One Piece ~ Evolution V2

Forum Role Play
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 La révolte commence...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Izaya Nakushi
Chef d'unité
Chef d'unité
avatar

Messages : 57
Date d'inscription : 11/04/2013
Age : 26
Localisation : Dans le coeur de Rika *_*

Caractéristiques
Riyals:
2400/15000  (2400/15000)
Prime: 20.000.000
Fruit du Démon: Migi Migi no mi/ Fruit des droits

MessageSujet: La révolte commence...   Jeu 21 Nov - 7:51

Le vent soufflait sur la mer, la puissance du mistral faisait flotter le tissu que je portais me donnant un frisson de fraicheur guidé par cet force de la nature indomptable et que par une malédiction il m'était interdit d'approcher. Le bruit de la serpillière qu'un matelot faisait tremper dans un seau de savon avant de frotter le sol était le seul bruit qui venait briser ce silence que je jugeais toujours indispensable avant de risquer ma vie. Depuis le pont supérieur je m'avançais afin de m'accouder contre le rebord et de profiter de l'air frais et du soleil que je ne voyais plus très souvent à cause de la pénombre éternelle qui recouvrait l'île où nous avions établi le bâtiment principal de notre organisation. Depuis notre désertion à Rika, Riku et moi, nous étions activement recherché et nos visages étaient mis en évidence dans chaque île sous contrôle de la marine. Autant dire que nos déplacements étaient limités et les fois où nous partions en mission nous devions faire preuve d'une grande prudence. Nous étions à ce moment là sur une caravelle flambant neuve peinte en noir avec des toiles blanches, les couleurs de Justice Heart mais c'était impossible de le savoir car nous n'avions pas placé notre emblème en évidence pour éviter d'attirer l'attention, d'autant que personne n'avait vu nos vaisseaux. Lentement je m'éloignai du rebord pour aller dans ma cabine afin de lire quelques livres avant notre arrivée. J'avais placé une véritable bibliothèque à bord, c'était le minimum pour un voyage pareil. Je m'assit sur mon siège et commençai à m'évader dans le monde créée par les livres dont il ne pouvait se passer depuis qu'il avait appris à maîtriser son fruit du démon.

Un univers où l'écrivain est un dieu qui transporte le lecteur dans un monde qu'il aura façonné de toute pièce afin d'offrir à chaque page de nouvelles sensations, des questions en suspends faisant naître en la cible une envie irrésistible de lire chaque nouvelle page. Je comptais aussi dans ma collection, bon nombre de livre de grammaire ou de tournure de phrases, éléments indispensable à mon art pour le perfectionner. Au bout de deux heures acharnées, je me levai de mon siège pour aller retrouver Rika dans sa cabine. Je frappa trois fois à la porte attendant sa réponse, nous devions discuter de comment les événements allaient bien pouvoir se passer une fois arrivés à destination. En effet nous allions sérieusement risqués nos vies aujourd'hui donc nous ne pouvions nous permettre aucune erreur. Plusieurs heures s'écoulèrent durant laquelle nous discutions, étrangement il n'y avait pour une fois aucune forme de mépris entre nous, les besoins de la mission passant en priorité, c'était la seule explication que je voyais. Au milieu d'une phrase pour rappeler les lieux stratégique de la vie, j'entendis des bruits de pas en dehors de la pièce, ils s'approchaient suffisamment pour savoir que l'auteur courait vers nous. Il ouvrit la porte pour nous dire que nous nous apprêtions à arriver. Rika et moi nous regardâmes en ajoutant un hochement de tête avant de sortir laissant Rika dans la cabine. J'enfilai mon capuchon avant de monter dans une chaloupe après m'être assuré auprès de Rika que tout était en ordre, nous avions décidé de nous séparer temporairement car par chance, Tazaki,un ancien ami d'enfance qui avait rejoins la marine quelques années après moi était en service à Loguetown et était partisan de notre cause même si il n'osait pas déserté il m'avait confirmé qu'il nous aiderai à nous infiltrer. Nous utilisions un message codé de notre jeunesse pour communiquer sans risque. Il m'avait indiqué d'aller sur le quatrième quai en partant de la gauche si nous arrivions par l'entrée principale.

Je n'accostai pas immediatement afin de m'assurer que cela pourrait se faire sans risque. En effet depuis notre désertion, Loguetown était plus surveillé que jamais. Cependant au bout d'une demi heure je ne vis aucune trace de piège et grimpai sur le quai sur lequel je retrouvai mon vieil ami qui m'indiquai de le retrouver dans une ruelle une heure plus tard lors de sa relève. Il me passa également discrètement un foulard pour couvrir mon visage. Ayant laissé ma veste à bord pour éviter d'être repéré, seul mon visage pouvait me trahir. Je le remerciai d'un hochement de tête et pénétrai dans la ville, surveillant les alentours du lieu de rendez vous pour m'assurer qu'il n'y ai pas d'entourloupe. Je put alors constaté le nombre de soldat présent sur l'île m'obligeant à penser que la tache ne serai pas aisé. Cependant force est de constater que tout était normal, je me dirigeai vers la ruelle humide et sombre. Mon ami me rejoignit quelques minutes plus tard, dans un premier temps je le menaça d'un sabre au cas où il se serai retourner contre moi, mais il jeta son propre sabre à terre et se mit à genoux, il me demandai de le tuer si je pensais qu'il m'avait trahi. Après un moment de réflexion je l'aida à se lever et l'étreignit amicalement, il m'expliqua qu'il avait été promu récemment commandant et qu'il pouvait donc ordonner aux gardes sur la côte de s'absenter. Je ne put m'empêcher de m'inquiété de sa sécurité mais il m'assura que tout irai bien. Je lui indiquai où se trouvait le navire et nous nous y dirigeâmes nous mêlant à la foule. Il ne fallut pas longtemps pour arriver et malgré leur réticences, les soldats obéirent tandis que je me mouvais dans l'ombre. La plaine était un des points faible de Loguetown car elle était très peu gardé, si bien que Rika pu accoster en sécurité. Je lui présentai Tazaki et offrit à celui ci de fuir sur notre navire et de rejoindre notre cause, car lorsque nous auront accompli notre travail il ne leur faudrai pas longtemps pour comprendre qu'il était complice et avec le nouveau généralissime la sentence était évidente. Il m'assurai qu'il allait s'en sortir mais je voyais qu'il cherchait à se convaincre. Alors j'ordonna à ce que deux de nos hommes l'emmène avec eux pour sa sécurité et de ne lui faire aucun mal, il n'était pas prisonnier mais réfugier. Il finit par accepter après quelques réticences, il craignait trop la mort et en avait marre de servir ce tyran. Je me tournai ensuite vers Rika

