. Le Schizophrène tourna la tête en direction de Yumi qui zieutait droit devant elle, les forbans gagnaient du terrain à chaque pas qu'ils agençaient. Dans l'immédiat, la force était un irréfutable moyen de les empêcher de nuire à autrui ne serait-ce qu'une fois de plus.

« - Mh... On dirait bien qu'on va être interrompu un petit moment... Tout ce que je peux te dire pour l'instant c'est qu'à l'origine, je n'étais pas un Pirate. Maintenant, si tu veux bien m'excuser, on a de quoi s'amuser ici. »

Sans attendre d'avoir la preuve de son adhésion, il se précipita en infléchissement de l'équipage Pirate.
Revenir en haut Aller en bas
Yumiya Taka

avatar

Messages : 400
Date d'inscription : 10/11/2011
Localisation : Là où tu n'es pas

Caractéristiques
Riyals:
10/10  (10/10)
Prime: Aucune
Fruit du Démon: Aucun

MessageSujet: Re: Il faut de tout pour faire un monde. [Terminé]   Mar 10 Juil - 1:24




    Il faut de tout pour faire un monde.


    Le Shichubukai profita du fait que la Marine détourne le regard et desserre un peu son étreinte sur sa main pour se dégager. Yumiya arrêta donc sa marche pour se retourner vers le Capitaine Corsaire qui était en train de remettre sa veste en place, pourtant toujours bien posé sur ses épaules. Il dit ensuite à la jeune femme :

    - C'est assez compliqué...


    Il ne put terminer sa phrase car plusieurs civils couraient vers eux, complètement affolés et apeurés. Cela ne présageait rien de bon. Le géant stoppa un vieil homme dans son élan et semblait lui posait une question à laquelle répondit l'homme d'une voix bégayante. La jeune femme pensa que les pirates dont ils étaient à la recherche avait certainement fait parler d'eux non loin du lieu où se trouvait actuellement le groupe de Marines.

    La jeune femme regarda devant elle, à la recherche de l'équipage parmi la foule affolée qui n'avait certainement pas l'intention de se calmer. Elle se faisait bousculer par-ci, par-là, par un civil pressé et affolé, certains poussaient des cris d'angoisses, d'autres couraient, les yeux écarquillés, mais aucun n'était calme. Une attitude plutôt compréhensible.

    Le Capitaine Corsaire prit alors la parole, renforçant l'idée que toute cette agitation était causée par un équipage de pirates :

    - Mh... On dirait bien qu'on va être interrompu un petit moment... Tout ce que je peux te dire pour l'instant c'est qu'à l'origine, je n'étais pas un Pirate. Maintenant, si tu veux bien m'excuser, on a de quoi s'amuser ici.

    Sans attendre la moindre réaction de la jeune femme, il partit en direction des pirates. Après une petite seconde d'hésitation, la femme le suivit en marchant d'un pas rapide. Elle avait un peu la flemme de se dépêcher. Après tout, ce Shichibukai pouvait bien s'en charger tout seul. Néanmoins, elle fut emporter par les Marines derrière elle, qui eux, c'étaient mis à courir et qui la pousser violemment vers la destination.

    Lorsqu'elle vit enfin les pirates, elle constata qu'il devait bien être une dizaine. Ce n'était pas les gentils pirates qui ne faisaient pas de mal aux civils. Non, ceux-là étaient vraiment violent. Il y en avait qui attrapaient des civils par les habits pour les jeter à terre, qui s'attaquaient à ceux qui était sur leur chemin. La plupart avait des bouteilles dans la main et riait, complètement ivre. Ils étaient de la pire espèce, c'était ce genre de personnes qui avaient tué les seuls personnes qui n'avaient jamais compté aux yeux de la Marine, et c'était eux aussi, qui allait tué bien des innocents.

    Les civils qui n'avaient pas encore fuis étaient soit à terre, soit persécutés par l'équipage de pirates. Yumiya regarda la scène durant de longues secondes, ne sachant pas trop quoi faire. Elle les détestait et elle n'avait qu'une seule envie : les tuer, leur arracher les yeux et leur couper les oreilles. Mais d'un autre côté, elle n'avait pas vraiment envie de réaliser sa mission. Elle n'avait pas emmené de force ce Capitaine Corsaire pour qu'il ne fasse rien.

    En jetant des regards autour d'elle, elle constata que la plupart des Marines qui l'accompagnaient c'était déjà jeté sur les pirates, bandits qui avaient relâché les civils pour s'occuper de leurs ennemis actuels. La sous-lieutenante les regarda faire leur travail avec un sourire. Il y avait un Marine pour chaque pirate, à croire que tout était calculé.

    Tout à coup, un nouveau pirate apparut. Il était aussi grand que le Capitaine Corsaire, voir peut-être même plus et la jeune femme pensa qu'il devait certainement être le capitaine de cet équipage. La Marine chercha du regard le Shichibukai, une fois qu'elle l'eut trouvé, elle lui prit la main et le poussa vers le capitaine en lui disant :

    - Il est temps de nous montrer de quoi tu es capable.

    Elle lui relâcha ensuite la main et s'éloigna de quelques pas en pensant que la bagarre risquerait d'être violente. Elle ne souhaitait pas particulièrement en être mêlé. Une fois qu'elle fut assez éloignée, elle regarda le combat qui se déroulait sous ses yeux avec un sourire. Elle avait oublié sa haine maintenant que le combat faisait rage et que les civils étaient libérés. Elle, elle ne n'était que simple spectatrice, elle n'avait plus l'intention de participer à la bataille. De toute manière, les Marines pourraient très bien s'en charger seuls.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Il faut de tout pour faire un monde. [Terminé]   Mer 11 Juil - 11:58


Yumiya & Wayans
♦ Il faut de tout pour faire un monde. ♦


Ils venaient de retirer leurs capes, dévoilant leurs tenues macabres et délavées au grand jour, c'était des pirates, rien de plus. Ceux-ci braquèrent leurs armes sur la jeune Yumiya qui tentait d'avoisiner le même rythme que le Shichibukai, toujours aux alertes. Le grand brun, qui prenait un malin plaisir à fusiller ses ennemis du blanc de l’œil, fit un léger sourire en entendant la voix du forban qui le sommait de ne pas oser entreprendre un pas de plus. Il allait pouvoir se défouler. Il prit cela très à cœur en réalité, c'était ce dont il avait besoin présentement et par la même occasion, voir sa coéquipière à l'action si elle l'osait. Il continuait d'avancé, faisant face aux pirates, toujours le sourire aux lèvres et s'exclama.

« - De simples Pirates... Il faut croire que vous avez du mal à choisir les lieux que vous terrorisez hein ? Enfin, ce n'est rien, je vais pouvoir me divertir un peu. »

Le Cyborg, prit d'une forte sensation, serra les poings. À la vue de ceci, les écumeurs braquèrent leurs armes en direction de la tête du jeune homme. S'il osait bouger, les pirates ne comptaient pas le manquer. Soudain, Wayans se mit à courir vers, ce qui semblait être, le plus gradé d'entre eux. Celui-ci pris d'une légère panique, engagea le feu comme seul moyen de défense... Un silence de mort fit son apparition, le Capitaine Corsaire lui s'était arrêté, et le monde qui venait de se regrouper autour regardait la scène, terrifiés. Comme on pouvait s'y attendre, le Schizophrène devait être touché, sûrement mort à l'heure qu'il est, mais par un geste tout à fait incroyable, il avait réussit à esquiver la balle et maintenant il tenait l'arme du soldat. Celle-ci dirigé vers le ciel, la balle l'avait manqué de peu, exhibant une cicatrice teintée de sang au coin de sa joue faite de chaire humaine. Il regarda le soldat dans les yeux avec un léger sourire, avant de lui donner un coup-de-poing en pleine tête. Le coup si démesuré, l'avait propulsé en arrière et sans même attendre, il fondit sur les autres derrière, vacillant de ses membres...

