One Piece ~ Evolution V2

Forum Role Play
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 Mélodies indénombrables.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Mélodies indénombrables.    Mer 1 Aoû - 11:10

Leïla & Liam« Mélodies indénombrables. »






Le personnage charismatique qu'était devenu Liam ne voguait plus que pour son propre plaisir. Cette satisfaction qui ne cessait de l'accaparée avait rapidement prônée sur cet ego qui ne cherchait plus à se poser de questions sur ses désirs et ressentiments. S'il devait haïr, aimer, tuer, sauver ; il le ferai sans hésiter. Trop longtemps il avait cogité sur la voie qu'il devait côtoyé plus que familièrement, celle au quotidien ou l'irremplaçable terroir qu'il creusait chacun des jours que le firmament peignait. Plus aucune place n'étaient vacantes pour les doutes qui ne s'installaient à l'esprit du Cyborg que pour savoir quel plat il aurait la gaieté de savourer. Il fût un temps où ils parasitaient son âme tout aussi bien que les encoignures tordus de ses chimères. Cette ère dorénavant révolue, il faisait vigoureusement tourné le gouvernail de bâbord à tribord, naviguant librement contre les flots de la mer.

Sa détermination l'avait propulsée sur les eaux de West Blue. Une fois les portes franchises, il songea à ces périples et régions parsemés d'embûches qu'il avait déambulé. Il ne regrettait rien. Débarrasser de ce poids acculant qui alourdissait ses défuntes méfiances, c'était, sans scepticisme que Liam dirigea la coque de son navire à Las Camp.

Typique était le style d'encadrement de cette ville, démunie de Marine. Il allait finalement pouvoir se reposer, gambergea-t-il. Jouant la carte de la méconnaissance de ses devoirs de Shichibukai, Liam avait bel et bien l'intention de profiter de ce petit séjour évincé de la coexistence fataliste qui poussait les hommes à s'entre-tué. La répartie de cette tangente était auparavant toute découverte ; le pouvoir. C'était l'un des seuls intérêts, en plus de la richesse, qui bousculait l'humain à tisser tant de méprit vis-à-vis de ses confrères.

Sagement averti sur les réactions que pourraient avoir les civils en hardies ébullitions travailleuses non-loin du quai, Liam prit la direction de sa cabine, s'affublant d'un gilet pourpre, prenant soin de lasser ses chaussures. L'air qui s'était refroidit à son arrivée ne présageait que le mauvais temps. Prêt, il resta inerte devant sa glace miroitant le reflet d'une personne qui n'avait rien à perdre... À zieuter l'écarlate de son iris gauche, il transperçait de l'autre, son oeil azuré apte à perforer la plus néfaste des nuits. Empoignant le premier peigne qui lui glissait entre les doigts, il rabattait une mèche rebelle sur la partie droite de son visage, cachant la froideur de sa pupille.

Une secousse éminça le plateau des vaches lorsque notre Cyborg tapotait le sol granulé de terre de Las Camp du bout de ses pieds. La démarche qu'il entreprenait pronostiquait celle d'un messager de la mort. De son aura lugubre, il circulait, flegmatique, aux enjambées de Las Camp.

L'animation, ce n'était pas ce qui faisait défaut à l'ambiance festive des Lassiens, personnifiés par la logicisme de cette appellation. Euphorique était la totalité des habitants ; hommes, femmes, enfants, animaux, ils commémoraient sans aucune raisons valables, leurs joies et indépendances qui étaient leurs singulières considérations à arroser de champagnes et confettis chaque passants ou touristes qui osaient agencés leurs pas malgré la foule enjolivée par les réjouissances.

Instantanément, Liam se faisait tirer par l'épaule d'ambles brusques, sans qu'il puisse réagir. Contre son gré et transporté au milieu de l’affluence, sa présence fût malencontreusement sollicitée en plein centre de la populace qui s'ébranlait de béat allégresse.



« - Hey ! C'est un chanteur ! Il va chanter ! »

Coagulé par la panique quant aux dires infondés du bougre qui l'avait poussé et déclaré comme chanteur au milieu de ce regrouppement, Liam n'affichait qu'un sourire psychédélique et opta à nier le contraire pour sa défense la plus véridique. Cependant, il fût coupé dans son élan.