- C'est parti...lui chuchotai je avec un regard noir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rika Kayama
Général
Général
avatar

Messages : 146
Date d'inscription : 09/11/2011
Age : 23
Localisation : Dans le coeur de son namoureux Izaya :3

Caractéristiques
Riyals:
5890/15000  (5890/15000)
Prime: 80.000.000
Fruit du Démon: Soumoku Soumoku No Mi

MessageSujet: Re: La révolte commence...   Mer 22 Jan - 7:36

Un bâtiment des Justice Heart naviguait sur les flots, vers un endroit précis en quête d'aventure, de danger et surtout de liberté, qui n'était autre que Loguetown: la ville où le légendaire pirate Gold Roger fut exécuté. Seule dans sa cabine de capitaine, Rika s'ennuyait légèrement pour ne pas sous-entendre comme un rat mort, elle préférait rester en solitaire et broyer du noir qu'admettre devant les autres que le trajet lui paraissait bien long et fade. Sa morosité était telle qu'elle relut plusieurs fois le rapport de mission que lui avait tendu son supérieur et ami Riku avec un rictus d'amusement qu'elle détestait au plus haut point. Ces deux-là même après avoir quitté la Marine afin de créer une organisation contre cette dernière, ne cessait de se battre comme larron, leur chamaillerie et leur blague plus ou moins piquante étaient toujours au rendez-vous au désespoir de certains malheureux, qui avaient la malchance de subir quelques désagréments. Ces railleries enfantines démontraient pourtant leur complicité et leur confiance mutuelle particulièrement lorsque le Commandant en chef lui confiait une tâche plutôt périlleuse, nécessitant une extrême discrétion.

Cette fois-ci, elle devait accomplir son objectif avec Izaya Nakushi, un marine de confiance servant autrefois sous ses ordres, ce dernier avait suivi Riku et Rika en connaissance de cause et par sa propre volonté. Il était un très bon combattant, la jeune générale ne pouvait le nier mais son comportement lui tapait sur le système quelques fois, ainsi, une relation de froid s'était installé entre eux. Pour tout avouer, elle ne détenait pas de nombreux liens d'amitié, sa seule attache fiable et tenace était celle de Riku. Néanmoins, la demoiselle l'accepta sans trop de résistance à l'annonce de ce coéquipier bien que son souhait aurait été d'effectuer sa mission seule, le talent du jeune homme serait sans aucun doute utile dans ce genre de situation. Ainsi, ils voguèrent vers leur destination sans un mot, confectionnant un plan chacun dans sa tête afin d'en discuter ensemble sérieusement plus tard;

En cours de route, son partenaire toqua à la porte avant d'entrer dans une indifférence totale, il s'assit en face de la jeune fille tout en la fixant droit dans les yeux. Rika n'avait pas daigné lever les yeux vers son interlocuteur, elle prit le temps de terminer son paragraphe puis posa délicatement le dossier. Soutenant son regard d'un œil azuré et glacé, la jeune femme s'enquit à ouvrir la discussion, sa tirade porta sur son plan d'action concernant la mission, ensuite, elle écouta l'avis de son acolyte. Leur entrevue dura environ une bonne heure, aucune tension ne ressortit de leur parole, ils avaient mis de coté leurs différents pour le bien de la mission et de Justice Heart. Rika ne prenait pas souvent la peine de se mettre en colère, accueillant froidement chaque opinion, pas par mépris mais simplement car elle était insensible, le seul moment où elle poussait sa gueulante, était l'instant venu des ordres. Une fois d'accord sur l'échafaudage de leur plan et après un hochement de tête, Izaya repassa le pas de la porte sans un bruit, Rika profita des dernières minutes de solitude pour se créer les différents scénarios qui les attendraient au tournant, plus méfiante que jamais dans une ville remplie de marine. Le travail serait ardu mais ce n'était pas pour lui déplaire, les embuches mettaient du piment dans ses activités, ce qui la rendait toute feu toute flamme.

Quelques minutes plus tard, la générale sortit de son antre pour affronter une flopée d'hommes qui attendait impatiemment ses directives tandis qu'Izaya vint à la rencontre de son informateur, un ami d'enfance préférant rester à la solde de la Marine. Rika ne voyait pas ce rendez-vous d'un bon oeil étant très suspicieux sur le fait qu'il soit encore un marine, elle avait hésité à laisser partir le jeune homme, cependant, il avait beaucoup insisté sur sa foi en lui et qu'il prenait la responsabilité aux moindres imprévues. Les matelots purent faire accoster le navire sans encombre ou sans attirer l'attention du moins pour le moment car les marines feraient leur tours de ronde tôt ou tard. La belle jeune femme sauvage leur indiqua de se faire tout petit et de s'habiller en civil et enfin leur ordonna que si Izaya et elle n'étaient pas de retour dans 24 heures ou moins, si la situation l'exigeait, de repartir au Q.G. Rika débarqua sur le quai à la vue d'Izaya et de son compagnon, son équipier lui présenta leur soi-disant allié, elle le dévisagea d'un air dubitatif, enjoignant deux de ses hommes à faire monter Tazaki et de le surveiller non-stop pendant leur absence. L'excitation fit battre son organe de vie plus fort que jamais, elle avait le pressentiment que ce ne serait pas une simple balade pédestre alors que son compagnon lui murmura quelques choses d'inaudible.