Maintenant qu'il était sûr que la situation, de son côté, était à portée de mains, il devait se concentrer sur son propre cas. Il fit un léger mouvement afin de se replacer devant les pirates restants. Son regard changeait de direction toutes les secondes. Il analysait concrètement les circonstances que pourraient avoir ses actes, ce qu'il était assujetti de faire afin de ne pas blesser les civils autour de lui. Si on pouvait se mettre à sa place, on constaterait que son cerveau effectuait des calculs qui se représentait ensuite à travers les yeux du jeune homme en un temps record, ainsi Wayans pouvait prédire les probabilités de certaines décisions en matière d'assaut de la part des flibustiers et donc de voir quel choix était le plus adapté à ce degré d'envergure. Il n'avait pas remarqué que tout à l'heure, il avait déjà abattu une dizaine d'entre eux. Tant mieux, il n'en restait plus que la moitié.

Il n'attendait pas leur temps de riposte si apathique et propulsa tout le long de son corps vers les pirates ! Plusieurs d'entre eux s'était mit de front, convaincu que leur courage d'homme sanguinaire allait prôné sur leurs âmes noires et vides d'humanité. Il en liquida plusieurs, les quartiers pour lui n'étaient pas permis , sans penser utiliser son armement robotique et encore moins son Fruit Du Démon, tous, succombèrent au courroux du Corsaire ! Une paire de criminels restaient à portée, inhabituelle était le geste soudain de Wayans qui se lécha la lèvre, emporté par le seul désir de tué, et cette fois, Ash n'y était pour rien.

Aveuglé par son souhait d'assoupir sa haine malgré les pirates, il n'avait pas daigné remarquer que Yumiya lui avait rattrapé la main, une seconde fois il y avait peu de cela. Ce n'était qu'à l'instant où l'un des scélérats lui agrippa le bras, élancé dans un sentiment de domination alors qu'il s'en remémorait l'alternance. Les idées remisent en place, il dégagea celui-ci d'un geste de la main rigoureusement violent ! Dos tournés, il amorça l'ombre d'une attaque arrière qu'il évita au moment propice, plusieurs de ses cheveux avaient été anéantit quant au coup de massue provenant de l'inconnu.

C'était plusieurs tonnes, à vrai dire, une montagne de muscle moulée dans un uniforme fushia fluorescent taillé en son centre qui se dressait devant Wayans. Une touffe de cheveux roux sur le haut du crâne, brassards verdâtres au niveau des poignets, le mastodonte provoquait de ses abdominaux déformés le Shichibukai, l'incitant au combat jurant de par sa force de ne pas le laisser toucher à un autre de ses camarades. Étant donné qu'il prononça dans l'une de ses phrases qu'un autre homme d'une carrure inégalable allait les faire payer, déterminer à revendiquer la place de Seigneur des Pirates, Wayans conclu qu'il ne s'agissait pas là de leur capitaine. Un sourire en coin faisait nettement discerner sur le visage de Way' qui ne pouvait s'empêcher de jubiler, c'était à la limite de l'extase, il riait à plein poumons.

« - Seigneur des Pirates ? Des amateurs comme vous... Ha... Vous êtes vraiment pathétique, s'exclama-t-il en reprenant tout son sérieux. Je vais t'ouvrir les yeux et te donner un regard différent sur le monde, après ça, tu pourras me remercier. » Il disparût de sa position initiale !

Sa vitesse avait été décuplée afin qu'elle lui soit bénéfique, en un rien de temps, il se retrouvait devant son ennemi, à la même hauteur. Égal à égal ils étaient dorénavant. Wayans tendit sa main gauche en direction du front de l'opposant et lui octroya une pichenette qui, au départ, semblait totalement anodine...Néanmoins destructrice lorsque le titan fut projeté un kilomètre entier en arrière, traversant plusieurs murs.

Accablés par la panique, le reste de son équipage désertait les lieux totalement ébranlés de peur. La tangente du port ils prirent aussitôt, en ce glissant dans une allée égarée, sûrement dans le but d'avertir leur Capitaine. Le Shichibukai s'adonnait à plusieurs mouvements d'étirement, en fléchissant les jambes et les ramenant à son corps, un exercice si brusque lui avait certainement valut une petite foulure, rien de grave, il se redirigeait vers la Marine.

« - Je suis devenu Shichibukai suite à mon emprisonnement à Impel Down. À la base, Je n'étais ni un Pirate ni Révolutionnaire du moins, pas un criminel en tout cas. Juste un homme normal, quelqu'un de bien à qui il est arriver de mauvaises choses. Si j'ai accepté ce rang c'est pour avoir la paix. Maintenant, si tu vois autre chose complètement hors-sujet à ce type de description, je ne t'en tiendrais pas rigueur. Libre à toi de penser. Finissait-il par lâché en prenant à son tour la direction du port sans porter grande importance à Yumiya... Par ailleurs, je me demandais, quand est-ce que tu allais te décidée à me dire que tu te servais de moi pour mener ta mission à bien...? »

Il resta un long moment à attendre toutes formes de réactions qui ne se manifestaient visiblement pas, qu'il insiste ou non. Être découverte au grand jour était-il si mal que ça ? Ou alors assumer ses propres ambitions était dur à avouer ? Parfois, l'on est jamais mieux servit que par soi-même, mais à ne pas oublier que notre plus grand ennemi, c'est nous.
Revenir en haut Aller en bas
Yumiya Taka

avatar

Messages : 400
Date d'inscription : 10/11/2011
Localisation : Là où tu n'es pas

Caractéristiques
Riyals:
10/10  (10/10)
Prime: Aucune
Fruit du Démon: Aucun

MessageSujet: Re: Il faut de tout pour faire un monde. [Terminé]   Mer 11 Juil - 23:49




    Il faut de tout pour faire un monde.


    Yumiya resta planté sur place à admirer le combat. La plupart des pirates étaient déjà à terre, terrassés par le Shichibukai, et les Marines restant combattaient ceux toujours sur leurs pattes. Le Capitaine Corsaire s'apprêtait à présent à affronter l'autre géant, le Pirate, un tas de muscle qui manquait sérieusement de goût vestimentaire. Il portait sur lui un uniforme fluorescent rose et des brassards verts. Au vue de ce genre d'habit, personne n'irait penser que cette personne était un pirate cruel et sans cœur.

    Les deux géants échangèrent quelques paroles que la jeune femme ne put entendre dans la cohue que faisait Pirates et Marines en plein combat. Subitement, la vitesse du géant allié à la Marine augmenta et il arriva en un laps de temps minuscule en face de son ennemi qui ne se doutait de rien. Sans brutalité, le Capitaine Corsaire dirigea sa main gauche vers le visage de son opposant et apposa un petit coup sur le nez du Pirate. Rien de bien violent, plus un geste amical ou narquois qu'autre chose et pourtant, l'ennemi fut expulsé un kilomètre plus loin, détruisant plusieurs murs sur son passage.