« - Quoi ? Il chante ? Dans ce cas je mise 30 Berrys si sa chanson est bien je t'les donne ! »


« - Depuis quand on mise de l'argent pour les chansons, baka yaro !!! »


« - Intéressant... Je propose 50 Berrys !! »


« - Hé ! Alors moi 100 !! »


« - 350 pour ma part. »


« - Oh oh oh... D'accord d'accord !! »

Incapable et surtout bloquer à esquisser une marche arrière, Liam gravit en trombe les gradins qui le séparaient de l'estrade en bois et tapota brièvement le dessus du micro. Par un comble incongrue, il remarquait que tout semblait en ordre... Il avait déjà fredonné, sifflé, marmonné quelques paroles de chants, mais jamais il ne s'était produit sur une scène en étirant sa voix dont il allait devoir usée. Toutefois il ne pouvait plus reculé, il ne devait plus reculer. L'homme qu'il était devenu ne se posait plus ce genre d'interrogations piteuses et dénuées de sens, il agissait. C'était sur cet idéal éblouissant qu'il prenait son courage à deux mains, persuadé d'anesthésier ce brouhaha assourdissant. Une bouffée d'air fraîche déblaya son assaillante perturbation lorsqu'il brandit le micro dans la paume de ses mains et qu'il prononça intelligiblement après s'être humecté les lèvres :



« - J'ai baptisé cette musique, Circus Monster. »




« - Toki wa mou kietemo "SHOUTAIMU" KAATEN no ushiro ni tarekomeru Azayaka na kimi ga yasashii yo ne Boku wo yobu naze kimi ga inai no ? Niyatsuku naiteiru aitsura ga kikitai ka ? Aitai yo dakitai yo yureugoku doko ni iru ? Jitsuen ga hajimaru ka ? Boku no okasareta soba "Utatte" to KARE wa iu, kimi ja nai, utaenai ! Kouwa no uta wo utau Sono kago no yume ni iru "KARE" wa aku, nakitsutemo Naze sonna sabishii no ? Sono aware na kaibutsu Mirarenai tada kirau Zutto sakebu kotoba wa "Hora, SAAKASU MONSUTAA !" Atataka na omoi wa mou kootta Kare ga boku wo warau mimimotoe Naze kimi tachisatta? Wakaranai Ano tanoshii shishi-tachi mo tachisatta... Nakigoe kimi no koe naiteiru subete kiku Dame na neko, kikenai yo aenai ka? Aitai naa Shishi no kishuu chiri to au kikoenai kore owari ?
Me ga aita doko ni ita? Boku wa mou hitori deshou...
Kouwa no uta wo utau Sono kago no yume ni iru "KARE" wa aku, nakitsutemo Naze sonna sabishii no ? Sono aware na kaibutsu Mirarenai tada kirau Zutto sakebu kotoba wa "Hora, SAAKASU MONSUTAA !"... »
(Aaah...)

Le Shichibukai, chamboulé par sa performance, demeurait muet, astreint de toutes manipules. L'ombre d'un lever de pouce il ne pouvait pas crayonnée tellement son succès était incommensurable car oui, l'afflux de fêtards ne s'en pouvait plus de hurler à s’époumoner les mous, l'angélique beauté opaque qu'inspirait ce chant renversant qui avait fait tressaillir d'attrait nombre des civils provoquait un ravage sans précédent.




Dernière édition par Liam Reaver le Dim 5 Aoû - 14:32, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Leïla Kagura
Officier
Officier
avatar

Messages : 388
Date d'inscription : 13/01/2012
Age : 20
Localisation : Au bon endroit sûrement, non ?

Caractéristiques
Riyals:
10/10  (10/10)
Prime: Aucune
Fruit du Démon: Neko Neko No Mi vesion panthère noire

MessageSujet: Re: Mélodies indénombrables.    Jeu 2 Aoû - 1:44



Mélodies indénombrables.



Las Camp... Île assez spéciale pour la marine. Là, il n'y a pas de base de la marine, alors un navire est envoyé sur place pour vérifier un petit peu ce qu'il s'y passe. Bon, bien sûr il y avait des pirates mais la blonde n'en avait rien à faire. Son métier ne l'intéressait pas par moment. Bien sûr qu'elle aime protéger les citoyens innocents de la vermines, bien sûr qu'elle aime enfermer des crapules inutiles au développement du monde. Mais ce jour-là non...

Pour tout vous dire, elle avait juste envie de faire la sieste. Mais vu que son supérieur ne la lâchait pas, il l'envoya patrouiller dans la ville avec un groupe de marine. Il la tenait à l'oeil et au moindre écart elle se faisait engueuler. Prendre la fuite aurait été plus simple mais elle tenait vraiment à ne plus se faire réprimander. Question de mental, ne recevoir que des opinions négatifs ne l'aidait pas à être de bonne humeur. Même si elle l'était en permanence. C'est ce qu'elle fait croire en apparence, mais intérieurement elle souffle et tire la gueule. Mais montrer ça ne serait pas digne d'elle, personne ne le remarquerait, mais bon.

