One Piece ~ Evolution V2

Forum Role Play
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 Beau comme un fer à repasser posé sur une table d'autopsie [Rio Dillinger]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Xeno-Zero

avatar

Messages : 31
Date d'inscription : 06/07/2012
Localisation : Si je vous le disais, je serais contraint de vous tuer.

Caractéristiques
Riyals:
10/10  (10/10)
Prime: Aucune
Fruit du Démon: Hasaki Hasaki No Mi/Fruit de l'Arme Organique

MessageSujet: Beau comme un fer à repasser posé sur une table d'autopsie [Rio Dillinger]   Dim 15 Juil - 22:47

Il n'était pas si difficile d'abandonner l'univers de l'assassinat organisé, mais réprimer des pulsions meurtrières s'avérait autrement plus complexe pour un criminel tel que Xeno-Zero. Le Corbeau s'était orienté vers East Blue, plus précisément en direction du paisible Village de Fushia, où il s'était mis à la recherche d'une proie capable de satisfaire ses envies. Se déplaçant de nuit, pour ne pas attirer les regards sur son oeil unique, le tueur aliéné avait usé de sa technique de camouflage principale pour chasser dans la forêt la plus proche du village. Xeno-Zero, intégralement transformé en masse informe et visiblement rigide, s'était collé littéralement à un arbre, l'oeil discrètement ouvert, prêt à frapper le premier infortuné qui passerait par là.

Honnêtement, il ne pouvait justifier cet acte irréfléchi. Même l’appât du gain ne pouvait constituer la moindre excuse, étant donné qu'il n'avait pour l'instant pas choisi sa victime, et qu'il ne serait pas rémunéré, qui qu'elle soit. Aucune importance. Alors qu'il en venait à se demander si oui ou non il devait sacrifier la vie d'un être humain pour son bon plaisir, mais le craquement significatif d'une branche cédant sous le poids d'un homme se fit entendre. La pupille de la Créature se changea en fente, à la manière de celle d'un prédateur sauvage, avant d'adopter lui aussi la teinte sombre du tronc d'arbre, le masquant intégralement aux yeux du mort en sursis.

Le jeune Marine, trop sûr de lui et lancé dans une patrouille aux abords de Fushia, s'arrêtant un instant après avoir cru discerner un bruit. De ses grands yeux bleus, il scruta les environs et pouffa d'un air décontracté. De sa poche de veste, il sortit une paire de gants de cuir qu'il enfila avec une nonchalance telle qu'il avait l'air d'un bien mauvais acteur qui surjoue son rôle. Passant quelques doigts dans une mèche de cheveux blonds qui dissimulait son doux visage, il lança d'un ton méprisant :

"Je sens qu'il y a quelque chose ici. Sors de ta cachette."

La seule réponse qu'il obtint fut le souffle du vent et, l'espace d'un instant, il crut s'être trompé. Mais la vision d'horreur qu'il essuya aussitôt le ramena à la dure réalité. D'un tronc d'arbre, trois tentacules hérissée de pointes s'extirpèrent, fonçant droit sur lui. D'un bond en arrière, il esquiva l'assaut du monstre, qui planta les trois excroissances dans le sol pour se décoller de l'arbre et reprendre une forme semi-corporelle. Deux des tentacules prirent alors la place de ses bras, s'agitant nerveusement dans les airs tandis que la dernière, sortie de son dos, se dressait en arc-de-cercle comme une queue de scorpion. Sans prévenir, la créature s'élança en direction du jeune blond, lames organiques en avant, et glissa de sa voix grinçante :

"A vos ordres, officier."

Le jeune homme essuya une sérieuse coupure au bras droit, occasionnée par un tir de tentacule, avant d'esquiver la seconde qui s'approcha dangereusement de son visage, La troisième, toujours immobile, se changeant en une gueule de requin ornée de dents tranchantes et s'ouvrit dans un croassement abject. A l'intérieur de ce gouffre sans fond, un oeil à la pupille rouge dévisageait le garçon. Un grognement animal sortit de cette bouche monstrueuse, et elle tomba sur un lui comme un rapace sur un innocent rongeur. D'un autre pas en arrière suivi d'un salto, le Marine esquiva le coup de mâchoire ravageur. Mais c'était sans compter sur l'habileté du prédateur, qui profita de l'ouverture pour lancer ses deux bras difformes en sa direction. Un nouveau saut pour s'éloigner du monstre, et c'en était bel et bien fini de lui.

Tout d'abord, il réalisa qu'il n'avait pas touché le sol, ce qui l'étonna légèrement étant donné qu'il ne bénéficiait pas, à sa connaissance, de la capacité de voler. Une douleur sourde le frappa à l'estomac, et il baissa les yeux, se risquant à observer son corps. Une faux épaisse et gluante lui traversait le ventre, venant sectionner la majeure partie de ses organes internes. Il cracha une gerbe de sang et lança un regard à son agresseur dont, la jambe était enfoncée littéralement dans le sol. Son pied, changé en arme, avait traversé la terre pour prendre le Marine par surprise.

Un sourire fatigué se dessina sur le visage du jeune blondinet, et il chuchota :

"Tant de lâcheté... Est-ce là l'oeuvre d'un pirate ?"

Xeno-Zero ricana sournoisement et répondit :

"Je pourrais te dire que tu t'es bien battu, mais ce serait mentir, misérable insecte."

Les trois tentacules se jetèrent sur lui simultanément, et tout devint noir. Encore une fois, le Corbeau avait frappé, et le feu ardent qui brûlait en lui semblait ne jamais pouvoir s'éteindre. Du Marine, il ne restait que quelques éclats de chair répandus sur les arbres et sur l'herbe de la forêt, ainsi qu'une conséquente tâche de sang exposée aux yeux du monde. Xeno-Zero, fier de cette nouvelle mise en scène, pouffa allègrement et retrouva sa forme classique. -le terme "normal" étant légèrement inapproprié lorsque l'on parle de lui-

Mais, ressentant une présence derrière lui, il se retourna vivement, orientant son oeil de cyclope en direction de l'inconnu qui venait de faire son entrée. Jamais il n'avait été submergé par le plaisir de tuer au point d'en oublier de surveiller ses arrières, quelle erreur de novice...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rio Dillinger
Vice-Capitaine
Vice-Capitaine
avatar

Messages : 484
Date d'inscription : 13/01/2012
Age : 23
Localisation : DTC.

Caractéristiques
Riyals:
3570/15000  (3570/15000)
Prime: 58.000.000
Fruit du Démon: Logia de La terre

MessageSujet: Re: Beau comme un fer à repasser posé sur une table d'autopsie [Rio Dillinger]   Lun 16 Juil - 1:05

Beau comme un fer à repasser posé sur une table d'autopsie!