    En voyant le géant perdre son combat, les Pirates qui l'accompagnaient coururent vers le port, totalement paniqué. Les rôles étaient désormais échangés, ceux qui, quelques minutes plus tôt, terrorisaient les civils étaient désormais paniqués. Yumiya ne put retenir un sourire satisfait, ce Shichibukai n'avait pas été inutile, il avait réussit à débarrasser la jeune femme d'une bonne partie de son travail. Elle jeta un coup d’œil dans sa direction et remarqua qu'il se dirigeait vers elle. Il c'était certainement rendu compte qu'elle n'avait rien fait durant ce combat, elle n'était pas même essoufflé et n'avait pas une poussière sur le visage.

    En le voyant s'approcha, elle lui accorda un grand sourire, puis le géant prit la parole pour lui raconter ce qu'il l'avait mené à devenir un Shichibukai à la solde du Gouvernement :

    - Je suis devenu Shichibukai suite à mon emprisonnement à Impel Down. À la base, Je n'étais ni un Pirate ni Révolutionnaire du moins, pas un criminel en tout cas. Juste un homme normal, quelqu'un de bien à qui il est arriver de mauvaises choses. Si j'ai accepté ce rang c'est pour avoir la paix. Maintenant, si tu vois autre chose complètement hors-sujet à ce type de description, je ne t'en tiendrais pas rigueur. Libre à toi de penser.

    La Marine pensa durant l'espace d'une seconde à ce qu'il venait de lui dire. La seule question qu'elle se posait était ce qui avait bien le mener en prison, si il n'était ni Pirate ni Révolutionnaire, c'était étrange comme histoire tout de même. Elle remarqua ensuite que le Capitaine Corsaire se dirigeait vers le port, à la poursuite probablement des Pirates enfuient, elle le rattrapa en quelques foulés, il finit par dire à la Marine :

    - Par ailleurs, je me demandais, quand est-ce que tu allais te décidée à me dire que tu te servais de moi pour mener ta mission à bien...?

    La jeune femme tenta de ne pas se montrer trop perturber par ce que venait de lui dire le géant. Il avait bien raison, elle se servait de lui pour ne rien avoir à faire mis à part regarder, ce qui était déjà une chose assez fatigante lorsqu'on ne voulait rien faire du tout. Elle resta un moment silencieuse et se perdit dans ses pensées. Elle pouvait très bien inventer une histoire sur les raisons qui la poussait à essayer de le manipuler. Elle pouvait feindre ne jamais avoir souhaiter faire cela. Elle pouvait avouer la vérité, tout simplement, mais même dans ce cas, elle ne savait pas trop quoi lui dire. Elle opta donc pour une semi-vérité, assez simple à formuler en quelques mots.

    Elle lui dit donc, n'ayant à présent plus aucun sourire sur les lèvres :

    - Je t'ai demandé de m'aider, tu as accepté. Est-ce vraiment cela, me servir de toi ? Tu n'avez qu'à refuser et me laisser faire mon travail toute seule.

    A vrai dire, elle avait quand même tenté de le convaincre en lui faisant les yeux doux et en paraissant plus gentille que ce qu'elle n'était vraiment, mais désormais, c'était terminé. Elle n'allait pas recommencer ce manège, et comme pour bien faire comprendre au Capitaine Corsaire cela, elle avait arrêté de la vouvoyer et était passé au tutoiement, chose qu'elle réservait d'habitude à toutes les personnes qu'elle croisait, qu'elle soit ou non importante.

    Elle regarda ensuite le Capitaine Corsaire et lui dit dans un haussement d'épaule :

    - Enfin, si tu penses vraiment ça de moi, je suppose que rien ne te ferais changer d'avis.

    Sur ces mots, elle devança le Shichibukai et se rendit vers le port en accélérant le rythme. Elle ne prit pas plus de quelques minutes pour y arriver et constater qu'un nouvel ennemi était là-bas. Bien plus grand que son prédécesseur. La jeune femme en vint même à croire qu'il était un vrai géant et qu'il pourrait l'écraser d'un mouvement de pied ou de main et qu'elle serait morte en moins de temps qu'il ne faut pour le dire, littéralement écrasée par le poids de cet homme. Elle le fixa les yeux grand ouvert, ses sous-fifres gesticulant autour de lui, et elle comprit que le Capitaine n'était pas la personne qu'avait mise à terre le Capitaine Corsaire quelques minutes précédemment, mais se trouvait face à elle.

    Elle resta planté sur place, cherchant des yeux le Shichibukai, elle ne pourrait certainement pas battre ce géant avec ses maigres capacités.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Il faut de tout pour faire un monde. [Terminé]   Jeu 19 Juil - 10:33


Yumiya & Wayans
♦ Il faut de tout pour faire un monde. ♦


« - Je t'ai demandé de m'aider, tu as accepté. Est-ce vraiment cela, me servir de toi ? Tu n'avez qu'à refuser et me laisser faire mon travail toute seule. »

Seules ces paroles avaient le dont de faire rire notre Shichibukai.  Ash serait-il dans la place ? Il débordait de tous les côtés de son être, tentant laborieusement mais difficilement de prendre le contrôle. Désormais, Wayans n'était plus qu'un hybride qui départageait son corps en deux parties équitables.
La marine restait un long moment à le fixer... Qu'est-ce qu'elle voulait ? Des sucettes ? Il n'en avait pas. Une arrogance insoupçonnée prit le dessus sur les chimères de notre Cyborg qui tordait son anatomie, analogique à un chewin-gum tout juste mâchouillé.

« - Enfin, si tu penses vraiment ça de moi, je suppose que rien ne te ferais changer d'avis. »

Sa lucidité ne l'avait pas perdu, il était d'accord pour acquiescer au fait qu'elle avait bel et bien dans l'idée de se servir de lui. Il cogita sur cette partie de ses dires tout le long de la route en direction du port de Logue Town. Ils avaient perdu une poignée de cinq marines lors de leur altercation avec les pirates. Leurs morts n'étaient pas déplorables, ce n'étaient que des pions utilisés par le Gouvernement Mondial qui luttaient incessamment pour un idéal de justice infondé. Way' senti ses pensées se déséquilibrées, des combles béats s'accaparèrent un périmètre entubé par la folie qu'exhibait Ash.

Leur route avait été très courte, que dis-je, l'on avait à peine aperçut le temps défilé qu'une cohorte de plusieurs pirates enragés attendaient de pieds fermes nos interprètes, munit d'armes jusqu'aux dents. Ils brossaient celle-ci d'une main vigoureuse qui incitait plus ou moins à la violence... Sans blague ? Ils n'étaient pas là pour discuter autour d'une dînette en porcelaine. Quoiqu'il en soit, la plupart d'entre eux espéraient se fondre dans un de ces styles ténébreux et antipathiques qui leurs servaient de faire-valoir à leurs ego colossaux. Léchant les extrémité de leurs lames encore émoussées de sang, ils abandonnaient les parcelles d'éclats sarcastiques au grand air.