Ils se mirent en marche, déambulant dans les quartiers sales de Loguetown, d'un pas silencieux tels des espions et des assassins prêts à tout pour leur idéologie. Rika s'était arrêtée 30 secondes dans une ruelle pour se détacher ses longs cheveux bleus ciel, remarquant qu'ils n'étaient pas loin du centre ville, lieu où les marines grouillaient comme des fourmis. Pour sa part, la jeune fille avait gardé ses vêtements de Justice Heart même s'ils n'étaient pas confectionnaient de la même manière, portant une jupe courte noire, une chemisier blanc et une veste noire. Une fois ses cheveux lâchés, elle fit en sorte de cacher un de ses yeux et se rapprocha de son partenaire au point d'être à son bras. Cette attitude ne l'enchantait pas mais cela se relevait un besoin pour la mission donc elle dût jouer un rôle assez inattendu et qu'elle n'appréciait pas d'avance sachant les efforts qu'elle devait réaliser dans le but d'exprimer des sentiments totalement faux et inexplicable pour elle. Espérant ne pas être grillée tout de suite pour cette mise en scène plus qu'absurde à son gout, elle se prêta au jeu avec mauvaise humeur cachée sous un sourire maladroit et peu fidèle.


Pff...Qu'est-ce que je ne dois pas faire pour assurer le bon déroulement de cette tâche. grommela-t-elle

_________________~
Rika's Theme
Battle Theme

[/spoiler]


Dernière édition par Rika Kayama le Dim 23 Mar - 23:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Izaya Nakushi
Chef d'unité
Chef d'unité
avatar

Messages : 57
Date d'inscription : 11/04/2013
Age : 26
Localisation : Dans le coeur de Rika *_*

Caractéristiques
Riyals:
2400/15000  (2400/15000)
Prime: 20.000.000
Fruit du Démon: Migi Migi no mi/ Fruit des droits

MessageSujet: Re: La révolte commence...   Mer 22 Jan - 22:04

En voyant Tazaki être emmené j’étais rassuré même si je comprenais la méfiance de Rika et ne chercha pas à répliquer. Nous partîmes en direction de la ville, prêts à jouer un numéro qu’aucun de nous ne pensais endosser un jour. C’était à la fois gênant et intriguant, a vrai dire jamais je n’avais eu une femme à mon bras ayant surtout connu l’armée, ce qui me donna comme réflexe de la regarder régulièrement au début, cependant je n’eût pas trop de mal à m’y habituer et finit par retrouver mes esprits, après tout nous étions en mission et un attentat nécessitait un minimum de renseignement, nous nous installâmes alors sur la terrasse d’un café bondé nous offrant une couverture idéale tout en nous laissant la possibilité d’obtenir des informations. Nous vîmes trois marines s’installer à la table voisine, malheureusement ce ne fut pas des informations que nous attendions, ils discutaient armes et familles tandis que nos boissons arrivaient et que je serrai la main de Rika pour rester dans mon rôle. De plus en plus de monde commençaient à se réunir de façon suspecte, je commençais à me demander si un évènement n’était pas organisé. Je feins alors d’aller payer l’addition pour en profiter afin d’interroger le gérant.

- Je souhaiterai payer l’addition.


- Bien sur ça vous fera 10 Berrys.


Je commençai à sortir l’argent tout en commençant mon office

- Dites-moi, voilà je suis touriste et je voyais depuis la terrasse que de plus en plus de monde se réunissaient. Il y a un évènement important en préparation ?

- Bien sûr, aujourd’hui c’est l’anniversaire de la mort du roi des pirates, c’est l’évènement le plus important de l’année, vous devriez vraiment jeté un œil, pour l’occasion on monte un épouvantail déguisé en Gold Roger sur l’échafaud et on organise la même exécution que ce fameux jour.

- Mais des pirates ne risquent pas d’intervenir ? Après tout c’est aussi un évènement pour eux.

- Ne vous inquiétez pas, la marine a tout prévu, la majorité des effectifs surveillent les envrions pendant la cérémonie. D’ailleurs ça ne devrait pas tarder.

- Entendu, et bien je vous remercie infiniment je vais sans doute m’y interessé.

Je récupérai la monnaie avant de rejoindre Rika pour que nous quittâmes les lieux, la chance semblait être de notre côté, l’usine de propagande ne doit pas être le principal souci de la marine ce jour-là et donc notre infiltration en serai d’autant plus aisé. Tandis que nous nous éloignâmes de la foule j’informai Rika de la situation et proposai de nous rendre à l’usine tant que la sécurité y était réduite. Nous devions être prudents que personne n’entende notre conversation mais la majorité de la ville était déjà réunis sur la place de l’échafaud. Nous passâmes par sombres et humides ruelles peu fréquentés et fréquentables d'ailleurs. Mais la situation l'exigeait. Nous devions être discret autant que possible. J'admis au bout de quelques minutes que cette ville était vraiment grande et que leurs quartiers précaires formaient un véritable labyrinthe. Nous finîmes tout de même par arriver devant un gigantesque batiment fait entièrement de métal. D'imposantes cheminées dominaient le batiment et d'épaisses couches de fumées en sortaient sans cesse. A se demander si cette usine existait de façon officielle, et que sa couverture n'était pas un centre de recyclage des déchets. Cependant les quelques gardes postés derrières les murs semblaient confirmer que nous étions au bon endroit. A partir de là Rika devait décider de la marche à suivre. De là où nous étions se trouvaient, trois gardes faisant les cents pas de façon nonchalantes, sans doute persuadés qu'ils allaient rater une fête nationale pour rien car après tout qui irait attaquer cette usine ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rika Kayama
Général
Général
avatar

Messages : 146
Date d'inscription : 09/11/2011
Age : 23
Localisation : Dans le coeur de son namoureux Izaya :3

Caractéristiques
Riyals:
5890/15000  (5890/15000)
Prime: 80.000.000
Fruit du Démon: Soumoku Soumoku No Mi

MessageSujet: Re: La révolte commence...   Lun 19 Mai - 0:38

"Soit ce sont tous des minables, soit notre mise en scène est excellente, je pencherai plutôt pour la première hypothèse...Ils recrutent n'importe qui de nos jours même les plus bêtes." Présuma Rika dans son fort intérieur