Ah ! Fushia, quel nom de ville étrange, qui plus est que cela était plutôt un village qu'une ville, quand nous, les Starry breezes avions débarqués sur cette île alors que le soleil venait à peine de se coucher derrière nous , chacun de nous s'attendait à vivre une expérience étrange, Kisuke par exemple s'imaginer à l'énoncé du nom de ce petit village que des centaines de travestis s’habillant aux couleurs plus extravagantes les unes que les autres, nous accueillerons avec des bouquets de fleurs et des parfums, ainsi que d'autres substances illégales, c'est pour cela d'ailleurs que le " black Scientist " était tout excité comme un petit fou, emportant son sac avec lui contenant je ne sais laquelle de ses fabrications il sauta de suite du bateau nous obligeant à l'accompagner dans le village, très vite il apprit à sa plus grande déception, que ses attentes étaient infondées et qu'il n'allait sans doutes pas pouvoir faire son échange de substances illicites dont il nous parlait tout le temps , pour le consoler Erza nous emmena dans un bar, celui-ci assez vide , il faut dire qu'il n'y avait pas grand monde sur cette île mis a par ses habitants, comme à son habitude Erza prit tout un tonneau de rhum tandis que Kisuke né put s’empêcher de commander du café , celui-ci ayant un effet néfaste sur lui, il commença à divaguer et une discussion voit une dispute s'enclencha de suite avec notre capitaine.Quant à moi dans tout cela ? Rien, je n'en attendais rien de cette île et de ce village, j'avais juste hâte de quitter ses mers et leurs multiples équipages de pirates d'eau douce, tous plus incapables les uns que les autres, abaissant le niveau de la piraterie au plus bas niveau depuis le début de la grande ère pirate, la marine avait même déclarés qu'East Blue était un modèle en matière de paix , ayant lu cela dans le journal plus tôt j'étais en rage, tout ce que j'attendais c'était Tequila Wolf, la bataille ou l’équipage allait éclabousser le monde de son talent, surtout celui de sa capitaine , trop brillante pour rester plus longtemps dans l'ombre, mais pour l'instant il fallait juste se contenter de la routine quotidienne en attendant que Erza fasse des recrutements dignes de ce nom.

Rester là en silence observant la bataille entre mes deux partenaires en fumant une cigarette et sirotant un verre d'alcool, c'était là ma seule activité de la nuit, dormir m'était devenu tellement... Inintéressant, je voulais revivre des aventures comme celles que j'avais vécus à West Blue, cette mer que je haïssais aura fini par me manquer, sachant que Gol D. Roger le roi des pirates était natif d'East Blue je m'attendais à une claque au niveau pirate, mais pour l'instant tout ce que je voyais c'était des hommes qui s'en prenaient aux civiles cela m'écoeurait. Après quelques instants restait là dans ce bar j'eus une idée, pourquoi ne pas agrémenter ma nuit d'une petite blague, Kisuke étant un adepte du genre ne se méfier pas trop, plus habituer à en faire qu'en être la victime, j'eus donc l'idée de lui voler son sac bien-aimé se faisant étouffer par les mains ferme musclés d'Erza sur sa gorge il n'accordait plus trop attention à son précieux bagage, profitant du fait qu'il soit dans une mauvaise situation je pris le sac et sortit du bar incognito, prenant la rue principale, je me mis à marcher en réfléchissant à ce que je pouvais bien faire de ceci, perdu dans mes pensées je me retrouvais en plein milieu des bois entourant le village je regardais la pleine lune essayant de me repérer, quand tout à coup des bruits étranges t mon attention, cela n'était pas très loin de moi, me pas guidé par mon ouïe je me rapprochai de la source.

Je fus littéralement estomaqué, une créature inconnue était en train de s'en prendre à un marine sous gradé, je n'eus pas le temps ni la volonté d’intervenir que celui-ci s'était littéralement fait massacré , moi je fus éclaboussé par une goutte de sang qui coulait maintenant sur mon visage pâle et sec, le sac sur mes épaules, je me rajustai en haussant celles-ci , la créature se tenant devant moi ayant confirmé auparavant à son adversaire que c'était bien un pirate, je n'avais plus beaucoup de doutes sur le fait que sa soit à un utilisateur de fruit du démon, ses multiples transformations venant me confirmer cela. L'homme, si s'en était un se retourna ers moi l'air surpris, il ne devait pas se douter que quelqu'un puisse être dans ses bois de nuit à l'observer, il s’apprêtait surement à se débarrasser de moi pensant que j'étais du même calibre que cet homme qu'il venait d’abattre cruellement. Ne pouvant pas le fixer droit dans les yeux pour lui faire ressentir mon mécontentement et ma rage et pour cause il en avait qu'un seul, je me contentai de lui annoncer la couleur, d'une voix grave et remplie de mépris :

" Je ne sais pas ce que se marine à put te faire, j'ai aussi beau détester les gouvernement et ses hommes, mais ce que je déteste par-dessus tout c'est que l'on donne la mort aussi froidement et avec tant de mépris , les créatures comme toi, je les fais rôtir !"

Mes yeux virèrent de l'indigo au pourpre, déboutonnant ma chemise pour être plus à l'aise et surtout ne pas trop surchauffer, j'écrasais ma cigarette et en rallumai une autre de suite, pourquoi donc tout ceci ? C'était annonciateur d'un combat où j'allais être sans pitié , cet homme ne l'a mérité point.


Dernière édition par Rio Dillinger le Dim 22 Juil - 0:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xeno-Zero

avatar

Messages : 31
Date d'inscription : 06/07/2012
Localisation : Si je vous le disais, je serais contraint de vous tuer.

Caractéristiques
Riyals:
10/10  (10/10)
Prime: Aucune
Fruit du Démon: Hasaki Hasaki No Mi/Fruit de l'Arme Organique

MessageSujet: Re: Beau comme un fer à repasser posé sur une table d'autopsie [Rio Dillinger]   Lun 16 Juil - 6:39

Les mots du jeune homme lui paraissaient presque dénués de sens. Le visage lisse de la créature ne put traduire la moindre émotion, bien évidemment, mais un certain degrés de crispation se lisait dans son regard aliéné. "Donner la mort aussi froidement et avec tant de mépris" ? Pour qui se prenait-il, à se moquer ainsi de la création du Corbeau ? Etait-il à ce point incapable de percevoir l'art, même lorsqu'on le lui envoyait en plein visage ? Xeno-Zero distingua une goutte de sang sur la joue de son nouvel opposant, et sa pupille se changea de nouveau en fente. Cette particule avait osé s'échapper de son oeuvre ? Cette soirée était donc dédiée à l'arrogance et au manque de respect, et cela déplaisait fortement au cyclope.

Néanmoins, il percevait chez cet être aux yeux de feu une force qui dépassait de loin celle de sa précédente victime, de quoi réduire le Corbeau en pièces s'il se montrait négligeant. Il était donc nécessaire de sortir le grand jeu face à l'importun qui s'allumait déjà une autre cigarette. Un peu de cendre tomba sur le sol, une chute imperceptible que seul Xeno-Zero distingua, et qui le fit entrer dans une colère noire. Cet incapable, en plus de se montrer méprisant, venait de tâcher son tableau sanguinolent sans s'excuser d'une quelconque manière. Sujet à un accès de rage, le Corbeau retira sa capuche, prêt à lui montrer sa véritable apparence. Le visage blafard de la créature commença à s'agiter d'une bien étrange manière, comme si quelque chose grondait à l'intérieur et s'apprêtait à laisser éclater sa coquille. Le haut de son crâne commençait à se fissurer, et il lança à son adversaire :

"Ode à la pestilence."