L'Alpha Cyborg observait tout ça d'un œil très admiratif, subjuguer par tant de crétinerie. Sa transition inéluctablement flagrante de personnalité faisait réagir plusieurs des soldats qui se tenaient disposés aux alentours des deux protagonistes, tremblotants de tout leurs membres.

« - Nous sommes en sous-nombre... !! »
« - Vous êtes des tarlooz' surtout... Elles sont où vos couilles ! Z'êtes des mecs nan ? Alors combattez les comme tels ou c'est moi qui vous fait bouffer la poussière. »
« - Mais... Mr. Reaver ?... »
« - EXECUTION S'PECE DE BOLOSS ! »
« - En...Entendu !! »

Sa pupille vous me demanderez ? Ah mais là aucune question en rapport avec le rouge n'avait lieu d'exister Ash avait définitivement prit le contrôle et Wayans, contraint de se battre de toutes ses forces dans l'espoir de briser la glace, si bien fictive, qui les séparait ne détenait que peu de moyens afin de rebrousser chemin. Il aurait peut-être même agi d'une façon similaire à Ash en voyant Yumi en danger, totalement incapable d'esquissée le moindre geste du haut de son mètre cinquante. Il l'aurait laissée se débrouillée comme une grande fifille. Bah quoi ? C'était elle qui s'était gravé dans l'idée de l'utilisé à des fins personnelles...

Ash ne broncha pas, le Capitaine Pirate vraisemblablement ivre de rage n'inspirait qu'une déconcertante odeur d'ambitieuse stupidité. La borgne aux cheveux immaculés, destinées à faire ses prières, demeurait idiotement pétrifiée face à l'assaut du flibustier. Celui-ci n'hésitait pas une minute de plus, résolu à se débarrasser des déchets.

Les circonstances néanmoins peu badines délaissaient paraître du bienfait pour le Schizophrène dominé. Ash senti Yumiya lui jeter un ultime regard désespérer tandis que, bras croisés, il admirait la scène adossé au mur.

« - Mademoiselle Taka !!! »
« - Rooh... Fait chié. »

Un nuage de fumée englouti brusquement la scène !! Le pied du Pirate s'était violemment abattu sur la gamine, semblable à la colère des cieux. Bien qu'inespérée, le secours de Ash pouvait être baptisé d'héroïque ! Il utilisa une force centrifuge et gravitationnelle afin d'empêcher ce ripaton si gargantuesque d'atteindre sa cible alors qu'une grimace involontaire se faisait discernée sur son menton.

« - Sans que je n'intervienne tu l'as protéger... Mh... » Charriait Wayans de sa position.
« - Écrase... » Rétorqua-t-il.

Puis, il se retournait vers Yumi avant de dégager d'une poussée de ses mains le titan écumeur.

« - T'fais pas d'idées, j't'ai juste sauvé parce-que tu f'sais pitié. »
Revenir en haut Aller en bas
Yumiya Taka

avatar

Messages : 400
Date d'inscription : 10/11/2011
Localisation : Là où tu n'es pas

Caractéristiques
Riyals:
10/10  (10/10)
Prime: Aucune
Fruit du Démon: Aucun

MessageSujet: Re: Il faut de tout pour faire un monde. [Terminé]   Jeu 19 Juil - 22:32




    Il faut de tout pour faire un monde.


    Tout en cherchant du regard le Shichibukai, Yumiya constata que les Marines, peu nombreux, se battaient face à une horde de pirate. Elle ne tarda pas à voir dans leur yeux une lueur apeurée, mais plus que ça, il semblait désespéré. Il se battait sans espoir et plusieurs d'entre eux étaient déjà à terre, au fond, ils avaient peut-être raison, il n'y avait aucune chance de victoire et ils seraient certainement tous morts d'ici quelques minutes.

    Elle fixa à nouveau le géant qui se dressait devant elle, pensant qu'à son tour, elle mourrait également. Elle se voyait déjà dans cet autre monde, de toute façon, qu'avait-elle à attendre ici ? Lorsqu'elle se retourna une dernière fois, elle vit le Capitaine Corsaire tranquillement adossé à un mur, regardant la scène sans réagir. Il avait peut-être décide de la laisser se débrouiller seule.

    Elle remarqua alors que quelque chose s'abattait sur elle, un pied presque aussi grand qu'elle avait comme dessein maléfique de l'écraser ici et maintenant. La Marine ne bougea pas d'un poil, elle ne tenta même pas de repousser l'attaque, de toute façon, à quoi bon ? Il était bien trop gros pour que ces petits bras puissent la sauver. Lorsqu'elle pensa enfin s'être faite écrasé, elle constata que le pied ne l'avait pas touché. Elle se demanda si le Pirate avait raté sa cible, pourtant, elle était certaine que la seconde plus tôt, ce pied n'était qu'à quelques millimètres de sa tête.

    La borgne jeta des coups d’œil perdues autour d'elle en se demandant à quoi était dû ce miracle. Lorsqu'elle entendit la voix du Shichibukai, elle n'eut aucun mal à comprendre :

    - T'fais pas d'idées, j't'ai juste sauvé parce-que tu f'sais pitié.

    Elle le regarda en se demandant ce qui lui était arrivé. Ses pupilles avaient pris une teinte rouge et son langage avait changé, il était passé de quelque chose de courant à un langage plutôt familier. Cela l'étonnerait qu'il est changé si vite. Elle secoua la tête en pensant qu'elle se faisait certainement de fausses idées. Personne ne pouvait changer en l'espace de quelques minutes, c'était bien trop rapide, il était certainement comme ça depuis le début, même si elle n'avait rien remarqué.

    Elle s'interrogea ensuite sur le comment du pourquoi. Comment avait-il fait pour la sauver au juste ? Elle ne voyait qu'une réponse, tout ceci était certainement dû à l'utilisation d'un fruit du démon. Après tout, ce genre de choses avait l'air plutôt répandu ces derniers temps. Elle jeta un coup d’œil sur le Capitaine Pirate qui avait été repoussé, on ne sait trop comment.

    Prenant en compte son erreur passé, elle s'éloigna du géant. Maintenant qu'elle avait l'occasion de prendre ses distances, elle devait le faire et laisser cet homme aux mains du Shichibukai à qui elle dit, d'une voix froide :

    - Tu n'avais qu'à me laisser mourir.

    Elle savait bien que ce n'était pas la bonne réaction à avoir. Elle détourna alors son regard puis dit d'une petite voix :

    - Enfin...

    Elle eut un moment d'hésitation, elle ne savait pas si elle devait être reconnaissante qu'on lui ait sauvé la vie alors que celle-ci avait si peu d'importance à ses yeux, en la sauvant de la mort, il ne l'aidait pas forcément. Néanmoins, elle lui dit :

    - Merci quand même.

    Sur ces mots, elle oublia le Capitaine Corsaire et chercha des Marines de son œil. Elle n'en trouva que quelques uns encore debout, s'opposant au moins au double de leurs nombres, si ce n'était plus, la sous-lieutenante n'avait pas vraiment envie de faire des mathématiques. En tout cas, elle savait bien qu'ils n'avaient presque aucune chance de victoire.

    Sans hésitation, elle saisit son couteau fétiche dans sa main droite et se jeta à la gorge du premier pirate qu'elle vit, qui prit par la surprise ne put esquisser le moindre geste avant de tomber mort sur le sol. La jeune femme avait laissé sa colère prendre le dessus, elle ne voyait rien autour d'elle, mis à part des ennemis qu'il fallait tuer.