En marchant de rue en rue, la marine regardait passer les oiseaux avec ses mains dans les poches de son short. Puis de temps en temps elle prenait un de ses tonfas et le faisait tourner pour passer le temps. Elle assommait presque ses collègues au passage mais c'est pas grave. Donc, en marchant, elle aperçu un endroit bondé de monde avec une scène en bois. Un homme semblait être au centre de l'attention, il se faisait pousser sur la scène. C'était le Shichibukai heu... Wayans Ash Reaver !? Sans doute ça ! Il tapota le micro et prononça :

«  J'ai baptisé cette musique, Circus Monster.

Toki wa mou kietemo "SHOUTAIMU" KAATEN no ushiro ni tarekomeru Azayaka na kimi ga yasashii yo ne Boku wo yobu naze kimi ga inai no ? Niyatsuku naiteiru aitsura ga kikitai ka ? Aitai yo dakitai yo yureugoku doko ni iru ? Jitsuen ga hajimaru ka ? Boku no okasareta soba "Utatte" to KARE wa iu, kimi ja nai, utaenai ! Kouwa no uta wo utau Sono kago no yume ni iru "KARE" wa aku, nakitsutemo Naze sonna sabishii no ? Sono aware na kaibutsu Mirarenai tada kirau Zutto sakebu kotoba wa "Hora, SAAKASU MONSUTAA !" Atataka na omoi wa mou kootta Kare ga boku wo warau mimimotoe Naze kimi tachisatta? Wakaranai Ano tanoshii shishi-tachi mo tachisatta... Nakigoe kimi no koe naiteiru subete kiku Dame na neko, kikenai yo aenai ka? Aitai naa Shishi no kishuu chiri to au kikoenai kore owari ?
Me ga aita doko ni ita? Boku wa mou hitori deshou...
Kouwa no uta wo utau Sono kago no yume ni iru "KARE" wa aku, nakitsutemo Naze sonna sabishii no ? Sono aware na kaibutsu Mirarenai tada kirau Zutto sakebu kotoba wa "Hora, SAAKASU MONSUTAA !"... 
 »

C'était magnifique. Leïla ne s'y connaissait vraiment pas en chant, mais elle adorait cette chanson, cette voix. Lui, ne bougeait pas tandis que la foule hurlait, applaudissait son succès. Les civils firent durer cette ambiance pendant de longues et interminables minutes... Même les marines accompagnés de Leïla s'y étaient mis. N'importe quoi. Elle en avait marre, elle voulait aller au moins lui dire bonjour, à Wayans. D'ailleurs, pourquoi il y avait deux parties dans son prénom, 'Wayans' et 'Ash', c'était assez spécial. En plus il était beau comme.... Comme.... Il était super beau quoi !

Donc, Leïla s'éclipsa de ses confrères pour rejoindre le bas de la scène et saluer l'homme. Mais bien sûr, c'était impossible qu'il l'entende avec tout ce bruit... Même pas sûr qu'il l'ai vue. Alors, avec une délicatesse hors normes, Leïla saisit Wayans par le col et le traîna ainsi jusque quelques rues plus loin. Il la prenait déjà pour une folle, alors un peu plus ça ferait pas de grande différence. Essoufflée et arrêtée, la jeune femme sourit à son... Heu... Pas ami... Bref, elle lui dit :

«  Salut !! Ca fait longtemps ! Enfin, pas tant que ça mais bon. Je savais pas que tu chantais ! C'était vraiment génial ! J'ai adoré !  »

Ensuite, Leïla était un peu mal à l'aise d'avoir fait ça. Elle avait agis sans trop réfléchir, comme d'habitude. L'idéal aurait été de juste lui faire un signe de la main en espérant qu'il la voie... Quand on fait dans l'originalité, c'est ça qui arrive.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Mélodies indénombrables.    Ven 3 Aoû - 14:57

Leïla & Liam« Mélodies indénombrables. »





L'intonation de sa voix avait laissée perplexe une horde de civils rassemblés en une sphère dont il était l'épicentre. Comparables à des étudiants agrémentés par la fierté d'avoir finaliser leurs études, les habitants de Las Camp congratulaient des dalles polies, le Cyborg qui lassait s'écraser le micro au sol.