Soudain, tout l'être de Xeno-Zero se déchira, venant libérer des dizaines de tentacules qui le recouvraient à la manière d'une armure. Deux excroissances qui ressemblaient étrangement à des ailes s'extirpèrent de son dos tandis que ses bras s'enfonçaient dans son corps. Son oeil disparut et sa tête s'allongea pour se changer en un long bec couvert de pointes noires, et ses jambes prirent la forme de pattes aux serres crochues. Cette masse grouillante, ressemblant à s'y méprendre à un titanesque corbeau gluant et armé de piques meurtrières, poussa un croassement étrange en ouvrant ses six yeux rouges. N'ayant que l'apparence d'un volatile, il était incapable de voler, mais rien ne l'empêchait de modeler son corps encore davantage pour faire survenir des tentacules de toutes les directions, pour submerger son adversaire dans un déluge de pointes. D'une voix monstrueuse, étrangement suraigu et perçante, il grogna de nouveau :

"Qu'attends-tu ? J'ai cru comprendre que tu comptais me faire rôtir ?"

Le Corbeau -et son surnom prit tout son sens à cet instant- fit un pas en avant avant de se cambrer, libérant quatre tentacules pointues terminées en gueules de requin qui foncèrent droit sur le jeune, de quoi démarrer les hostilités d'une manière plus que convenable. Certes, l'inconnu était puissant, mais Xeno-Zero détenait des ressources enfouies.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rio Dillinger
Vice-Capitaine
Vice-Capitaine
avatar

Messages : 484
Date d'inscription : 13/01/2012
Age : 23
Localisation : DTC.

Caractéristiques
Riyals:
3570/15000  (3570/15000)
Prime: 58.000.000
Fruit du Démon: Logia de La terre

MessageSujet: Re: Beau comme un fer à repasser posé sur une table d'autopsie [Rio Dillinger]   Mar 17 Juil - 3:36

Beau comme un fer à repasser posé sur une table d'autopsie!



La "chose" ce tenant devant moi, avait l'air d’être vraiment froissé, en colère après avoir entendu ce que je venais de lui dire, c'est vrai qu'on aime jamais entendre ce genre de paroles venant d'un inconnu qui pouvait paraître trop sûr de lui, je l'étais sans doutes, j'avais l'habitude de combattre depuis que je m'étais embarqué avec Erza dans cet équipage, la peur de l'affrontement je ne connaissais pas. Cependant la j'étais dans une configuration totalement différente, un de mes grands avantages, c'est que je savais lire dans mon adversaire, analyser les émotions de l'autre, savoir qu'elle était son caractère, impulsif, calculateur ou encore piégeur, tout ceci se lisait sur le visage de quelqu'un, cependant ce type, c'était un monstre, une créature dénuée d’expression, une créature qui m'était inconnue à ce jour, et très démonstrative, voyant que j'étais quelqu'un de plutôt grand, du moins a sa taille, il opéra une transformation très étrange encore une fois, devant une sorte d'hybride avec des ailes, mais celles-ci ne semblant pas lui donner la capacité de voler étant donner qu'il restait cloué au sol, ceci n'était pas pour me déplaire, faire des efforts superflus pour atteindre une cible en hauteur, non merci.

Après avoir exécuté plusieurs transformations, plus étranges les unes que les autres, il me fit entendre sa voix ou plutôt son grognement, cela avait l'air d’être celui d'un roi des mers, mais dénué de son charme, cela se rapprochait plus d'un kraken qui s’apprêtait à engloutir un bateau, de suite il prononça des paroles que je ne distinguais étant donné qu'en même temps une pluie de coups s'abattait sur moi, je vis l'action aux ralentis, ses tentacules se dirigeant vers moi, laissant couler au passage ce qui semblait être de la salive, pendant quelques instants je me méfiais ; pensant que peut-être cette créature était capable de toucher les personnes de mon genre, mais au dernier moment quand les parties du corps de mon ennemi n'étaient plus qu'a quelque centimètre, je ne ressentis aucune sensation étrange, celle que dégageais les coups capables de me faire du mal, effectivement j'avais appris à reconnaître ceci au fil du temps, mis à part une odeur nauséabonde qui se dégageait de cette créature il n'y avait rien de spécial. Les coups finirent par m'atteindre, dans un premier temps s'écraser sur tout le long de mon torse , dans un deuxième temps me transperçant littéralement, c'était toujours une sensation très particulière quand ceci arrive, on se sent moins "humain", le bruit assourdissant des attaques laissa place à un silence de cathédrale, seule la respiration soutenue de mon adversaire se faisait entendre, je le regardais tandis qu'un sourire narquois apparut sur mon visage, pointant du doigt la "chose" je lui dis:

Finalement ... Tu n'es pas le seul être étrange ici, quoi donc ? Tu as perdu la langue ?"

M’extirpent de ses tentacules en laissant tout simplement les bouts de terres constituant mon corps s’effondrer au sol, puis m'avançant pour me reconstituer juste à côté, je commençais déjà à préparer ma première attaque, cumulant de la terre dans mon bras droit, je fis ensuite la même chose avec mon bras gauche, puis prenant un gros appui sur le sol puis fis un saut en l'air tout en unifiant mes deux bras pour former une sorte de massue géante faite en terre j'abatis celle-ci sur mon adversaire, je n'avais pas l'habitude de sortir ce genre d'attaque dès le début, mais je ne sais pourquoi j'avais le pressentiment que je n'étais pas au bout de mes surprises avec ce genre d'adversaire en face de moi.
>/center>


Dernière édition par Rio Dillinger le Dim 22 Juil - 0:59, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xeno-Zero

avatar

Messages : 31
Date d'inscription : 06/07/2012
Localisation : Si je vous le disais, je serais contraint de vous tuer.

Caractéristiques
Riyals:
10/10  (10/10)
Prime: Aucune
Fruit du Démon: Hasaki Hasaki No Mi/Fruit de l'Arme Organique

MessageSujet: Re: Beau comme un fer à repasser posé sur une table d'autopsie [Rio Dillinger]   Mer 18 Juil - 0:18

Le malheur s'abattait sur Xeno-Zero, décidément. Tout d'abord, il était surpris en plein meurtre par un inconnu, cet inconnu était doté d'un Fruit du Démon et, qui plus est, il était intouchable. Le Corbeau, certes perturbé par ce désagrément majeur -son incapacité à toucher son adversaire avait de quoi déranger- ne laissa rien transparaître à travers son horrible visage. Le jeune homme se décala légèrement, permettant ainsi à son corps de terre de se reconstituer, et un sourire insolent déforma son visage. Les tentacules de Xeno-Zero, dont les gueules s'étaient ouvertes sur d'énormes harpons, se retirèrent simultanément du sol avant de retourner dans l'être de leur propriétaire légitime en émettant d'immondes gargouillements.