    Elle prit ensuite plusieurs couteaux dans sa main gauche et les envoya sur la meute de Pirate. Le but n'étant pas de tuer les pirates, aucune des lames n'en abattit, mais quelques uns se plantèrent dans un bras ou une jambe, affaiblissant légèrement ses ennemis qui ne tardèrent pas à retirer le couteau de leurs membres. La jeune femme prit ensuite un couteau dans sa main gauche, elle avait toujours préféré se battre au corps à corps, sentir la personne mourir sous ses coups.

    Elle se jeta sur la première victime qu'elle vit, victime qui arborait un sourire sûr de lui et qui la repoussa avant qu'elle n'ait eut le temps de faire couler la moindre goute de sang. Elle le fixa, remarquant qu'il avait en sa possession deux sabres qu'il tenait fièrement devant lui. Du sang coulait de ses lames, certainement de Marines qu'il avait tué. Il semblait plutôt en confiance. La Marine envoya alors le couteau de sa main gauche en direction de la tête du pirate qui n'eut pas de mal à éviter la lame. La borgne profita du moment d’inattention de son ennemi pour le frapper dans l'entre-jambe, un geste pas très loyal, certes. L'homme, distrait par sa douleur, fut achevé par la jeune femme.

    La jeune femme continua à s'attaquer aux Pirates sans pitié, même moitié morte, elle aurait continué à se battre jusqu'à ce que tous ses ennemis soient à terre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Il faut de tout pour faire un monde. [Terminé]   Ven 20 Juil - 4:20


Yumiya & Wayans
♦ Il faut de tout pour faire un monde. ♦


Les ressources en matière de combat témoignaient du granuleux courage qui émergeait soudainement de la Marine. Sans que l'Alpha Shichibukai puisse réagir, elle s'était déjà jeté sur un nombre incalculable de pirates qu'elle acheva un à un, et ce, dans la plus immense des froideurs.

Ses gestes étaient fluides et gracieux, comparable à un cygne idolâtré des femmes en quête de raffinement, Yumiya s'avérait ironiquement plus masculin que les militaires Marines. Certains d'entre eux, enrôlés par la quiétude, subsistaient d'un mal éclatant à brandir leurs armes sans trembloter. C'était à se demander pourquoi ils avaient laissés leurs familles se débrouillées seules dans le but d'asservir une fausse utopie.

« - Way', ça ne sert plus à rien de lutter... »
« - Une raison particulière..? »
« - Je te laisses la suite des choses... Je suis trop fatigué pour continué dans c'te voie à la con, j'vais piquer un roupillon devant des revues cochonnes... »
« - Haha, il laissait échappé un rire anodin, comme il te plaît. Qui l'aurait cru... »

Maintenant que Wayans avait réussi avec l'abandon de Ash, à préserver un self-contrôle totalement accordable avec ses désirs, il s'élançait sur une série d'étirement de la tête pour desserrer les ligaments de sa nuque, enflée par sa reconstitution en métal. Il regardait dans la paume de ses mains, elles n'étaient brimées par le sang... Un instant de réflexion délaissait notre Cyborg dans ses anciennes apophtegmes qu'il s' évertuer à réduire à néant à partir des couloirs ahurissant de son esprit. Cependant, on ne pouvait chassé les choses marquantes contrairement à la remémoration des souvenirs heureux, injuste était la logique...

On aurait pût homologué son essence spirituelle à un funèbre et néfaste manoir, s'agrandissant au fil des jours sur une portée de kilomètres inimaginables. Le tapis rouge des escaliers, perforé par décrépitude, n'était qu'un vestige qui avait égaré toute sa décoloration afin de mener chaque aventuriers aux allures braves jusqu'au premier étage. Une rangée de portes s'offriraient alors à eux dans ces corridors menacés par la puanteur et les bestioles horripilantes. Les lampes, disposées sur les antique plafonds à peinture éparpillées, ne s'allumeraient qu'une fois sur deux. La plupart du temps, elles tomberaient en panne, l'autre, elles émettraient un grincement effarouchant les touristes. La visite, ne s'achevait pas là, un second niveau donnerait sur une bibliothèque assaillie par l'arôme des pages et couvertures dorénavant illisibles. Le troisième, une fosse sans arrières-plans distingués à ce jour, les portes de l'enfer. Et enfin, le dernier palier, les appartements de Ash qui y s'éternisait, vivant à travers une tout autre personnalité.

Wayans passait en revu tous ses détails. Il ne revenait à la réalité  que lorsqu'un pirate se précipitait sur lui, poussant un minime gémissement d'homme incertain aux aspects saugrenus. Le Schizophrène le stoppa d'une main avant de le soulever par le cou.

« - As-tu une famille ? »
« - J'...J'-A...J'Ai un fils ! ARGH !... Et...Une femme... Goarg !... »
« - Celui que tu étais vient de mourir. Si tu aimes vraiment ta femme et ton fils et que tu ne veux pas qu'il devienne orphelin et elle, veuve d'un mari qui l'a abandonnée, tu ferais bien de te comporter honnêtement à l'avenir. »
« - Que ?!... »
« - Tu as de la chance d'être tombé sur moi car sinon... il incita le pirate à regarder en direction de Yumiya qui s'exhibait dans une abjecte brochette de meurtres, tu serais mort à l'heure qu'il est ! Maintenant vas, vas retrouver ta famille et vis des jours heureux avec elle, des moments que tu ne sois pas capable d'oublier. »
« - J... Je... J'ai compris... »

Ayant correctement discerner le raisonnement auquel sollicitait les paroles de notre Capitaine Corsaire, le pirate prit la fuite. À l'inverse du port, il se dirigea vers la ville, se démunissant de ses armes, pleines de péchés. À peine avait-il fait deux mètres qu'il se retournait vers Wayans.

« - Mais... Le Capitaine... ? Il va vous... ! »
« - J'en fais une affaire individuelle... De plus, je pense que la Marine que tu vois là n'est finalement pas beaucoup mal à s'en occuper, il suffit qu'elle soit motivée dirons-nous... »
« - D'accord... Merci ! »

Le dos tourner, Way ne lui affubla qu'un signe de la main sans importance, le stimulant à quitter la ville au vue de cette occasion en or. Une fois que Yumiya fût assez proche de lui, il entrava l'acte homicide qu'elle était sur le point de berner. Il fallait qu'elle retrouve la raison, sinon, ce serait s'abaisser à leur stature. Retenue par l'épaule, ses ardeurs ne se refroidissaient pas. Wayans avait du mal à la reconnaître... Son ambition à tuer des flibustier encore et encore ne pouvait  s'atermoyée que lorsque celle-ci n'aurait plus assez une goutte d'énergie pour ensevelir ses canifs dans le cœur des pirates ? Il s'en doutait fortement. À travers le sens de son regard il pouvait guetté que la ténacité à assassiné des pirates afin que ce monde soit dépouillé de crimes n'était pas l'une des seules raisons qui poussaient Yumi à faire partie de la Marine. La vengeance, elle avait la vengeance dans la peau et se refusait de s'avouer vaincu face à de tels crasseux...