Il n'avait pas envisagé un instant que l'improvisation de sa chanson allait provoquée encore plus d'affres et tintamarres de cette envergure. Pire encore, une bagarre allait éclatée. Il en était le malheureux concepteur et n'avait pas l'opportunité de tous les calmés, sinon, se serait prendre le temps d'en dissuader chacun d'entre eux. Son étonnement parût encore plus brusque quand il se faisait violemment tiré par le col, bien que difficilement, s'abandonnant à une infortune traînée à l'encontre d'une vannelle, il préserverait une vue d'ensemble sur les villageois de Las Camp.

L'attention qu'il portait aux habitants dépérissait brièvement. À vrai dire, un ressentiment de culpabilité le prit précipitamment au dépourvu. Bien qu'il s'était juré de ne plus douté, et c'était le cas, il ne pouvait s'empêché de rager contre l'émission des effets de sa chanson angéliquement dévastatrice. À l'inverse d'une bonne intention de galvanisation, le trouble qui s'était scrupuleusement propager sur la tripotée de spectateurs avait eu raison de leurs lucidités. Empêtrés dans la toile de l'araignée, ils ne semblaient dorénavant qu'à de vulgaire marionnettes affectées par la mécréance et l'incertitude de leurs actes. Les enfants étaient les premiers à être mis à l'abri des absurdités des adultes. Les plus saouls faisaient roulés leurs tessons d'alcool entre leurs doigts qu'ils fracassaient sur la tête des plus miséreux.

Vigilance égarée, détournée des Lassiens, Liam n'attribuait qu'une œillade chétive à la tournure des miséricordieux scandales qui se déroulaient le long des allées de Las Camp, saccagées par l'ombrelle de quelques couplets, ou bien plus. Le problème était beaucoup plus grave que le Capitaine Corsaire ne l'imaginait. Toutefois, son interposition n'avait pas lieu d'être une nécessité. Ils étaient assez matures pour savoir gérer leurs malentendus seuls, l'homme qu'était devenu Liam Reaver ne se souciait plus de cette catégorie d'embêtement. Son égoïsme allait peut-être paraître flagrant, qualifier de téméraire égocentrique en soif de découverte.

Présentement, il était plaqué dos au mur. Par qui ? Il ne saurait vous le dire. Une unique bribe d'un doux parfum à l'effluve de lotus s'échappant d'une peau finement basané le mettait aux aguets. Il abaissa son regard, focalisant le plus profond de sa pupille sur l'anonyme personne qui l'avait, bien que prestement et magnanimement, déterré de sa position initiale où il était béatement statufié. S'entichant de lui d'une façon plus que familière, elle sautillait sur place à la vue du Shichibukai qu'elle répertoriait comme une ancienne connaissance à ses dires.



« - Salut !! Ça fait longtemps ! Enfin, pas tant que ça mais bon. Je savais pas que tu chantais ! C'était vraiment génial ! J'ai adoré !  »

Le timbre de sa voix n'était pas un insigne déterminant de la trahison, elle l'avait mot pour mot, côtoyer par le passé. Pourtant, aucun souvenirs de cette tête blondine à la carrure envoûtante ne défilait dans ses pensées. C'était à ce moment qu'il tentait de recenser les récents et anciens épisodes qui ficelaient son époque antique sur une frise chronologique dont il n'avait visiblement pas la moindre conscience de son existence.

La synchronique fusion entre les défunts Wayans & Ash était la seule évocation qui lui faisait offense, à vrai dire, c'était pour lui la signification de sa naissance, Liam Reaver était unique, et indéniable adhérait ce fait.



« - Hey vous trois ! Vous m'avez promit du fric ! Filez moi vos Berrys !! »


« - Nous ne voyons pas de quoi tu parles... ! »

« - Sales garnements ! Si vous le prenez comme ça vous allez voir de quel bois j'me chauffe, AYAAAA !!! »

La situation empirait. Plus nos interprètes s'éternisaient indolents et plus la vulnérabilité dont ils écopaient n'allait bientôt être qu'un mot dénué de sens. Ils devaient partir. Le Shichibukai avait manifestement apprivoisé cette éventualité à bout portant et opta pour une échappatoire bénéfique, à savoir ; la débandade.
Se retirer n'est pas fuir rétorquera notre Cyborg si vous lui en faites la remarque. Si cela ne tiendrait qu'à lui, il aurait fondu dans cette masse désastreuse et se serait rendu auprès de son navire, néanmoins, à obligeances contraignantes, il avait cette fille sur le dos. Ses allures mystérieuses n'étaient qu'anodins voiles pour elle, fragment d'antécédents enterrés... Victime d'amnésie, il allait devoir effectuer un devoir de chaperon à savoir la protégée, la tirant des crocs du grand méchant loup sur la route de sa mère-grand. Boursicotant sur une constance ignare, il ne répondit que très franchement, lorgnant par-dessus son épaule.