Le garçon capable de maîtriser la roche, fier de son petit numéro, se moqua une fois encore du Corbeau, lui intimant qu'ils étaient deux à disposer d'étranges aptitudes, ce que Xeno-Zero avait déjà noté, à son grand regret... Suite à quoi, il provoqua la créature en s'apprêtant à l'attaquer, ce qui amena la bête à pousser un croassement sauvage pour exprimer son mécontentement.

"Je connais ton pouvoir, Démon. Je ne peux te toucher..."

La massue de terre solidifiée tomba soudainement sur le crâne du Corbeau et, pendant une seconde, il crut ne pas pouvoir l'esquiver. Malheureusement pour le jeune maître de la pierre, les armes contondantes étaient de loin les plus inefficaces sur les tentacules de Xeno-Zero, il était de loin préférable de les trancher pour en venir à bout. Le corbeau s'aplatit sur lui-même, comparable à une flaque sombre parsemée de piques, accompagnant la chute de l'arme géante sans la toucher, et ses ailes désormais semblables à deux énormes mains dépassant des deux côtés de la flaque gluante se replièrent sur la masse pour la bloquer au sol avec lui.

"...Mais tu risques d'avoir bien du mal à me blesser, toi aussi."

La flaque propulsa la masse vers le haut et en profita pour se retirer d'une glissade sur le sol, se déplaçant dans la direction opposée à celle du jeune garçon. En moins de temps qu'il n'en faut pour le dire, Xeno-Zero s'était déplié sur lui-même, reprenant l'apparence d'un titanesque volatile, ses yeux luminescents s'ouvrirent en même temps et il cracha, avec dédain :

"De simples serpents se mordant la queue, ce combat n'a pas de sens..."

Loin d'avoir retrouvé le sens de la raison, Xeno-Zero se doutait qu'il lui serait presque impossible de vaincre l'un des fameux Logia, qui plus est celui de la Terre, dans un endroit aussi peu adapté qu'une forêt. Le jeune homme dominait, car bien qu'il éprouve des difficultés à toucher le Monstre, il disposait de l'avantage du terrain. Les ténèbres étaient les alliées du Corbeau, mais son ennemi était un véritable fantôme, alors autant se retirer ou éviter l'altercation pour ne pas essuyer de défaite.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rio Dillinger
Vice-Capitaine
Vice-Capitaine
avatar

Messages : 484
Date d'inscription : 13/01/2012
Age : 23
Localisation : DTC.

Caractéristiques
Riyals:
3570/15000  (3570/15000)
Prime: 58.000.000
Fruit du Démon: Logia de La terre

MessageSujet: Re: Beau comme un fer à repasser posé sur une table d'autopsie [Rio Dillinger]   Ven 20 Juil - 3:44

Beau comme un fer à repasser posé sur une table d'autopsie!



Je me réceptionnais au sol après avoir porté ce coup à cette créature, j'avais la nette impression que je venais de réussir car l'heurtant de plein fouet il n'avait sans doutes aucune chance de s'en sortir, mais je ne sais pourquoi ce jour qui nous avait offerts une journée monotone voulait nous proposer une nuit avec plein de surprises et d'amusements, dans tous les cas, cette créature semblait avoir plus d'un tour dans son sac et venait de se relever en poussant continuellement des bruits étranges et marmonnant quelques phrases que j'eus du mal à décrypter, je parvins tout de même quelques peut à distinguer ce qu'il voulait; cette chose était vraisemblablement un homme ayant mangé un fruit du démon, ce fruit était sans doutes un paramécia ou au pire un zoan mythologique, mais une chose était certaine il me glissait comme une anguille, une affreuse anguille, mon attaque ne semblait pas lui avoir fait le moindre effet, et donc ce type me traitait de démon.

Ce qui me fit légèrement sourire, cette chose ayant le meurtre et la fureur dans la peau venait-il y a de cela quelques instants de massacrer un marine sous gradé et dénouer d'importance comme si de rien n'était , comment ce monstre pouvait-il avoir le culot de me traiter de démon ?! Certes mes capacités pouvaient s’apparaître à celles d'une créature venue des enfers, ne rien ressentir de physique, cela pouvait être assez diabolique dans le fond, mais ce qu'il l'était le plus s'était de devoir faire face à un ennemi qui ne ressentait pas la peur d’être de mourir ni même celle d’être vaincu, bref, je pouvais quelque part comprendre ce qu'il ressentait, si cette chose pouvait ressentir des sentiments

Je me tenais donc face à lui l'observant comme à mon habitude, l'air sérieux je ne voulais pas que cette créature décide de me filer entre les doigts, ce qu'il avait fait me déplaise fortement et je ne comptais pas en rester là, quant à lui il s'était un peu rendu compte que ce combat ne servait à rien s'il ne pouvait me toucher, l'idée d'une fuite ou d'une retraite trottait surement dans sa tête, du moins c'est ce que quelqu'un de sensé aurait fait, mais cette chose avait-elle toute sa tête ? En attendant, je me préparais à relancer l'assaut et cette fois-ci avec des attaques plus tranchantes, j'écartais mes jambes et formais des lames de roche avec mes mains puis m’apprêtais à m'élancer vers ma proie, c'est là que quelque chose d’anodin au premier abord, mais très important survint, une des fioles qui contenaient les substances louches de Kisuke venaient de tomber et de rouler au sol , se brisant de suite et libérant une odeur étrange, on se sentait tout de suite un peu plus frais mais pourtant si chaud, que se passait-il ?

C'est alors que je décidai de prendre les clefs de la voiture et de les jeter à " La chose ", sortant la farine qui était dans le coffre et la faisant éclater en un nuage blanc cassé, ceci était vraiment génial, cette journée ne faisait que commençait et dans le désert une voiture ne faisait pas de mal si l'on voulait se déplacer.

"Désole-j'ai trop bu pour pouvoir conduire !"


Dernière édition par Rio Dillinger le Dim 22 Juil - 1:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xeno-Zero

avatar

Messages : 31
Date d'inscription : 06/07/2012
Localisation : Si je vous le disais, je serais contraint de vous tuer.

Caractéristiques
Riyals:
10/10  (10/10)
Prime: Aucune
Fruit du Démon: Hasaki Hasaki No Mi/Fruit de l'Arme Organique

MessageSujet: Re: Beau comme un fer à repasser posé sur une table d'autopsie [Rio Dillinger]   Ven 20 Juil - 12:08

Le jeune Démon s'élança sur Xeno-Zero, avec une fougue telle qu'il en laissa tomber une petite fiole. Le récipient de verre se brisa dans un petit craquement, libérant alors un nuage de gaz d'une couleur que le cyclope trouvait... Palpitante, mésocéphalique, voir carrément hydroxygénée. Cette réflexion lui parut totalement absurde, et il secoua son crâne de corbeau horizontalement pour la chasser. Il réalisa alors avec effroi qu'il était pris au piège, bloqué dans une étrange illusion, sans doute provoquée par cette manifestation saugrenue. Sans qu'il puisse contrôler quoi que ce soit, le monstre ailé reprit sa forme initiale. A un détail près, sa capuche s'était changée en bob de touriste, dont la couleur beige ne s'accordait absolument pas avec le rouge de ses yeux, tandis qu'un monocle au verre fumé se dessinait sur son visage, masquant ainsi sa terrifiante pupille.