Tiré d'un ressentiment de compassion, Le Shichibukai s'adressa à Yumi d'une voix qui se voulait mature et compréhensive :

« - Nous sommes les deux personnes les plus compétentes pour mettre fin à leurs agissements. La moitié des Marines sont morts, il ne nous en reste pas l'ombre de deux hommes trop craintifs pour leur faire face... Je te propose que nous nous effilions dans le vif du combat ensemble, si nous nous séparons, nous sommes trop vulnérables. De toute façon ce n'est plus une question d'envie, nous n'avons pas le choix. »

Il n'avait pas fini sa phrase que déjà, il soulevait Yumi d'une main et l'agitait d'un mouvement circulaire entre ses doigts. Tel un javelot, il centrait là où le cortège de malfaisant était le plus abondant et catapulta la borgne de toutes ses forces en leur proéminence !! 

Elle dégageait une allée ample à travers cette flaque de pirates, grée d'un arsenal de couteaux ! Elle même sur le coup le n'assimilait pas directement ce qu'il se passait, mais semblait plutôt bien se défendre lorsqu'elle atteint sa première cible qu'elle perfora littéralement ! Le Cyborg ne pouvait pas la laisser opérée seule, à un moment donné, elle n'aurait plus autant d'élan et se retrouverait en cas de faiblesse majeur ! Il ajustait la visée précise de son bras robotique devant lui et tonnait soudainement :

« - Iron Gatling, G3.1 !! »

Un premier boulet de canon fût tirer en intendance des Pirates qui s'étaient rassemblés autour de Yumi ! Elle, qui hissait sa démarche au travers des rideaux de fumées qui faisaient leurs apparition quant aux explosions que provoquait notre Shichibukai, continuait sur sa lancée destructrice.

« - Ce gars... C'est un Cyborg !!! »
« - Le Cyborg Rearborg pour les intimes ! »
« - À l'attaque !! YAAAAAAAAAAAAAAAAH !! »
« - Shooter !! »

Chaque phalanges de la main de notre Corsaire se décomposaient pour abandonner leur place à un festival de balles ! Elles terrassèrent les pirates qui s'étaient follement mit dans l'idée de lui barrer la route, Wayans plaqua son genoux à terre et entreprit une course vertigineuse au secours de Yumi qui lézardait sur sa vitesse !

Il attribua un premier coup de poing féroce dans le nez d'un des pilleurs qui accentuait son exhortation à ne pas le laisser transpercer leur ligne d'assaut ! Sa riposte, tellement puissante faisait chaviré la victime, la propulsant à la mer. Une fois débarrassé du nuisible, Wayans esquiva un assaut à la massue en provenance de l'arrière. Dans toute la fluidité de son geste, il fit danser sa jambe pour faire trébucher en avant son assaillant ! Sa chute était fulgurante, inévitable ! Assez rapide pour que le jeune Reaver élève son coude d'une allure forcenée, lui défonçant la mâchoire ! Son coéquipier, qui venait tout juste de se rendre compte de la scène, ne subsista pas une éternité sur place ; le Schizophrène lui avait enfoncé la tête dans les pavés et dorénavant, se retrouvait dos à dos avec la petite marine, encerclés d'hommes fourbes n'obéissant qu'aux démangeaisons d'un fléau des mers...
Revenir en haut Aller en bas
Yumiya Taka

avatar

Messages : 400
Date d'inscription : 10/11/2011
Localisation : Là où tu n'es pas

Caractéristiques
Riyals:
10/10  (10/10)
Prime: Aucune
Fruit du Démon: Aucun

MessageSujet: Re: Il faut de tout pour faire un monde. [Terminé]   Sam 21 Juil - 8:35




    Il faut de tout pour faire un monde.


    Yumiya, une fois le Pirate aux deux katanas achevés, se lança à nouveau dans la mêlée, envoyant ses couteaux de tous les côtés, frappant et attaquant chaque personnes qu'elle croisaient, ne se préoccupant même plus de savoir si elle était une alliée ou non. Il n'y avait plus rien autour d'elle mis à part des ennemis. Elle tua ainsi plusieurs des Pirates qui n'avaient pas l'air de comprendre ce qu'il arrivait tout à coup à cette frêle femme qui, quelques minutes plus tôt, étaient restés de côté, regardant les évènements se déroulaient, qui donnait l'impression qu'elle allait tomber à la moindre brise et qui pourtant, à ses instants, se déchainait comme une furie.

    La jeune femme ne ressentait rien après avoir retirer la vie à ces forbans, elle en éprouvait presque du plaisir, un plaisir mauvais et mesquin, elle aimait voir ces hommes tombaient par terre sous ses coups, les voir périr sous ses yeux en y tirant une grande satisfaction qui ne faisait pas mourir son envie de vengeance. Elle n'arrêtait ses attaques que pour ramasser quelques couteaux égarés qu'elle renvoyait presque aussitôt.

    Même retenue par l'épaule, ses envies de meurtre étaient toujours aussi forte. Elle s'apprêtait même à planter un couteau dans la main de celui qui osait la retenir dans ses ardeurs, tout n'était qu'un ennemi, elle aurait pu tuer un Marine sans s'en rendre compte, elle aurait pu planter ce couteau dans la main du Shichibukai si celui-ci ne lui avait pas adresser la parole, lui rappelant qu'il n'était pas son ennemi :

    - Nous sommes les deux personnes les plus compétentes pour mettre fin à leurs agissements. La moitié des Marines sont morts, il ne nous en reste pas l'ombre de deux hommes trop craintifs pour leur faire face... Je te propose que nous nous effilions dans le vif du combat ensemble, si nous nous séparons, nous sommes trop vulnérables. De toute façon ce n'est plus une question d'envie, nous n'avons pas le choix.

    La borgne n'eut pas le temps d'esquisser le moindre accord ou geste, qu'elle se retrouvait déjà en hauteur, posé sur des mains géantes qui l'envoyèrent sans trop de mal en plein milieu de la horde de criminels, qui s'écartèrent à son arrivée, comme pour la laisser atterrir et l'attaquer ensuite. Juste avant de retomber sur le sol, la jeune femme prit des couteaux entre ses doigts. Elle ne comprenait pas tout à fait ce qui lui était arrivé, mais à présent, elle allait se trouver entouré d'ennemis qui n'avaient qu'une seule envie, la tuer.

    Lorsqu'elle toucha la terre, elle ne laissa pas le temps à ses ennemis de réagir qu'elle envoyait déjà les lames dans leur direction. L'une d'elle transperça de plein fouet une victime qui s'effondra sur le sol. La jeune femme saisit ensuite deux couteaux, chacun dans une main, et commença à planter ses couteaux dans les parties vitales des ennemis. Elle se faisait attaquer des plusieurs côtés et était certainement déjà couverte de blessures, néanmoins, dans la fureur et la ferveur du combat, elle ne ressentait aucune douleur et aurait été capable de continuer à se battre durant des heures.

    Tout à coup, quelque chose explosa à ses côtés, répandant de la fumée autour d'elle ce qui ne l'empêcha pas de ralentir l'allure, nullement perturber par cette fumée qui n'existait pas pour elle. Elle ne stoppa donc pas ses coups et profita de l’inattention soudaine de certains pirates, dû à la fumée, pour les blesser ou les tuer.