« - Restés ici n'est pas conseillé, ne traînons pas. »

Il ne l'avait toisé du fond de ses yeux que pour la mettre en garde. Certainement qu'elle n'avait pas saisi, comment le pouvait-elle avec si peu d'informations ? Il ne passait pas par quatre chemins. Qu'elle porte une jupe lui était bien égal, il se dépêchait de l'agrippée par les cuisses tout en la retournant sur son épaule. Une paume fermement clôturée à sa taille, il sautait de murs en murs, rebondissant de ses pieds mécaniques jusqu'aux terrasses sécurisées de Las Camp. Destination atteinte, il déposait délicatement la jouvencelle sur l'emprise qu'elle avait sur ses deux pieds, puis, s'accroupit aux bordures mordues des verrières. Les circonstances qui semblaient reprendre les infimes grammes qui leurs subsistaient de leurs bons sens avaient été domptées quant à l'intervention de militaires Marines sur les lieux. Liam allait tiré profit de cette occasion, les points sur les « I » et les barres sur les « T » devaient être mises. Persuadé de la stabilité que le contexte avait à entretenir, il se retournait face à la jeune fille aux cheveux d'ocres. Analysant par détail son physique d'adolescente en aboutissement de croissance, il désactivait le mode radar qu'il avait greffé à son masque en cas de fatidique menaces, insécurité inévitable et adopta une insouciance aveuglante face à cette demoiselle tout en régularisant sa voix afin d'user de l'originale. Il n'avait rien à craindre et tenait à être clair et concis :



« - Qui es-tu ? »



[HRP : Désolé pour l'attente mais c'est finalement posté ! cheers

Revenir en haut Aller en bas
Leïla Kagura
Officier
Officier
avatar

Messages : 388
Date d'inscription : 13/01/2012
Age : 20
Localisation : Au bon endroit sûrement, non ?

Caractéristiques
Riyals:
10/10  (10/10)
Prime: Aucune
Fruit du Démon: Neko Neko No Mi vesion panthère noire

MessageSujet: Re: Mélodies indénombrables.    Mar 7 Aoû - 5:36



Mélodies indénombrables.



Wayans ne semblait pas reconnaître la jeune femme... Pourtant, il l'avait vue n.... Bref, c'est pas important ! Rien qu'à cette pensée Leïla était devenue toute rouge, elle espérait qu'il ne l'avait pas vu. Elle se tapotait les joues espérant leur redonner couleur beige, en vain. Elle se cachait plus ou moins derrière le jeune homme qui regardait autre part, où quatre personnes semblaient être en désaccord :

«   Hey vous trois ! Vous m'avez promit du fric ! Filez moi vos Berrys !!  »

« « - Nous ne voyons pas de quoi tu parles... ! »»

«  Sales garnements ! Si vous le prenez comme ça vous allez voir de quel bois j'me chauffe, AYAAAA !!! »

Ils parlaient de choses dont Leïla n'était pas au courant, du coup, elle s'en fichait un peu. Mais on dirait bien qu'ils allaient se battre. Haha c'était cool ! Une bagare de rue, Leïla voulait absolument voir ça ! Mais... Le cyborg en avait décidé autrement et dit en regardant la marine par-dessus sont épaule, marine qui tentait toujours de se cacher :

«   Rester ici n'est pas conseillé, ne traînons pas.  »

Leïla répondit au tac au tac :

«  M...  »

Avant d'avoir pu finir sa phrase, elle remarqua que Wayans la regardait comme pour la mettre en garde, de quoi ? Elle se le demandait bien. Mais elle détourna vite le regard, trop gênée pour lui faire face. Une fraction de seconde plus tard, l'homme la saisit par les cuisses et la posa sur son épaule. Il ajusta une main sur sa taille et se mit en route. Heureusement que Leïla avait mis un short... Elle avait comme une impression de déjà vu... Se faire porter par cet homme-là, encore une fois. Leïla était encore plus gênée, elle ne lui avait apporté que des ennuis en fait, mais bon, il aurait pu partir en la laissant là après tout. Ca prouvait qu'il était gentil.

Donc, il sautait de mur en mur pour enfin atterrir sur les toits des maisons de Las Camp. La vue, de derrière, était plutôt belle. Bien que les toits sont monotones et sinistres, elle y trouvait une sorte de beauté. Bref, Wayans déposa délicatement la marine à terre et s'accroupit au bord du toit histoire de pouvoir voir la ville. Intriguée, elle scruta elle aussi vers le bas, il y avait des troupes Marines qui tentait d'apaiser les civils, et ils y arrivaient. Leïla eut un sourire au lèvre, car au lieu d'être ici, normalement elle devait être avec ses collègues en bas. Et elle aurait eut à faire la tâche fatigante qu'est de contenir une foule. C'était assez plaisant de les voir faire ça, sans elle.