Démuni, il réceptionna les clefs de la fameuse voiture à l'aide d'une tentacule s'extirpant de son chapeau, et ouvrit sa paume gantée d'acier pour la faire jouer entre ses doigts. Il se sentait déjà flottant, et le nuage sec libéré par la chute du sac à poudre n'y arrangea rien. Qu'à cela ne tienne, le soleil avait beau se moquer d'eux, ce n'était pas demain que Xeno-Zero refuserait un tour en bagnole. Se transformant en tentacule géante, il se propulsa en un éclair jusqu'au siège avant, et prit place. Un doute l'assaillit, avait-il déjà passé son permis ? Et qu'est ce qu'un permis pouvait bien être, en vérité ?

Rajustant son monocle, il modifia légèrement la position du rétroviseur de la décapotable, et une bouche déchira son visage, libérant une cigarette située au bout de sa langue. L'allumant sans plus de cérémonie en utilisant la réverbération du soleil sur sa lunette, il tapota le siège passager pour indiquer à Rio-Gonzo qu'il était temps de partir. La cité des vices ne les attendrait pas plus longtemps. De plus, ce désert n'était autre que le pays des chauve-souris, il fallait s'en méfier plus que de la peste noire. Par souci de sécurité, Xeno-Duke changea sa main droite en tapette à mouche géante, avant de se saisir du volant couvert de cuir de l'autre. Reprenant soudain conscience de l'aspect illogique de cette situation, il tenta de hurler, mais seuls quelques mots discrets sortirent de sa bouche ornée de crocs de requins.

"V'la un rap de fonsdar lève ton pétard si t'es pété au shit, en cas de contrôle j'préfère l'avaler que de le laisser aux fliiiics..."

Cela s'éloignant grandement de son état d'indignation légitime, mais le rythme avait de quoi plaire. Glissant la clé dans l'orifice prévu à cet effet, Xeno-Duke ne perdit pas une seconde pour faire gronder le moteur de son bijou lustré, poli, et dont la couleur rouge rappelait un véritable rubis. Otant un instant la clope de sa bouche gigantesque, il laissa un petit baiser sur la portière gauche du véhicule avant de reprendre son sérieux.

"Bon, tu traînes, Démon ! Où on va ?"

Il explosa littéralement une chauve-souris d'un coup de tapette, et chassant les restes sanglants d'un geste désabusé. Son oeil s'étira comme une tentacule, faisant un demi-tour pour surveiller que le matos était toujours en place sur le siège arrière, et fit signe une fois encore à Rio-Gonzo de ramener son popotin sucré dans la caisse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rio Dillinger
Vice-Capitaine
Vice-Capitaine
avatar

Messages : 484
Date d'inscription : 13/01/2012
Age : 23
Localisation : DTC.

Caractéristiques
Riyals:
3570/15000  (3570/15000)
Prime: 58.000.000
Fruit du Démon: Logia de La terre

MessageSujet: Re: Beau comme un fer à repasser posé sur une table d'autopsie [Rio Dillinger]   Sam 21 Juil - 4:25

Beau comme un fer à repasser posé sur une table d'autopsie!



Dans toute cette précipitation, j'en avais oublié de ramener ma tapette à mouche que je gardais soigneusement dans une des cales de notre bateau, ce n'était pas grave car Xeno-duke, avait lui la sienne qui était d'une taille assez imposante, ce qui était des plus utiles étant donné que nous étions dans le désert et comme tout le monde le sait bien évidemment, les chauves sourient du désert "n'ont pas vraiment la taille d'une souris, bref, ceci nous aida à nous débarrasser de quelques-unes, tandis que je me sentais si léger je rallumai deux clopes en même temps, tout en chantant : "♫♪Paaaaaaaaas de Boogie-Woogie avant la prière du soir ♫♪"

Je remerciai le groupe de gospel qui m’accompagnait durant cette chanson puis prise la direction du siège passager, la chose m'ayant demandé de venir car on n'allait pas tarder à y aller, je pris le sac à dos de kisuke qui était sur le siège arrière pour le mètre dans le coffre, je n'étais pas fou ni idiot , une petite bosse est tout le contenu du sac serait dans les airs et irrécupérable. En bondissant une nouvelle fois de la voiture tel un lama arboricole éduqué par les sages d'Ohara durant leur partenariat avec le CP9, je fis signe d'un revers de la main au groupe de gospel qui était toujours là leurs signifiants que c'était fini de leur boulot, je ne pouvais pas fumer mes cigarettes tout en chantant je risquais d'avaler l'une d'entre, il fallait être ivre pour tenter une telle chose. J'ouvris sans attendre un quart d'heure indien le coffre de la décapotable rouge que conduisait le monstre, je fus alors littéralement apeuré quand je vis qu'il y avait un homme qui dormait à l'intérieur, mon cri de détresse le fit sursauter, dans l'ombre du coffre je ne remarquai même pas qu'il était nu comme un verre de rhum vide , je me poussai lorsqu'il sauta en dehors du coffre pour lui laisser le passage dans sa fuite, quand je vis celui-ci fuir je me ressaisis vite, saisissant une de mes chaussures, je le frappai avec mon pied sur son derrière poilu tout en criant à toute vitesse :

"Espèce de mouton convertit au lamatéïsme, dansant la salsa telle une chips pathétique cherchant son chemin parmi ce monde de Monster Munchs !"

Sans doute blesser dans son amour-propre par mes propos, il disparut dans les bois sans laisser de trace. J'attendais alors que tout soit calme et que les nuages roses reprennent leurs droits dans le ciel pour mettre le sac que j'avais en main dans le coffre, avant cela j'avais enlevé une fiole sur laquelle était inscrit "Kisukéïne" , elle avait une couleur très jolie qui m'attirait vraiment, fasciner par celle-ci, je me trimbalais de l'arrière de la voiture jusqu'à mon siège passager, tout en la fixant des yeux, prenant place aux côtés de Xeno-Duke je lui dis alors:

"Attends le feu vert avant de partir et fait gaffe aux ornithorynques , ils aiment bien traverser la route en plein milieu du désert , ces petites bêtes de 40 mètres de haut..."

Je remis mes lunettes de soleil sur mon nez et attendis que, la chose exécute les manœuvres adéquates pour conduire cet engin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xeno-Zero

avatar

Messages : 31
Date d'inscription : 06/07/2012
Localisation : Si je vous le disais, je serais contraint de vous tuer.

Caractéristiques
Riyals:
10/10  (10/10)
Prime: Aucune
Fruit du Démon: Hasaki Hasaki No Mi/Fruit de l'Arme Organique

MessageSujet: Re: Beau comme un fer à repasser posé sur une table d'autopsie [Rio Dillinger]   Lun 23 Juil - 5:49

Le problème des feux rouges, en plein désert, c'est qu'il n'y avait personne pour s'assurer qu'ils passent au vert, et par conséquent, ils prenaient un malin plaisir à vous fixer avec leur oeil rouge sang, un foutage de gueule absolu que Xeno-Duke n'appréciait pas. De sa main gantée d'acier, il tapota un instant sur le volant de la décapotable, observant avec un désintérêt total un troupeau d’ornithorynques montés sur échasses qui passait par là, avant de choisir de prendre les choses en main.