Elle tentait tant bien que mal de garder ses lèvres pourpres tirées dans un sourire presque innocent, blottie contre le bras de son subordonné Izaya. Cette allure les rendant anodins, inoffensifs et d'une banalité affligeante aux yeux des personnes qu'ils rencontraient à Loguetown, était plus que risible d'après la générale froide et imperturbable. Elle aurait souhaité se passer de ces enfantillages sans grand intérêt, c'est à peine si elle en acceptait l'idée, toutefois, cette tactique présentait la meilleure chance d'atteindre leur objectif. Après tout, on s'imagine très mal un groupe de rebelles tel que Justice Heart opérer de manière théâtrale et romantique, la pensée des honnêtes gens se fondait majoritairement sur la notion de discrétion. Quant à l'esprit de  Rika, il bouillonnait de plusieurs émotions: la gêne, l'impatience, l'exaspération, la méfiance et pourtant l'ex marine ressentait un confort et une sécurité inespérés au bras de son partenaire. Instinctivement, elle referma son emprise sur le biceps droit revêtu d'une chemise immaculée en lin. Une chaleur se diffusa aux creux de ses pommettes, son minois n'osait même pas caresser du regard sur celui de son voisin, au contraire, il riva du côté opposé. Elle se rendit compte assez tard que son comportement était en total contradiction avec sa philosophie Sherlokienne, elle accéléra sa démarche afin de dépasser Izaya sans pour autant se détacher de la main de celui-ci. Finalement, une fois la crise psychique achevée et ces sensations étrangères domptées, Rika reprit sa position initiale tout en feignant de calmer une hâte.

La ruelle sur laquelle le semblant de tourtereaux empruntait, déboucha sur la grande place de la ville où un grand échafaud se dresser en plein milieu. Cet outil de mort avait servi pour décapiter le tristement célèbre Gold Roger, l'un des pirates les plus connus. Izaya et Rika se dirigèrent d'un air décontracté et romanesque vers un café, ils s'étaient mis d'accord sur le fait de s'attarder dans un lieu publique dans l'intention d'espionner les éventuelles conversations des ennemis. Ils commandèrent des boissons toujours collés l'un à l'autre, ils débutèrent une discussion dont la teneur était prosaïque tandis qu'ils s'obstinaient à faire planer leur regard sur l'assemblée. Les différents échanges fusant ici ou là, narraient souvent des situations militaire ou familiale, rien de bien passionnant mise à part quelques histoires abracadabrantes et burlesques. Le contact entre les deux missionnaires ne s'était rompu sous aucun prétexte, Rika profita même de ce touché charnel, qui lui paraissait singulièrement agréable et horripilant. Soudain, Izaya prit l'initiative d'en savoir un peu plus en allant questionner à la dérobée le barman, faisant mine de  lui payer la note , puis, revint vers la jeune femme pour lui faire part de la grande fête d'anniversaire en l'honneur de l'exécution de ce fameux pirate. Ils décidèrent de saisir l'opportunité qui leur t les bras, ils reprirent leur route vers l'usine concernée.

Les deux inconnus déambulèrent dans les rues malfamées où y résidaient les personnes les plus pauvres, depuis la promotion du nouvel amiral et de ses idées de d’extermination des pirates et de toutes résistances. Les populations en étaient les plus touchés financièrement, le Gouvernement augmentait les taxes et les impôts pour subventionner tous les navires de guerres et tout le matériel militaire possible et inimaginable. La plupart des gens se retrouvaient sans un sous du jour au lendemain, expulsée et obligée de dormir sur les trottoirs crasseux  et poisseux. Rika marcha d’un pas de velours tel un fantôme du passé, se souvenant partiellement de ce quartier, autrefois, joyeux et convivial. La demoiselle passa même devant une vieille dame, qui était en train de se faire chiper un morceau de pain qu’on lui avait surement donné par bonté, elle résista à l’envie d’aider cette pauvre femme car leur mission incitée la discrétion et le sang-froid. La fin de la ruelle mena sur la gauche à une immense usine industriel dont les cheminées crachées de la fumée polluée  et infecte pour les poumons. De plus, trois hommes en habits de marine gardaient la porte telle des bouledogues, la jeune femme analysa les lieux d’un regard depuis son angle caché de la rue. Elle souhait une autre stratégie que de foncer dans le tas, ce qui ferait surement retentir l’alerte. L’usine se situait sur l’amont d’une rue principale que les deux  agents n’avaient pas pris la peine d’emprunter, ils l’avaient construit dans un espace dégagé de sorte à  sécuriser un maximum de zone.

Une idée insensée germa dans l’esprit de Rika, elle s’attribua un rôle de séduction  un peu spéciale, certes, il lui était déjà arrivé d’amadouer quelques hommes mais de la façon dont elle allait le faire. Toujours cachés à l’angle, elle jeta sa veste noire sur la tête de son partenaire, lui lança par la même occasion le long cylindre comportant son épée et lui tourna enfin le dos. Elle ne bougea pas quelques secondes en marmonnant des mots pas très respectables puis se détacha ses longs cheveux, qui tombèrent en cascade sur ses épaules et ses reins. Elle fit un rapide tour de 180° dans le but de se remettre face à Izaya et pose ses mains sur ses hanches campée d’une manière peu décente tout en sifflant entre ses dents :


-Bon vu que vous êtes un homme, est-ce que c’est assez pour attirer  suffisamment leur attention , ainsi, je vous laisse le soin de nous débarrassé de ces trois-là  ?

Elle baissa la tête pour lui faire diriger son regard vers le bas de son corps à partir du coup, elle avait déboutonné quelques boutons rendant sa chemise véritablement plus décolletée que d’habitude  et ayant remonté sa mini-jupe de quelques millimètre. Elle reçut un silence pour réponse, ce qui pouvait en dire long surtout que le visage de son comparse était imperturbable et concentré.  Peu patiente et peu ravie d’en doser elle-même le personnage d’une fille frivole et ingénue, toutefois, elle s’était rappelée d’un ou deux épisodes lorsqu’elle était Vice-Amiral.                                                              
Une fois, en pleine discussion avec Riku sur une affaire plus ou moins importante, une des rares discussions sans entourloupes de l’un ou de l’autre. Une colonelle entra dans le bureau en une bourrasque afin de donner les informations qu’avait souhaité Riku. L’élément, qui avait le plus  interloqué Rika, n’était pas son arrivée mais son style vestimentaire plutôt léger et décolleté et sa voix suave qui s’adressait au supérieur des deux femmes. Elle avait observé la scène en silence pour percevoir la réaction de son ami qui semblait ne pas se rendre compte des efforts effectués par la colonelle pour le séduire.  Le rapport étant terminé et que l’Amiral la congédia gentiment, Rika aperçut la tête renfrognée de sa subordonnée, ce qui la fit éclater de rire pendant un bon moment. Riku ne sut jamais pourquoi bien qu’il est osé lui demander à quoi était dû ce rire moqueur.
Aujourd’hui, cela était à son tour de jouer la séductrice innocente, sans un mot, elle sortit de sa cachette adoptant  un visage de jeune femme bécasse et idiote. Quand elle vit les trois hommes, elle secoua la main en l’air en accourant vers eux d’une démarche assez tape à l’œil, s’écriant d’une voix fluette et enjôleuse :

-Oh vous êtes mes sauveurs, messieurs !!