Elle sentit un regard peser sur elle, elle regarda donc l'homme à la base de ce sentiment. Il la fixait et semblait l'observer, comme s'il ne connaissait pas assez bien son corps. De nouveau, elle avait pensé à ça et de nouveau, elle rougit comme une tomate. Elle mit sa main devant sa bouche, c'est un geste strictement inutile qu'un bon nombre de jeunes femmes font lorsqu'elles sont dans l'embarras, ce qui est le cas de Leïla. Puis il fit un truc à son masque et dit :

«  Qui es-tu ?  »

Leïla venait de se prendre une flèche en plein coeur. Il ne la reconnaissait donc pas !? Mais enfin, elle était troublée, interrogée, intriguée,... Pourquoi ne la reconnaissait-il pas ? C'est le genre de personne qui a le dont de marquer les mémoires, et particulièrement Wayans ! Elle répondit avec une voix hésitante et tremblante et le visage rosé :

«  E-Eh bien heu... On s'est vu sur l'Archipel Konomi il y a environ quatre mois. T-tu ne te souviens pas ? Je suis L-Leïla Kagura, mais je ne pense pas te l'avoir d-éjà dit.  »

Elle tremblait sur place rien qu'à imaginer le fait qu'il se souvienne de ce moment là... Elle regardait vers la ville et vacillait, alors elle décida d'aller s'asseoir contre une cheminée fumante, apportant de la chaleur aux résidents de la maison.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Mélodies indénombrables.    Mar 7 Aoû - 8:11

Leïla & Liam« Mélodies indénombrables. »





Actuellement, Liam avait du mal à discerner la réalité de l'imaginaire, le présent du passé. La ruine qu'était la dénommée Leïla Kagura à ses yeux ne représentait que des souvenirs d'un temps perdu, stigmates qu'il avait du mal à synthétisées dans un ordre partiel. Il passait son index sur son menton qu'il frottait machinalement, approfondissant ses pensées. Momentanément condamné à appâter une chute périlleuse au plus profond des cambrures bosselées de ses souvenances, sa vision, elle, se redirigeait avec le peu d'autonomie qu'elle détenait séquestrait, les voûtes célestes qui s'échinaient à une concurrence d'ascension sur la profondeur des chaussées étoilées.

Définitivement extirpé de ses rêveries les plus cauchemardesques, il réajustait lentement l'opercule tissée à sa veste et détrôna les grains de poussière qui s'étaient harponnés à celle-ci. Lui qui avait fait une immersion totale afin de se remémorer une ère damnée empoigna brutalement le tissu du bandage qui lui raffermissait la peau. Ne lambinant pas une seconde de plus, il l'arracha bestialement. Et, en un bruit de séparation excentrique, le Cyborg fût privé des derniers pansements dans lesquels il s'était engouffré, suivant l'affrontement qui avait opposé Wayans à Ash. Il jugeait bon de voir de quoi était il capable suite à son rétablissement assez opportun. Impatient avait-il été depuis son départ de la ville de Shell, l'âme du marin n'avait fait que s'ameuter, la nouvelle personne qu'il était devenu n'était qu'un prédateur qui n'abandonnait que les parties immangeables derrière lui.

Rien de mieux pour se remettre dans le bain qu'une chanson, tout était parfait. Méditant longuement sur le repos dont il pourrait éveiller bienfaits quant à l'hospitalité des Lassiens, les dernières paroles de son couplet mélodieux qui avaient émoustillées de réjouissances les prestigieux viveurs des eaux de West Blue le drossèrent à ces postures parmi lesquelles il était à la merci d'un trou noir, martyrisé par l'amnésie.


« - E-Eh bien heu... On s'est vu sur l'Archipel Konomi il y a environ quatre mois. T-tu ne te souviens pas ? Je suis L-Leïla Kagura, mais je ne pense pas te l'avoir d-éjà dit. »


La personnification du gêne et de la confusion de la jeune fille teignait ses joues d'un intense rouge que Liam n'avait pas l'aubaine de distingué souvent. Les ambiances qui clarifiaient la liste d'effectifs de mauvais côtés que détenait notre Capitaine Corsaire ratiboisaient l'insignifiante rondelle de générosité qui lui surnageait. L'austérité étant son domaine, depuis qu'il avait hérité de cette individualité sans scrupule, ses idéaux voguaient librement entre la carte mère et la pompe à énergie qui lui servaient de méninge. Quatre mois ? C'était bien trop égaré de sa renaissance pour qu'il puisse amassé les artefacts bâtissant leur rencontre dorénavant maudite. Il était au regret de l'informer qu'il n'avait aucunes annales d'elle ou d'une vie quelconque, les informations les plus nécessaires avaient été conservées sur une microscopique partie de son cerveau, à savoir son identité et sa profession. Il aurait besoin de temps pour reformer un avenir dont il serait le maître.