D'un claquement de doigt, il interpella le fameux feu de signalisation, ce dernier tourna sa tête rectangulaire dans la direction du cyclope décoré d'un magnifique chapeau, et Xeno-Duke fit un signe de main à l'intention du feu, lui indiquant de venir. Le feu rouge jeta un coup d'oeil à droite, à gauche, et passa au jaune pour manifester sa confusion. Xeno-Duke lui fit un doigt d'honneur, et ce dernier, vert de rage, fonça sur la route à toute vitesse pour répondre à cette provocation. Ni une, ni deux, le Corbeau chapeauté accéléra comme un fou du volant pour écraser sauvagement l'appareil de signalisation.

Le feu, dont le teint avait viré à l'orange sous le coup de la peur, fut propulsé par dessus le capot, sortant du champ de vision du cyclope par la même occasion, et se brisa en mille morceaux derrière eux, dans un nuage de poussière soulevé par la voiture. Cet inconvénient secondaire passé, Xeno-Duke s'élança à toute vitesse en hurlant de rire, et tira un bon coup sur sa cigarette, qui lui souriait d'un air sympathique. Il se tourna vers Rio-Gonzo, et ne releva pas le fait que ses yeux s'étaient changé en citron, avant de lui gueuler dans les oreilles :

"C'est comme ça qu'on règle les soucis, mon pote !"

Un choc frontal força le cyclope à reprendre le contrôle du véhicule en slalomant allègrement en plein milieu de l’autoroute. Les ornithorynques étaient de la partie, et ces salopiauds, du haut de leurs échasses, lançaient des pierres transparentes sur le capot de la décapotable. Xeno-Duke pressa un bouton sur le tableau de bord, passant ainsi en mode manuel. Les pneus de la bagnole se changèrent en mains gigantesques, et cette dernière continua son bonhomme de chemin au milieu du désert tandis que le cyclope, debout sur son siège, s'attaquait avec ferveur aux échasses de bois à l'aide de ses tentacules aiguisées, faisant ainsi tomber les bestioles sur le sol dans un fracas assourdissant, qui rappelait de bien des manières le cri d'un raton laveur.

Ce qu'il fallait, avant tout, c'était atteindre le tunnel lumineux pour se tirer de ce bourbier, nulle doute que le Démon leur permettrait de survivre à cette nouvelle épreuve. De sa voix de fantôme aliéné, le cyclope cria à Rio-Gonzo, qui était sans doute en train de se payer un rail pendant que Duke faisait tout le boulot. Même un entrainement intensif chez les poissons rouges de l'Arizona ne l'aurait pas rendu plus féroce, ce branleur de maître de la terre...

"Mec, notre trip tourne au bad ! Fais quelque chose !"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rio Dillinger
Vice-Capitaine
Vice-Capitaine
avatar

Messages : 484
Date d'inscription : 13/01/2012
Age : 23
Localisation : DTC.

Caractéristiques
Riyals:
3570/15000  (3570/15000)
Prime: 58.000.000
Fruit du Démon: Logia de La terre

MessageSujet: Re: Beau comme un fer à repasser posé sur une table d'autopsie [Rio Dillinger]   Mer 25 Juil - 11:28

Beau comme un fer à repasser posé sur une table d'autopsie!



Le feu tardait quelques peut à passer au vert , pourtant on était bel et bien dans le désert et c'était vraiment rare de croiser un feu de signalisation, surtout en ligne droite, cela eut pour effet d'agacer quelque peu mon compagnon qui commençait à s'agiter dans son coin, quant à moi j'en profitais pour ajuster ma coupe de cheveux en m'aidant du rétroviseur, en effet n'ayant pas de peigne sous la main, un rétroviseur était le moyen le plus simple et le plus sur de réussir sa coupe de cheveux, un peu d'alcool pour tenir le tout et je me retrouvais coiffé comme durant les années 50', allumant le poste la boîte à gang attira mon attention, ni une ni deux je défonçai celle-ci pour découvrir à l'intérieur une paire de lunettes en forme de citrons ainsi qu'une canette de cola d'une marque très connu dont je ne citerais pas le nom étant donné qu'on est sur le service public et qu'il est passé 20h25.

Canette de coca-cola en main et lunettes citron sur le visage je donnai l'ordre aux ornithorynques qui se dressaient sur la route de s'écarter, nous étions enfin en route vers notre destination, ne faisant pas attention au mot que Xeno-Duke me hurlait aux oreilles, je me contentais d'admirer ma chevelure argentée guidée par le vent qui nous venait à contresens, ses quelques instants de pure extase me parurent comme une éternité, je commençais même à trouver cela un peu ennuyant, j'attendais que quelque chose d'autres vienne me surprendre car pour l'instant, ce désert nous offrais aucune surprise, je m'attendais à un voyage bien plus mouvementé que cela; la réputation de ce coin du monde était-elle erronée ? Y'avait il un mammouth caché dans le coffre, un zèbre dans le pot d'échappement , un babouin sous le siège de Xeno-Duke . Toutes ses questions me vinrent à l'esprit instantanément, asséchant ma gorge, je pris une gorgée de cola pour me déshydrater.

Je pris soin de bien vider le contenu de la canette dans ma gorge prenant exemple sur l'homme de la publicité, il paraît que ça faisait "genre" et surtout jeune, une jeunesse que je ne m’apprêtais pas à retrouver, étant donné que la moitié du cola m'était retombé dans ma chemise et sur le siège, je me retournai alors vers Xéno-Duke pour lui demander s'il n'avait pas sur lui un torchon, des serviettes NANA ou un Ouzbek, mais celui-ci semblait bien trop occuper, sans était-il entrain de s’imaginer des scénarios pas très catholiques pour son futur film, le bruit de raton laveur qu'il semblait dégager ne me réconfortant pas, je me contentais alors de sauter sur le siège arrière histoire de ne pas salir mon pantalon en plus de ma chemise, je découvrais alors a ma plus grande stupeur qu'un autre homme aux yeux bridé avait pris place sous les sièges et s'était attelé à consommer les substances contenues dans le sac que j'avais déposé auparavant à l'arrière de la voiture. Sans même prononcé un seul mot d'avertissement je pris cet homme par la colle et le balançai par-dessus ma tête le laissant s’écraser sur la route puis se faire écraser par un ornithorynque la scène eut pour effet de provoquer en moi un rire des plus stridents, mon compagnon, lui ne fut semble-t-il apeuré par ceci et me le signifia avec une phrase de "jeunes" , il voulait que je fasse quelque chose car sa "tripe" tournait au "bad".