    À mesure que le combat avançait, la Marine se sentit de plus en plus fatigué, ralentissant son allure, mais ne l'empêchant pas de toucher ses ennemis, elle ne s'arrêterait jamais, à moins d'être morte, complètement achevé, qu'elle ne respire plus, que son cœur ait cessé de battre. Jusqu'à ce que tous soit mort, elle n'avait qu'une idée en tête et rien ne pouvait la détourner de son but.

    Lorsqu'elle fit un pas en arrière, elle heurta quelque chose de dur. Serrant les couteaux dans sa main, elle se retourna, prête à achever ce qui s'était collé à son dos, puis, constatant que ce n'était autre que le Capitaine Corsaire, elle stoppa son geste et posa son regard en face d'elle. Elle profita de quelques instants d'arrêt pour reprendre son souffle. Elle remarqua que le nombre de forbans avaient déjà baissé même si il restait tout de même plus nombreux. Les deux alliés étaient désormais encerclés par ces criminels, leurs visages confiant et hautain faisaient monter la colère de la borgne, qui ne réfléchissant pas aux conséquences de son acte, sauta avec fureur sur le hors-la-loi le plus proche, le faisant tomber par terre et l'égorgeant comme un vulgaire animal.

    Ces quelques secondes de pause lui avait suffit à retrouver toute sa forme et toute sa haine qu'elle utilisait rageusement ses Pirates. Après avoir égorger sa victime, la jeune femme ne se releva pas tout de suite et planta plutôt un couteau dans le pied de la personne la plus proche. Puis ,tout en se relevant, elle abattit la dite-personne d'un coup fatal. Elle récupéra le couteau qu'elle avait utilisé pour clouer au sol le mort de la main gauche, puis s'attaqua à un autre forban qui semblait plus effrayé qu'autre chose par la barbarie de la jeune femme. Il essaya de parer les attaques de la jeune femme avec son katana, en vain, car la Marine transperça son cœur malgré sa résistance.

    Elle recommença à attaquer toutes les choses qui bougeaient autour d'elle et ne tarda pas à ressentir à nouveau la fatigue, prenant le dessus sur sa vengeance, mais n'empêchant pas Yumiya de sévir. Elle avait à nouveau perdue un peu de vitesse, mais continuait néanmoins ses meurtres. Elle respirait de plus en plus fort et sentit soudainement ses jambes flancher sous son poids. Elle tomba sur le sol, au milieu de plusieurs corps sans vie. Elle regardant autour d'elle pour constater que les pirates les plus proches prendraient quelques secondes à la rejoindre. Elle rangea le couteau qu'elle avait dans la main droite pour en récupérer un sur le sol.

    Lorsqu'elle tendit le bras pour récupérer l'arme, elle sentit une chaussure lui écraser le poignet. En relevant la tête, la jeune femme constata qu'un pirate l'avait rejointe et lui écrasait le bras en arborant un grand sourire. Elle sentait le pied appuyer de plus en plus fermement sur son poignet. Elle ne tenait pas à ce qu'il soit casser une seconde fois. Elle transperça donc le pied criminel, en prenant garde de ne pas toucher son propre membre. L'attaque ne sembla pas faire son effet car le pied resta en place. C'est alors qu'une main, presque aussi grande que le visage de la borgne, plaqua celui-ci au sol. Assommant la jeune femme l'espace d'une seconde qui en revenant à la réalité se rendait compte que le Pirate qui était en train de l'attaquer semblait pris d'un fou rire.

    Elle le fixa froidement ce qui semblait le faire rire de plus belle. Elle se tortilla dans tous les sens, tentant d'atteindre l'ennemi par des coups de jambes ou de couteaux qu'elle donnait dans le vide, l'homme maintenant sa prise sur son bras droit et son visage. Ce dernier, une fois calmé de son rire lui dit :

    - Ne t'en fais pas, je ne vais pas tout de suite te tuer. Je veillerais à ce que ta mort soit lente et douloureuse.

    Elle aurait préféré mourir rapidement sans avoir à souffrir, cet homme était peut-être encore plus cruelle qu'elle. Celui-ci prit les cheveux qui recouvraient le front de la Marine dans sa main pour lui soulever la tête, puis avec une force de brute, il ramena celle-ci contre le sol, faisant perdre conscience subitement à la borgne qui cessa de donner des coups dans le vide.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Il faut de tout pour faire un monde. [Terminé]   Dim 22 Juil - 0:11


Yumiya & Wayans
♦ Il faut de tout pour faire un monde. ♦


À l'inverse des pirates qui s'étaient regroupés autour d'eux en un cercle, Yumi et Wayans ne parurent pas désappointés. Immédiatement, ils s'élancèrent dans l'affluence de forbans qui ne cessait de diminuée à vue d’œil. Ils avaient correctement accompli leur travail, plus les pirates se faisaient nombreux et plus cela était opportun pour nos deux personnages qui, sans répit, se démenaient à les lapider, un par un.

Les plus audacieux des pirates étaient ceux situés au front, ceux que Way' se faisait un plaisir à dégager de son chemin. Il aurait sacrément apprécié tous les remettre dans le droit chemin, comme il l'avait fait avec ce flibustier tantôt. Cependant, c'était inutile, pervertis par la stupidité et naïveté de leur capitaine, de leurs yeux ne se reflétaient que la rage, ainsi qu'une démente et mensongère avidité à satisfaire des convoitises qui n'étaient leurs. Le Shichibukai intercepta le premier coup diriger à sa nuque, une attaque à la batte. Il dupa son assiégeant en faisant mine d'être méconnaissable de son indiscrétion, trop préoccupé par ses combats. Le bon moment de contre-attaque était à bout portant, et, Wayans ne tardait pas à saisir cette chance ! Détruisant le maillet d'une main, il souleva le pirate vers le ciel, harponnant ses vêtements avalisés.

Il avait beau se plaindre, supplier, gémir, il n'en restait pas moins l'une des pires vermines en ce monde qui méritait la plus conséquente des punitions, pour toutes les vies qu'il avait volées, toutes les larmes qu'il avait fait versées, tous ces cris dont il en était la terreur...

Catégoriquement individualisés comme deux groupes distinct, la plupart des pirates avaient beau vouloir se démarqués de leurs abominables comparses, une fois qu'ils avaient déclarés que leur faction était celle du brigand et que leur voie ne se trouvait autre part que sur les mers en direction du One Piece, ils endossaient la bannière de scélérats.

Très peu étaient les forbans classifiés comme étant des aventuriers à la recherche du plus inimaginable des trésors, une perle délectable que même les rêves les plus fous ne sauraient décrire. Eux, n'étaient pas comme ce genre d'hommes à commettre des homicides, ravagés pays et villages, îles et métropoles en série, fuyant au plus doyen des coups de feu qu'attribuait la Marine à ces fripouilles. Ces pirates-là ne quémandaient que la liberté de voyager à travers les mers, démunis d'obstructions...

Le Schizophrène fût frappé au niveau du dos à l'aide d'une massue tandis qu'il hésitait à abattre sa nouvelle cible sur laquelle il avait desserré son étreinte quant à la malheureuse stupeur qu'il étalait suite à son agression. Son genou heurta violemment le sol, il improvisa et prit un appui avantageux sur cette partie de son corps afin de se rehausser de tout son long, face à son ennemi. Une fois ceci fait, il le plaquait face contre terre après l'avoir agrippé par le cou, compressant son oxygène graduellement.