« - Leïla Kagura ? Je ne t'ai jamais vu, tu t'es sûrement trompée de personne, désolé. »

Il s'éclaircit la voix comme tantôt, fixant sa démarche qui s'ajustait aux sciures d'âtres cracheuses de vapeur et continuait, mains en poche :



« - Ravi de faire ta connaissance, Leïla. Cependant, tu te doutes que je ne vais pas m'attarder ici, patientons un peu, ça devrait se calmer. Je me nomme Liam Reaver si l'envie te prendrais de me poser la question. »



Revenir en haut Aller en bas
Leïla Kagura
Officier
Officier
avatar

Messages : 388
Date d'inscription : 13/01/2012
Age : 20
Localisation : Au bon endroit sûrement, non ?

Caractéristiques
Riyals:
10/10  (10/10)
Prime: Aucune
Fruit du Démon: Neko Neko No Mi vesion panthère noire

MessageSujet: Re: Mélodies indénombrables.    Mer 8 Aoû - 7:32



Mélodies indénombrables.



La marine regardait l'homme qui était toujours accroupit, de cette façon il ne pouvait la voir et c'était bien mieux pour la jeune femme ! Il n'avait pas pu l'oublier quand même, non, c'était impossible. A moins d'avoir subit un choc à la tête... Elle ne savait pas exactement ce qui lui était arrivé ces quatre derniers mois, ce que ça passe vite quand même. Enfin bref, il lui répondit :

«  Leïla Kagura ? Je ne t'ai jamais vu, tu t'es sûrement trompée de personne, désolé.  »

Trompée de personne ? Un personnage aussi charismatique que lui ne s'oublie pas ! Même s'il était à moitié cyborg à cause des bandits dans la ville et de l'acide sulfurique... Ah mais oui ! Elle sait tout ça, alors si elle le lui dit, il la reconnaîtrait sans aucun doute ! Mais avant que Leïla ait pu lui dire quoique ce soit il se leva, surprenant la marine et avança doucement vers elle puis dit :

«  Ravi de faire ta connaissance, Leïla. Cependant, tu te doutes que je ne vais pas m'attarder ici, patientons un peu, ça devrait se calmer. Je me nomme Liam Reaver si l'envie te prendrais de me poser la question.  »

Ces mots résonnaient creux, ça la rendait toute chose t'entendre ces mots alors qu'elle connaissait presque toute sa vie. Et puis 'Liam Reaver' est proche de Wayans Ash Reaver. Il fallait qu'elle sache... Elle s'avança d'un pas, ses mains tout contre sa poitrine, le visage rosé, la boule au ventre et dit :

«  Mais non ! Tu es Wayans Ash Reaver ! Tu es devenu à moitié robotisé à cause de kilos d'acide sulfurique que des gens t'ont renversés dessus, des marines ou des révolutionnaires, je ne sais plus. Tu aimais Emma, Emma... Turner ? Mais elle est morte pendant l'attaque des révolutionnaires sur Water Seven pendant un banquet pour un bateau prêt à prendre la mer. Des amis ont robotisés ta partie gauche. Et c'est tout ce dont je me souviens... Ah ! Désolée de... d'avoir... Désolée...  »

Elle baissa les yeux, elle n'aurait pas dû dire ça. Elle se sentait mal maintenant. Comme la première fois, sauf qu'elle n'allait pas pleurer cette fois ! Bref, elle ne voulait pas rester dans un malaise comme celui-ci. Peut-être que lui n'était pas mal à l'aise mais Leïla si, alors elle enchérit en affichant un sourire faux et en riant nerveusement :

«  Hèhè !! Mais c'est pas grave si tu te souviens pas de moi hein, je vais pas mourir pour autant !! Haha...  »

Haha...