-Qu’est-ce qu’il vous arrive jolie demoiselle. Dit un des gardes un sourire aux lèvres

-Je me suis perdue, je désire aller à la fête en l’honneur de l’exécution de Gold Roger mais j’ai du prendre une mauvaise intersection en cours de chemin, du coup, je me suis retrouvée dans ces quartiers tout moche et tout sale. Vous savez, je suis toute seule et c’est la première fois que je viens sur cette île.

-Nous pouvons vous donner une carte car nous devons garder cette usine de déchets, on ne sait jamais avec ces terroristes de Justice Heart.

-Ah oui ces méchants qui font des dégâts et qui massacrent des pauvres marines ? Ils sont franchement sans cœur, on devrait les mettre au fer et les laisser mourir de faim pour leur crime. [color=#9900cc]S’exclama  Rika d’une fausse voix choquée. Mais s’il vous plait, venez faire un petit bout de route avec moi, rien qu’un tout petit et après vous me montrer la voie à suivre pour arriver sur la place du village. Allez, je vous en prie, au moins quelques mètre comme cela vous pourrez encore surveiller du regard l’usine et puis vous protégerez des potentiels mendiants qui seraient capable de me sauter à la gorge. Ajoute-t-elle en suppliant les mains dans celles d’un marine en clignant des yeux.

-Très bien, nous vous guiderons un peu, il serait impoli de ne pas aider une si belle jeune demoiselle en détresse. Accueille le premier garde qui s’était adressé à elle en lui caressant le menton.

Celui-ci lui posa un bras sur l’épaule de Rika après un regard étrange à ses compagnons, il la conduisit sur la route principale suivi des deux autres. La jeune femme espérait qu’Izaya agirait assez vite étant saisi d’un mauvais pressentiment, elle ne voulait pas mettre en échec  la mission par le simple d’avoir  tué des gardes devant témoins ou non à causes d’intentions malveillantes.

_________________~
Rika's Theme
Battle Theme

[/spoiler]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Izaya Nakushi
Chef d'unité
Chef d'unité
avatar

Messages : 57
Date d'inscription : 11/04/2013
Age : 26
Localisation : Dans le coeur de Rika *_*

Caractéristiques
Riyals:
2400/15000  (2400/15000)
Prime: 20.000.000
Fruit du Démon: Migi Migi no mi/ Fruit des droits

MessageSujet: Re: La révolte commence...   Lun 19 Mai - 10:08

L’usine était vraiment gigantesque, les cheminés de cuivre et de fer relâchaient une vraie purédepois dans le ciel assombrissant le soleil par intermittence, j’ignorais ce qu’ils faisaient bruler mais c’était en gigantesque quantité, un étrange sentiment me préoccupais à la vue de cette usine. S’il s’agissait d’une simple couverture, pourquoi en faire autant, en l’état ça aurait plutôt tendance à attirer l’attention. Savaient-ils que nous étions présents ? Comptaient-ils nous tendre un piège ? Mon cœur commençait à avoir de sérieux doutes à ce sujet. A peine eu je le temps d’observer que ma vue se retrouva bouché soudainement. Au contact je sentis que c’était la veste de Rika, ce qui me surprit, mais je n’eus pas le temps de poser la question qu’elle me jeta son fourreau ainsi que son sabre que je me pris dans le ventre. Je repris mon souffle lorsqu’elle me tourna le dos pour se détacher ses longs cheveux. Je fus interloqué, jamais je ne l’avais vu avec ses cheveux détachés. Je ne pus m’empêcher de rougir tandis qu’un vent soudain se leva, les faisant s’onduler de façon envoutante. Malgré son caractère insupportable il me fallait admettre que c’était une très belle femme. Puis elle se tourna rapidement vers moi, prenant une pose surprenante lorsque l’on connaissait Rika. Enfin elle me demanda si ça suffirait pour séduire un homme.

Je sentit alors le rouge monté jusqu’aux oreilles, tels des brasiers qui s’allumaient dans mes joues, mais mon orgueil me forçait à ne rien laisser paraître, seul un silence résonna entre nous tandis qu’elle s’éloignait. La voir faire son jeu de séduction dans l’ombre me donna des frissons dont j’ignorais la provenance exacte, cependant je sus lorsque je vis l’un d’eux caresser son menton je me mis à serrer mon poing, sans doute dut à l’importance de la mission. Ils s’éloignèrent soudain, l’un d’eux prenant Rika par l’épaule. Je me mis à les suivre, après avoir placé un tracé le sceau de loi occulaire afin de mieux percevoir leurs mouvements et anticiper leurs réactions. Je commençai à sortir mon sabre de son fourreau avec mon pouce, remarquant que l’un d’eux comptait se mettre en arrière, j’attendis juste quelques secondes qu’il soit hors de vue des deux autres et portant ma main sur sa bouche je le transperçai de ma lame de part en part avant de pousser son cadavre d’une falaise pour ne pas attirer l’attention. Je continuai alors ma filature attendant le bon moment pour agir. Rien à faire les deux autres refusaient de se séparer, j’entendis le marine aux cotés de Rika rigoler avec elle tandis qu’il lui porta une main à un endroit peu convenable. Je n’eus aucun mal à imaginer dans quel état il serait si elle avait eu son sabre à cet instant mon sang commençai à bouillir, ces chiens de la marine se croyaient tout permis depuis que le nouveau généralissime avait été nommé. On entendit au loin les festivités commencé, signe que nous nous approchions et que je devais agir vite. . Je sortis alors le sabre de Rika me préparant à faire d’une pierre deux coups. Je les transperçai tous les deux, en m’assurant d’éventrer celui qui avait touché Rika.