Je me rendais bien compte de cela, voyant de la fumer sortir du moteur de la voiture, cette décapotable venait sans doute de rendre l'âme, nous étions à l’arrêt en plein milieu du désert, la chaleur redoublant comme par hasard d'intensité au moment même ou nous étions à courts d'eau , il ne restait plus qu'un autre canette de cola dans la boîte à gang que je m'empressai de saisir, celle-ci en main je pris la direction du moteur pour voir ce qui en était de celui-ci, je ne pus faire que quelques pas quand une voiture de dépannage s’arrêta devant-nous, deux sublimes créatures apparurent, des femmes avec de longs cheveux soyeux, une poitrine bien généreuse, des lèvres pulpeuses, un arrière-train des plus rebondis, ainsi que des yeux de feux, le rêve de tout homme sur terre multiplié par deux. Mais ceci n'eut pas l'effet escompté, les dieux voulaient me prendre pour un idiot ou quoi .! Des jolies filles dans le désert ?! Non ! c'était là une illusion, je me rendis vite compte, sans attendre et dans un violent mouvement je balançai la cannette de cola que je tenais en main sur l'une tandis que j'adressai ma cigarette à l'autre, je m'avançai vers les deux jeunes femmes quand, l'une d'elles me surprit d'un coup de talon dans les parties intimes, le point faible de tout homme, comment cette illusion pouvait-elle faire preuve d'une telle méchanceté ?! J'étais au sol souffrant le martyre, je m'adressais alors d'une voix aiguë à Xeno-duke mon seul recours :

"Mec ... 'faut faire quelques chose , elle m'a mis K.O cette salope. "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xeno-Zero

avatar

Messages : 31
Date d'inscription : 06/07/2012
Localisation : Si je vous le disais, je serais contraint de vous tuer.

Caractéristiques
Riyals:
10/10  (10/10)
Prime: Aucune
Fruit du Démon: Hasaki Hasaki No Mi/Fruit de l'Arme Organique

MessageSujet: Re: Beau comme un fer à repasser posé sur une table d'autopsie [Rio Dillinger]   Sam 28 Juil - 6:11

Xeno-Duke avait mis un certain temps à comprendre que les fameux ornithorynques lapideurs n'étaient en fait que de simples nuages. Aussitôt, il cligna des yeux, se rendant alors compte de son idiotie. Honteux, il rangea ses terribles lames à l'intérieur de son organisme et s'installa tranquillement sur le siège, tournant nerveusement le volant pour maintenir le véhicule en place, les mains ayant subitement disparu. Il klaxonna par deux fois, donna trois violents coups de tête dans la vitre, mais rien ne se produisait. Pire, la voiture n'avançait pas, et là était le problème. De rage, le visage de Xeno-Duke se fissura en une immense gueule de requin, et il dévora le rétroviseur avec un appétit étonnant. Mâchant son chewing-gum métallisé, il enfonça la portière pour sortir du véhicule et la referma avec une certaine délicatesse

Il passa devant la voiture, jeta sa clope à terre et la broya d'un coup de tentacule sortie de son genou. Suite à quoi, il transforma sa tête et son cou en asticot filiforme et gigotant, avant d'enfoncer littéralement sa face dans le moteur de la voiture, espérant y déceler ce qui clochait. A force d'évoluer ainsi dans la carcasse de l'auto-mobile, il trouva la cause du désagrément ! Ce n'était qu'un simple crabe mélomane qui utilisait les câbles électriques pour amplifier le son de son accordéon.

Etant très peu réceptif aux délices de cette musique pittoresque et typique du désert, Duke utilisa sa tête extensible pour tirer de là le crustacé squatteur avant de le jeter au loin, se frottant les tentacules l'une contre l'autre en signe de satisfaction. Ce furent les gémissements du pauvre Rio-Gonzo qui le tirèrent à cet état de béatitude, le contraignant à tourner sa tête à 180 degrés pour comprendre le pourquoi du comment. Deux belles créatures tout droit sorties d'une pub coca-cola se trouvaient là, observant le maître de la Terre au supplice en ricanant. Etant aussi malin qu'un lapin, Xeno-Duke comprit lui aussi la supercherie. Deux donzelles body-buildées en plein désert ? 0.000000001% de chances que cela se produise, lui indiqua une petite voix de couleur brune.

Sortant deux paquets de mouchoir de sa si jolie veste, Duke les enfila en toute hâte à ses pieds et ses mit à glisser furieusement sur le sol, en faisant usage des kleenex ultra-doux parfumés au citrons comme de rollers super-soniques. D'un coup de corde à linge, il propulsa les demoiselles, zou, dans la piscine qui se situait bien sûr en plein milieu de la route. Pour soigner son compère, il vomit une pompe à vélo qu'il enfonça dans... qu'il enfonça quelque part dans Rio-Gonzo avant de presser dessus pour regonfler ses parties intimes -pardonnez-moi ce manque de subtilité, mais on ne fait pas de purée sans casser des olives- Suite à quoi, il le fit grimper sur son dos de force et s'élança sur la route, le maître de la terre meurtri sur son dos, en glissant comme un patineur artistique sur l'asphalte, en s'aidant des paquets de kleenex hyper-boostés.

Le pire était passé, mais quelle fantasmagorique aventure les attendait désormais ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rio Dillinger
Vice-Capitaine
Vice-Capitaine
avatar

Messages : 484
Date d'inscription : 13/01/2012
Age : 23
Localisation : DTC.

Caractéristiques
Riyals:
3570/15000  (3570/15000)
Prime: 58.000.000
Fruit du Démon: Logia de La terre

MessageSujet: Re: Beau comme un fer à repasser posé sur une table d'autopsie [Rio Dillinger]   Lun 30 Juil - 5:32

Beau comme un fer à repasser posé sur une table d'autopsie!



Les deux bombes imaginaires qui se sont prises violemment à mes testicules sans une once de pitié venaient de se faire éjecter hors de l'histoire disparaissant à la réponse précédente de mon camarade en RP, pas de places pour des actrices de seconde zone parmi-nous , exerçant lamentablement leurs rôles de groupies imaginaires, les lecteurs n'ont clairement pas apprécié. La douleur constante et intense qui me pris en pleine âme venait de s’évaporer dans mon subconscient laissant place à une douleur brève mais tout aussi intense, Xéno-Duke ne se gênant pas pour m'asséner un coup déloyal, enfonçant une pompe qu'il venait de régurgiter en plein dans mon corps, me sortant de ma tétraplégie bénigne, m'obligeant à concocter d'ores et déjà une vengeance bien méritée pour cette chose qui me servait de compagnon, on dit que la vengeance est un plat qui se mange froid, mais nous sommes en plein milieu du désert et il n'y a pas de place ici pour une crème à la vanille.

Me relevant tel un révolutionnaire ouzbek venant de recevoir une balle en argent d'un babouin aquatique membre des forces spéciales kazakh, je m'appuyai fébrilement contre cette chose qui me servait de compagnon, semblant au premier abord être à l'agonie mais pourtant bien portant, prononçant d'une voix sèche et ferme ces quelques paroles que xéno-Duke redoutait sans doutes d'entendre un jour :

"Merci pour ton aide, mais sache qu'on s'en prend pas ainsi a mes parties intimes sans subir ma vengeance!"