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Mélodies indénombrables.    Mar 14 Aoû - 5:01

Leïla & Liam« Mélodies indénombrables. »





Le noble charpentier enivré par l'amour et sa passion pour la lecture qui ignorait tout du factuel et authentique visage du monde qu'il était par le passé fût déclaré comme mort. Cela depuis des lustres déjà. Enterré, semblable au naïf Shichibukai déterminé à changé la vision que tissait l'humanité sur un ensemble emberlificoté dans les ficelles d'un gouffre d'un manoir imprenable regorgeant de haine. Ce qui poussait Liam à vivre tout en conservant soigneusement les raisons de son existence n'étant rien d'autres que le rattachement à des souvenirs vides, qui, soit dit en passant, constituait les atomes d'un intouchable brouillard sur un considérable déroulement de couillonnades.

Rien n'était plus sensé que la récente autonomie qu'il s'était forgée dans l'obscurité, qu'il avait trempée dans le désintérêt avant de la faire fraîchement refroidir dans un tissu d'instinct de survie. Qualifiée comme étant la loi de la jungle, manger ou se faire manger, l'adaptation n'était plus une option s'offrant aux premiers téméraires bravant tempêtes et fléaux qui se dressaient sur leurs routes si peu ossues.

La voie que Liam avait choisie était imbibée de meurtres et regrets. Il était conscient que ce n'était plus vraiment lui qui jouait sur ces aptitudes d'hybrides cauchemardesques mais le monstre qui était encré aux sinistrement et opaques entrailles de sa personnalité qui n'avaient plus rien d'humain. Le réveil de la bête symbolisait l'ère d'un Cyborg qui n'avait plus rien à perdre que des boulons usés par la rouille. Cependant, il y avait cette fille, elle qui lui barrait la route de ses atouts animateurs de tourments qu'il s'était efforcé de délaissés à ses arrières, dissimulés sous une ombre de chair et de métal. Elle avait armement stimulée une chose qu'il croyait perdue aux travers des hécatombes et exterminations d'une ancienneté dont il ne redoutait plus la renaissance, son âme. Chargée, alimentée, électrisée d'insoupçonnés émotions séductrices le traînant hors des insondables ténèbres à la conception de son esprit, il ne revenait à la réalité qu'en temps et en heure.

Tantôt dissipé par l'assaut de scepticismes envahissants, il scrutait la paume de ses mains bioniques. Vivre dans le passé à base de souvenirs infondés ? Pour quoi faire, était-ce ça qui allait le faire avancer, progresser ? Ce n'était pas à l'amnésie qu'il avait subit, mais à la peur, la peur de devoir assumer toutes les choses faites et irréparables, tenaillé par des responsabilités qu'il ne pourrait endossées. Une gifle vola en direction de sa joue, il s'était violemment remit les idées en place. Impossible pour lui de trimer une seconde de plus, ce n'était pas son genre. Fixant Leïla droit dans les yeux, il laissait s'entrelacer quelques mots dogmes de ses lèvres tout en allant s'adosser à l'antithèse de l'âtre où elle avait raffinement prit place, montée sur un piédestal d'attrait.



« - Soit. Admettons que tu dises vrai et que je suis ce Wayans Ash Reaver. Bien que mon nom figure dans ton appellation, je ne pense pas avoir de souvenirs concrets d'une vie antérieur se rapportant à tout ce que tu viens de cité... »

Évidemment qu'il bluffait et que quelques fragments de cette saison vêtue de peste le hantait, sa préférence à nier le passé afin de mieux le renié à en esquinter les chaînes qui les reliaient était plus tentatrice et drue que tout. Cette loi d'équité qui départageait une égalité irréprochable, elle, venait souffler à ses oreilles, tendues au bon moment. Il avait correctement assimilé le cercle vicieux qui divisait le monde en une symbolique impression de reproduction consécutive. Pour obtenir quelque chose, il fallait en abandonner une autre de valeur invariable, et, dans cette constitution d'impartialité, il avait consenti à l'abdication de ses vieilles souvenances pour s'en sculpter de nouveau, retourné sa veste aux antécédents lui était désormais intenable. Caressant les finitions de mèches bleutées, il époussetait sa veste en levant les yeux au ciel. Mit aux alertes par l'incommodité occasionné de Leïla, un énorme cirrus de fumée s'échappait de son masque lorsqu'il se désorbait à lâcher :



« - Je ne me souviens pas de toi Leïla, mais une chose est sûre, je ne t'oublierai pas de si tôt, rassures toi. »



Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Mélodies indénombrables.    

Revenir en haut Aller en bas
 

Mélodies indénombrables.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Mission mercenaires/civils indépendants : La Station... [Echouées]
» [CEI] Communauté des Etats Indépendants
» Mandat kont Aristide - No DYOL to talk!
» Les femmes noires au pouvoir ...
» Petit tutorial pour Gimp

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece ~ Evolution V2 :: Zone RPG :: West Blue :: Las Camp-