- Vous avez eu de la chance, c’était bien trop simple, ça n’est pas en vous détachant les cheveux et en ouvrant un peu votre chemisier que ça suffira toujours, rappelez-vous, c’était des soldats qui n’ont sans doute pas vu de jolies filles depuis des mois. Alors ils allaient prendre la première fille qui leur tombait sous la main, surtout que j’ai déjà vu mieux que vous.

Des taches de sang couvraient mes vêtements. Etant encore fraiches, elles pourraient être nettoyés dans l’océan à côtés de nous car en l’état on ne peut pas faire moins discret que moi. Mais je purifiai d’abord ma lame du sang de mes victimes qui ne méritent pas que je laisse un peu d’eux sur mon sabre. Nous nous dirigeâmes ensuite sur la plage pour nettoyer les taches de sang, je fus forcé à me mettre torse nu afin de pouvoir nettoyer mes vêtements correctement. L’écume de l’océan venait me frapper m’éclaboussant au passage, je vis alors le regard de Rika me fixer l’air impassible comme à son habitude. Difficile de savoir dans ces moments ce qu’elle pense réellement. Le soleil tapait fort à son zénith et il nous fallait faire vite pour accomplir notre mission. Je renfilai mes vêtements à peine secs et nous nous remîmes en route, débarrassés de l’avant-garde. Durant le trajet nous entendîmes au loin des cris de joies, des rires fusés de la fête et une partie de moi regrettai alors de ne pas pouvoir y assister tandis qu’une autre était écoeuré de voir ces gens fêter la mort d’un pirate qui a été persécuté par la marine. Nous arrivâmes de nouveau en face de l’usine, la cour était vide à présent et nous nous dirigeâmes vers l’entrée, la porte de métal nous séparant de l’intérieur était assez rouillée et il nous était impossible de prédire le nombre d’ennemi. Je mis la main sur la poignée de mon sabre me préparant à entrer. Soudain je vis une fenêtre donnant à l’intérieur qui nous renseignerait au moins un peu. Je m’approchai alors et jeta un coup d’œil discret. Je regardai d’abord vers la porte car nous serions vulnérables à ce moment-là. Je vis alors deux gardes. Un nous tournant le dos placé derrière une caisse en face de la porte. Le second est installé sur une plate-forme en hauteur à gauche. Dans le reste de la pièce je vis quatre gardes supplémentaires. En résumé les choses ne seront pas simples. Enfin je cherchai un moyen de tout détruire mais sans résultat. Je retournai près de Rika pour lui expliquer la situation. Vu qu’elle gérait la mission c’était à elle de décider.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rika Kayama
Général
Général
avatar

Messages : 146
Date d'inscription : 09/11/2011
Age : 23
Localisation : Dans le coeur de son namoureux Izaya :3

Caractéristiques
Riyals:
5890/15000  (5890/15000)
Prime: 80.000.000
Fruit du Démon: Soumoku Soumoku No Mi

MessageSujet: Re: La révolte commence...   Sam 28 Juin - 5:31

La jeune femme aux longs cheveux azurés descendit vers la fête qui battait déjà son plein, flanquée de crétins de la marine doublés de pervers. La preuve en était qu'elle sentait, que la main de l'homme à ses côtés se dirigeait de son épaule au bas de son corps passant par le dos puis s'arrêta au niveau du fessier. Des frissons de rages lui remontaient le long de la colonne vertébrale alors que son dégout pour la gente masculine ne faisait que de croître. Son entourage ne comprenait pas et n'admettait pas que la demoiselle puisse être aussi froide avec les hommes, Riku notamment la poussait à être plus "douce et gentille". Rika n'envoyait pas l’intérêt notamment lorsqu'elle s'aperçoit que les femmes sont souvent perçues comme des jouets pour des besoins primaires. Elle ruminait qu'Izaya prenne autant de temps, quel boulet celui-là ! Cela, ne lui aurait pris que 10 secondes tout au plus, à croire, qu'il aimait la voir dans ce genre de situation et peut-être en être témoin. Grisée d'impatience, elle se prépara à riposter, ressentant l'étau se refermer sur elle, ah non cela n'allait pas se passer comme ces abjects personnages le désirent. Au moment où le marine, pressé de débuter les choses, la poussa violemment dans un coin d'ombre, cependant, il ne put continuer à s’assouvir ses pulsions de bêtes en rut, qu'une lame reconnaissable de l'épée de Rika l'embrocha de part en part. Le sang jaillit comme une fontaine après que l'arme blanche fut extraite du corps pourri du soldat. Soulagée de ne pas avoir eu recours à ses poings pour malmener cet homme quoique cela lui ait fait un bon défouloir pour la journée, qui sait, elle y aurait surement pris du plaisir. La générale envoya un regard pleins de reproches à son coéquipier, qui s'était attardé à son gout, l'idée de se voir dans les bras de cet inconnu si brute et avide l’écœurée. Le chef d'unité n'arrangea pas les choses car il n'hésita pas à la critiquer sur sa façon de s'être prise au jeu des allumeuses, lui affirmant même que ce numéro n'aurait pas marché sur tout le monde. L'envie de lui offrir un poing dans la figure comme réponse était plus qu'alléchante mais Rika se retient de lever la main sur son subordonné insolent, qui lui sortait par les yeux.

Milord dont les vêtements étaient souillés insista pour faire un petit détour enfin allé les nettoyer à la plage la plus proche, encore une perte de temps, pourquoi le sort était contre elle ? Pourquoi ne pas vouloir conserver ces taches de sang, cela démontrer qu'il n'avait pas froid aux yeux devant ses ennemis mais non, il fallait que monsieur Nakushi se pomponne avant de partir au combat. Si Rika s'écoutait, elle aurait déjà pénétré l'enceinte de l'usine pour faire son boulot, elle concevait que l'imprévu existe mais pas un simple caprice de diva. Toutefois, silencieuse, la jeune femme suivit son partenaire descendant rapidement vers la mer. Ces cheveux de jais flottèrent au rythme du vent tandis qu'il retira ses habits du haut. Une vue sur le torse nu du jeune homme s'offrit à Rika, cette dernière, n'en détourna pas ses saphirs mais enfila un visage impassible à la moindre pensée. La générale éternisa son regard sur le spectacle devant elle avec un intérêt particulier surtout la tache dans laquelle Izaya s'appliquait avait un certain charme. De plus, le cadre où ils étaient, était plutôt sublime, le soleil venait se refléter sur les vaguelettes de couleur bleu roi, un bleu très rare même si Rika avait parcouru pas mal d’endroits sur le globe mise à part le nouveau monde. Son esprit sembla émerveillait par la vision qui lui était accordé de l’admirer, néanmoins, la partie rebelle de sa personnalité lui flanqua une bonne claque mentale afin de reprendre ses esprits. Aussitôt, elle détourna les yeux de sa contemplation, lançant d’une voix assez glaciale et grincheuse avec les bras croisés :


-Bon c’est fini le brin de toilette prima donna ? Je ne sais pas si vous êtes au courant qu’on est en mission et non en vacances, si vous vous ne magnez pas, j’y vais seule.