Attrapant fermement ce monstre par la gueule et sans même qu'il eut le temps de réagir , je l'envoyai valser en direction de la piscine qui se trouvait bien évidemment en plein milieu du désert et surtout en plein milieu de la route, piscine où tout à l'heure Duke avait balancé deux personnes dont on ne connaît pas l'identité étant donnée qu'elles furent disparues du casting précocement, allait-il les retrouver ? évidemment que non ! Si vous suivez un peu vous saurez qu'elles n'existent plus, il se retrouva donc seul entrain de couler étant donné que lui aussi était un homme maudit par la mer, et par l'eau tout court vraisemblablement étant donné que le mot "douche" lui était inconnu, le spectacle offert par les tentacules essayant tant bien que mal de s'accrocher à quelque chose pour espérer survivre me fils rire aux éclats, l’arroseur arrosé même s'il n'y avait pas l'ombre d'une plante à des dizaines de kilomètres à la ronde, pas de problèmes j'avais toujours mes lunettes pamplemousse sur moi, m'aidant du peut de carburant qui restait dans le réservoir de la voiture je pus étrangement m'en faire un jus, en attendant que Xéno-Duke se rende compte de sa bêtise et daigne sortir de cette piscine imaginaire, piscine qui est censée disparaître aux mêmes moments que les deux autres perches dont je me souviens même plus étant donné qu'elles ont disparu du casting.

C'est qu'une idée lumineuse me vint à l'esprit à propos de notre voiture qui venait de rendre l'âme, j'avais entendu dire de la part de Kisuke que des guerriers malawites réussirent à mettre au point un carburant à base d'huile d'Olivier, pourquoi moi, pirate notoire de génie ne pouvait pas faire la même chose avec du jus de pamplemousse ?! C'est vrai que ce n'était pas des vraies pamplemousses mais juste des lunettes qui en avaient la forme, mais rien ne m'était impossible dans ce désert, l'idée même d'échouer là où des Malawites avaient réussi me donnait une détermination a toute épreuve je ne pouvais échouer dans cette mission que je venait de m'auto-donner , faire du carburant afin de remettre cette voiture sur la route, m'aidant du peu de carburant restant dans le réservoir je serrai les lunettes jusqu'à ce que du jus en soi, j'avais réussi à produire le carburant, il ne restait plus qu'à essayer, sautant vers le siège du conducteur je glissai habilement la clef dans la serrure, un quart de tour et le moteur commençaient déjà à gronder, il ne restait plus qu'à attendre que xéno-duke sorte de la piscine et nous pourrions enfin reprendre la route vers notre destination.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xeno-Zero

avatar

Messages : 31
Date d'inscription : 06/07/2012
Localisation : Si je vous le disais, je serais contraint de vous tuer.

Caractéristiques
Riyals:
10/10  (10/10)
Prime: Aucune
Fruit du Démon: Hasaki Hasaki No Mi/Fruit de l'Arme Organique

MessageSujet: Re: Beau comme un fer à repasser posé sur une table d'autopsie [Rio Dillinger]   Jeu 2 Aoû - 1:35

Xeno-Duke était fortement indigné ! Oui, pour ainsi dire, cette situation était qualifiable de véritablement cacateuse, si je puis me permettre. Après avoir sauvé son compère Logia d'une mort certaine qu'aurait suivie une ablation des testicules par deux charmantes mécaniciennes buveuses de coca-cola et un regonflage des parties intimes qui n'avait même pas été payé par ledit maître de la terre, Rio-Gonzo avait sauvagement jeté le cyclope à la flotte !

Xeno-Duke eut d'abord une véritable montée d'angoisse, en s'imaginant que les deux sirènes albinos allaient le chatouiller ad eternam jusqu'à ce qu'il se noie dans de terribles souffrances. Malheur à lui, auraient scandé des dodos s'ils avaient été présents ! Lui qui avait fait plier des régiment de Marines entiers se retrouvait pris au piège d'une piscine chauffée et assassiné par de simples garagistes aux implants mammaires disproportionnés !

Ce fut avec un certain soulagement qu'il réalisa que les demoiselles s'étaient volatilisées dans l'eau comme deux nuages d'encre colorée. Depuis quand les services de Las Vegas envoyaient-ils des mécaniciennes lyophilisées pour aider les pauvres âmes perdues dans le désert ? Xeno-Duke propulsa deux tentacules hors de l'eau pour se tirer de cette situation catastrophiques, et cracha copieusement l'eau qui avait pénétré ses poumons tout en remontant à la surface.

Il distingua le dos de Gonzo, qui se chargeait de presser ses citrons oculaires afin de remplir le réservoir d'huile de la bagnole. Quant à Duke, il était enragé à tel point qu'il aplatit son chapeau d'un coup de poing, le changeant par la même occasion en un redoutable shuriken de tissu qu'il projeta avec force sur le Logia. L'OVAI -objet volant aisément identifiable- traversa l'homme allumé du citron sans le toucher, et ce dernier sembla accorder un coup d'oeil à son compagnon de route, qui possédait toujours ses redoutables paquets de kleenex en guise de chausses.

D'un bond il transforma son bras en tapette à mouche géante et s'élança vers son ami chevelu avec une rage sans pareille, prêt à en découdre. Mais soudain, tout leur univers sembla se défragmenter, et Rio-Gonzo disparut en même temps que le désert.

Xeno-Zero se réveilla, le poing levé et en pleine course folle. Il se trouvait visiblement sur une plage, et était vêtu d'un tutu particulièrement saillant et de bas-résilles peu orthodoxes qui auraient fait chavirer les coeurs de plus d'une cyclopette. Il se pressa de retirer ce ridicule apparat, indigne d'un gentleman de sa classe sociale, avant de matérialiser un pantalon de tentacules. Reprenant sa route, il se rendit compte qu'il n'avait plus sa capuche, mais qu'une pastèque éclatée était solidement vissée sur son crâne. Dans une main, une tapette à mouche, de l'autre, un poing serré sur un citron écrasé...

Que lui était-il arrivé ? Une véritable illusion ? Sans doute, le Logia avait fait la même chose, prisonnier de l'illusion lui aussi. Ce dernier avait dû courir en ligne droite pendant des heures et s'était probablement retrouver dans une situation aussi étrange et incongrue que la sienne.

Quelle fantasmagorique aventure, c'était le cas de le dire...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Beau comme un fer à repasser posé sur une table d'autopsie [Rio Dillinger]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Beau comme un fer à repasser posé sur une table d'autopsie [Rio Dillinger]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Beau comme un fer à repasser posé sur une table d'autopsie [Rio Dillinger]
» [Libre]Beau comme un..canon? [Water Seven, Rang D, Marines, Aide à la population]
» "Que j'aime voir chère indolente de ton corps si beau, comme une étoffe vacillante miroiter la peau" [Electre] CLOTURE
» Lucy Weasley ‡ Pourtant tes beau, comme une comète [Abandon du compte]
» Pourtant, t'es beau, comme une comète ✕ DESYR

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece ~ Evolution V2 :: Zone RPG :: East Blue :: Village de Fushia-