« - Ça..Gharg ! Sert à ri-Hmpf... ! Rien, ta p'tite copine va crevée...Argh ! »

À séances tenantes, le Capitaine Corsaire détournait son regard vers Yumi. Elle rampait au terroir, acculée par le poids qu'exerçait un des pirates sur son tronc, exiguë, gringalet avant de se retrouvée hargneusement tirée par les cheveux. Le Cyborg relâchait sa victime, une circonférence satisfaisante s'était profilée tout autour de lui lorsqu'il fit basculer ses avants-bras en arrière et que les paumes de ses mains s'enrobèrent de sphères diaphanes.

« - Ce type... ?! Il...Il a bouffer un Fruit Du Démon !!? » Aboya l'assaillant de la petite borgne.

Méprisant la frayeur de celui-ci, le Shichibukai ne se contentait que d'attribuer un clin d’œil complice à la gamine.

« - Accroches toi bien... One Aversion !!! »

Il ne suffit que de micro-secondes pour qu'un mutisme atterrant s'octroie la place de roi. Il avait tout brouillé sur son passage, l'ouïe, la vue, le toucher, l'espoir... Une onde sismique convergea incessamment en direction de tous les pirates environnant !!, Wayans venait de soulever la terre, provoquant une tornade exorbitante à l'aide de ses facultés qui faisaient de lui un homme-apocalyptique !!! 

Tout avait été littéralement rasé, leur bateau s'était envolé, leur capitaine qui avait défaillit venait de disparaître, tous les pirates furent projetés à la mer, incapables d'émergés à nouveau sur le plancher des vaches, consternés par la robustesse du Capitaine Corsaire. Lui, situé au centre de la place dallées en compagnie de Yumi qui avait fait bon de suivre ses instructions, l'abdiquait à son sort, acheminant l'infléchissement de ses pas en dehors de ce champ de bataille, n'avisant que pour finir sur ces mots :

« - J'ai été très heureux de faire ta connaissance, Yumiya. »

[HRP : Ceci, est mon dernier post'.]
Revenir en haut Aller en bas
Yumiya Taka

avatar

Messages : 400
Date d'inscription : 10/11/2011
Localisation : Là où tu n'es pas

Caractéristiques
Riyals:
10/10  (10/10)
Prime: Aucune
Fruit du Démon: Aucun

MessageSujet: Re: Il faut de tout pour faire un monde. [Terminé]   Dim 22 Juil - 4:28




    Il faut de tout pour faire un monde.


    La jeune femme se demanda pourquoi ce pirate l'avait assommé, peut-être parce qu'il en avait assez que Yumiya se débatte, il espérait certainement qu'elle se calme sous ses menaces, c'était un espoir qui ne pouvait être réalisé, elle se débattrait jusqu'à sa mort, elle ne se laisserait pas tuer par des Pirates de cette espèce. En y pensant, il y avait encore ce Shichibukai qui n'aurait certainement pas trop de mal à battre tous les pirates encore présent. Il était certainement bien plus fort que la borgne qui n'avait que ses bras, ses jambes et ses couteaux pour se défendre, ce qui n'était pas grand chose.

    La fatigue se faisait vite sentir et face à de nombreux ennemis, il était dur de tous les abattre, un par un, mais au moins, elle avait eut la satisfaction d'en tuer plusieurs. Elle aurait encore voulut tuer celui qui lui avait fait perdre conscience, mais elle doutait que ce soit encore possible à présent. En réalité, elle n'entendait et ne voyait rien, elle était comme endormie et elle ne savait pas du tout ce qui s'était passée à la fin de cette bataille.

    Lorsqu'elle rouvrit enfin les yeux, le soleil était déjà bien bas dans le ciel, le soir était certainement déjà bien avancé et la nuit n'allait plus tarder à tomber. La jeune femme n'avait aucun endroit où dormir, elle n'avait certainement presque plus d'argent, peut-être juste encore assez pour se payer l'hôtel une nuit.

    La Marine se redressa de façon à être assise en constatant que sa tête la faisait encore souffrir. Il n'y était pas allez de main morte ce criminel, il aurait certainement pu lui fracasser le crâne d'un coup bien dosé, heureusement qu'il avait eut l'idée fantastique de ne pas la tuer tout de suite, cela lui avait permis de survivre. Comme quoi, il vaut mieux tout de suite abattre son ennemi, on ne sait jamais ce qui peut nous en empêcher.

    La borgne se leva sur ses jambes en chancelant et en posant sa main derrière sa tête. Le bateau de la Marine était parti, en même temps, il ne devait certainement pas se douter qu'il y avait des survivants parmi tous ces corps, ils avaient du les croire tous morts et sont partis, l'abandonnant à son sort. Elle pourrait bien rejoindre la base de la Marine de Loguetown, mais rien que le fait d'avoir à s'expliquer la décourageait.

    Elle regarda dans ses poches, comptant l'argent qui lui restait et estimant qu'il lui restait de quoi se payer un hôtel et un repas, et éventuellement une boisson, presque rien en somme. Elle regarda autour d'elle en cherchant quelques couteaux autour d'elle, elle n'en trouva que très peu, tout semblait avoir été balayé par on ne sait trop quoi. Elle prit ensuite une direction au hasard, cherchant un hôtel qu'elle ne tarda pas à trouver, c'était celui où elle avait pris ses habitudes depuis une semaine, elle avait laissé ses affaires là-bas et compté les récupérer durant la journée, mais les évènements l'en avait empêché.

    Elle entra donc dans l'hôtel, déposa de quoi se payer une nuit supplémentaire et monta dans sa chambre. Une fois à l'intérieur, elle constata que celle-ci était encombré d'habits de tout genre que la jeune femme s'empressa de ranger dans un sac, le lendemain, elle n'aurait plus de quoi se payer l'hôtel et devrait partir. Elle retira sa veste pleine de couteau qui retomba lourdement sur le sol, faisant un bruit monstre et signifiant qu'elle était encore bien pleine malgré la bataille passée.

    La jeune femme se dirigea vers la salle de bain, elle était recouverte de tache de sang. Ses cheveux, ses mains, son visage, ses habits, son œil, son cache-œil, tout était immaculé de sang. Elle alla chercher son pyjama puis prit une douche avant de l'enfiler. Elle se glissa ensuite dans le lit en poussant un soupir. Elle avait toujours mal à la tête et espérait que le lendemain, ce mal serait guéris. Il lui faudrait toute sa force pour affronter ce nouveau jour dont elle ne voyait pas la fin, ou plutôt, dont elle n'imaginait pas la fin, elle se demandait si elle allait finir par dormir dans la rue ou si elle trouverait une solution convenable... Elle était loin de se douter de ce qui lui arriverait...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Il faut de tout pour faire un monde. [Terminé]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Il faut de tout pour faire un monde. [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Il faut de tous pour faire un monstre [pv Elle]
» cherche personne pour faire évoluer mon machopeur
» G20, des mesures adoptées pour faire face à la crise
» « Tout passe en ce monde, sauf le café dans les mauvais filtres.» .free.
» [Jour I] Pour faire partie du « petit noyau », du « petit groupe », du « petit clan » des Verdurin ...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece ~ Evolution V2 :: Zone RPG :: East Blue :: Loguetown-