La mauvaise humeur et l’irritation s’installa en elle tels une trainée de poudre, la générale se détourna de son partenaire d’un dédaigneux puis se mit à marcher de manière nonchalante vers l’usine à tracs. Rika le sentait, la journée allait être très très longue et cela ne faisait que commencer, accélérant le pas en espérant que l’autre guignol se dépêche de la suivre. Arrivée devant la porte d’entrée, elle s’arrêta net et se plongea dans sa réflexion dans le but de franchir la firme sans se faire repérer. Elle savait se faire discrète grâce son pouvoir, toutefois, cela était seulement dans un environnement végétale et remplissant tous les critères sinon, elle était plutôt du genre à foncer dans le tas. En l’occurrence, Riku désirait qu’ils se fassent tout petit, sur le principe, elle respecterait son ordre mais si cela était impossible, tant pis ! Ils n’iraient pas par quatre chemins, ils se devraient de les tuer jusqu’au dernier enfin en dernier ressort. Calculant les possibilités qu’ils leur étaient présentés, pas énormément, si ce n’est…..
Une voix apparut dans sa tête, une voix criante et dérangeante, ses pensées revirèrent vers la réalité où Izaya l’interpellait en chuchotant tandis qu’il lui désignait une fenêtre de la tête. Exaspérée, elle se rapprocha de lui afin qu’il lui explique sa trouvaille : Six hommes étaient postés dans la pièce sur laquelle donnée l’ouverture vitrée dont cinq au sol répartis de manière à ce que chacun voit un angle différent et un autre scrutin le hall d’entrée depuis une plateforme située à 3m au-dessus. L’œil avide de son coéquipier lui fit comprendre qu’il attendait les directives à prendre pour la suite du programme. Rika se mit sur la pointe des pieds pour épier ce qui se passait à l’intérieur et mémoriser les positions exactes de leurs ennemis. Son coté stratège vint à la surface concoctant un plan d’attaque avec les informations fournis, un sourire se glissa sur son visage, un sourire démontrant sa soif de combat, sa détermination et sa rage. La jeune femme murmura à l’adresse d’Izaya d’un air satisfait d’elle :


-Voici ce que l’on va faire : Vous allez tout d’abord jeter votre sorte d’illusions sur les deux marines les plus éloignés de nous, c’est-à-dire ceux qui sont tous à notre gauche. Lorsque cela fera effet, nous nous infiltrons à l’intérieur pendant la confusion, je m’occuperai des soldats en bas et vous, je vous confie celui sur l’échafaudage. Mais, je vous conseille d’être rapide avant qu’il n’alerte ces petits copains.

Rien de très extraordinaire mais cela serait une combinaison de leur fruit du démon respectif, lui définissant une zone piégeant ses adversaires et elle avec ses plantes achevant le travail sans faire de quartier. Elle se posta contre le mur sous la fenêtre afin d’entendre le moindre signe de démence ou d’anarchie, elle préparait déjà ses mains pour que son partenaire monte le premier par la vitre dans que le dessein de profiter du désordre pour liquider rapidement sa cible. Rika fixa Izaya curieuse de savoir comment marcher exactement sa faculté, elle l’avait observé faire de nombreuses fois mais elle trouvait dans le fonctionnement quelques chose de mystérieux et incompréhensible. La demoiselle en était venue à penser de la même chose de son détendeur, qui était peu bavard, solitaire et insaisissable. A se questionner si les fruits du démon ne sont pas le reflet d’une infime partie d’eux-mêmes bien que les pouvoirs sont transmis de façon hasardeuse. Pour sa part, Rika n’avait pas à se plaindre, elle était dans la capacité de communiquer avec une nouvelle autre espèce que celle des humains, certes, pas avec des mots mais des sensations et des émotions précis.
Soudain, des cris d’effrois retentirent à ses tympans, ni une ni deux, elle fit signe à Izaya d’y aller en lui indiquant ses mains jointes pour l’aider à monter. Ensuite, grâce à une racine assez résistante pour supporter son poids, la mena au rebord de l’ouverture, la jeune femme s’y glissa alors que les deux soldats désignés de sa main étaient comme possédés, leurs alliés vinrent les ressaisir mais c’était déjà trop tard. Les pauvres s’agitaient en hurlant qu’il y avait des monstres dans la pièce avant que les deux se retournent l’un contre l’autre ayant l’air de croire que l’autre était une menace


-Cela me surprendra toujours, cela dépasse mes espérances à ce stade, des fois, je suis sordide comme fille. Hum..Vont-ils s’entretuer à présent ? Ils me faciliteraient bien la tâche, c’est très aimable à eux. Songea Rika peu compatissante, se cachant derrière la caisse au beau milieu de la salle, dissimulée au regard de tous

Le vœux de la demoiselle se réalisa, l’un des deux fut vaincu la tête en moins, ce n’était pas glorieux mais Rika avouait que c’était un sacré spectacle surtout qu’après le survivant se jeta sur ses compagnons avec un mouvement de rage et de désespoir. Deux tombèrent de sa main mais la mort rattrapa la folie du soldat aidé du dernier soldat mort de trouille, qui l’avait tué par un simple réflexe de survie. Ce dernier pleura et vomit de suite après sa prestation, Rika sortit de sa cachette déçue de voir qu’elle devrait finalement se souiller du sang de ses ennemis si vite. Elle fit un coucou au soldat pétrifié par l’horreur qui s’était produit sous ses yeux, qui se releva en levant son épée devant lui. Quant à la jeune femme, elle s’avança vers lui avec un sourire joyeux et innocent presque de mauvaise augure tout en levant les mains vers le haut, soudain, une plante explosa le sol à côté du marine et l’entoura tel un serpent affamé. Cette fleur ressemblait à s’y m’éprendre pour une plante carnivore qui mangeait les petits insectes sauf que celle-là avait la taille d’humain et encore la description est inexacte vu qu’elle pouvait grandir. La fleur s’épanouit en s’ouvrant pour laisser apparaitre ses multiples dents avant de gober le soldat sans remord, le pauvre homme vu son cri s’évanouit dans la bouche de sa meurtrière. Rika ne rata pas une miette de la scène, contente de voir que la nature reprenait lentement sa revanche sur les hommes. Un long silence prit place où elle caressa la plante carnivore mais elle le rompit en se tapant les mains


-Ne nous attardons pas d’avantage, c’est loin d’être terminé.

_________________~
Rika's Theme
Battle Theme

[/spoiler]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Izaya Nakushi
Chef d'unité
Chef d'unité
avatar

Messages : 57
Date d'inscription : 11/04/2013
Age : 26
Localisation : Dans le coeur de Rika *_*

Caractéristiques
Riyals:
2400/15000  (2400/15000)
Prime: 20.000.000
Fruit du Démon: Migi Migi no mi/ Fruit des droits

MessageSujet: Re: La révolte commence...   Mer 2 Juil - 10:21

Une fois le plan exposé, je me levai pour m’éloigner un peu de la porte, visualisa dans ma tête le périmètre dans laquelle activé mon sort. Ceci fait je sorti mon sabre et dessina dans l’air les symboles nécessaire à la création de mon attaque. Les hurlements retentissant à l’intérieur permirent d’affirmer le succès de ma manœuvre. Le premier soldat voyait son voisin se transformer sous ses yeux en fantômes de sa femme, accompagné de son fils décédés alors qu’il était en mission. Ils le persécutèrent de reproches et d’insultes pour les avoir laissés mourir : « Comment as-tu pu nous laisser mourir ? » « Ta carrière dans la marine est toujours passé devant nous et tu vois où ça nous a menés ? » « Tu nous as tué papa !!! »

Assis dans un premier temps sur le sol en larmes, il finit dans un état de colère et de folie par sortir son sabre et s’attaquer à sa femme pour la faire taire.

Le second se trouvait dans un cimetière macabre desquels sortaient des zombies de marines et de pirates qui voulaient le dévorer. L’un d’eux avait un serpent qui sortait de sa bouche alors qu’il lui manquait un bras et une moitié de visage. Le deuxième mort vivant n’avait pas de tête mais pouvait avancer comme si de rien était, les bras en avant en train de l’attraper à la gorge pour serrer son cou. Avec eux une centaine de zombies s’approchaient de lui. Vu de l’extérieur on l’entendait hurler et essayer de retirer une main invisible à sa gorge. Il n’arrivait pas à exprimer un mot, persuadé d’être étouffé.

Vu de l’extérieur, les deux soldats se battaient rattrapés par la folie. Ce fut le deuxième soldat qui décapita le premier, le sang giclant sur ce dernier avant que le cadavre s’écroula dans une mare écarlate sous le regard horrifié des autres soldats. Ce fut une excellente diversion tandis que je montai un par un les marches métalliques menant à la plateforme qui nous surplombais. Le soldat âgé d’une trentaine d’année observait la scène avec effroi sans me voir arriver derrière lui. Je lui transperçais alors la gorge lui coupant ainsi les cordes vocales pour l’empêcher de crier pour avertir ses camarades. En phase d’infiltration c’était une méthode que je me plaisais à utiliser. Rapide et efficace elle avait le cas échéant l’utilité de faire couler du sang abondamment pour arriver à la vue d’un autre ennemi qui avait la bêtise de s’approcher pour voir de quoi il s’agissait. Je me stoppai deux secondes pour observer le visage de celui que je venais de tuer. Il n’avait rien de particulier, pas de cicatrice ou de tatouage, aucun signe distinctif. Un vrai monsieur tout le monde, comme les gens disent. Son visage était marqué par la douleur de mon coup et son regard de surprise et d’effroi était très représentatif. Il pensait faire le bien, défendre la population. J’avais pitié de son ignorance et c’était le genre de personne qui aurait voulu se battre contre l’injustice. Combien de personnes devront mourir pour que l’humanité ouvre les yeux sur le gouvernement et la marine ? Peut-être avait-il une femme, ou des enfants qui attendaient une permission pour le revoir. Aux yeux de ces gens je serai sans doute le bourreau de cet homme ou bien l’ange de la mort. Mais le véritable fléau, celui contre qui nous nous battons, reste ce système militaire corrompu. En m’excusant intérieurement et en le remerciant de son sacrifice, je fermai ses yeux et sa bouche. Il semblait alors en paix. Je me relevai ensuite en considérant que j’avais fait ma part du travail, il suffisait juste que Rika fasse la sienne. Je profitais de ma hauteur pour observer la scène et m’assurer que rien d’imprévu n’arrive. Mais sans surprise Rika avait déjà éliminé les derniers ennemis sans difficultés.

Je remarquai un air de satisfaction sur son visage, comme si elle s’amusait. Etant en symbiose avec la nature, sans doute était-elle un tant soit peu instinctive et pouvait par conséquent se laisser aller dans une certaine sauvagerie de manière modérée. Je descendis alors les marches de métal pour passer dans la pièce suivante. Elle était gigantesque. Remplie de machine en tout genre, de longs tapis roulant sur des centaines et des centaines de mètres. De grandes fenêtres avec des barreaux blancs éclairaient grassement la pièce. Une véritable usine, toute équipée pour fabriquer des tracts à la chaine en nombre considérable. Le bruit du fonctionnement des machines était assourdissant, mais malgré cela il nous fallait trouver un moyen de tout faire sauter rapidement. Je remarquai tout de même étonnement qu’on avait de toute évidence vaincu tous les gardes. Dès cet instant je commençai à me méfier sérieusement. Cela faisait trop de facilité, les navires dans un premier temps et l’infiltration sur l’île et l’usine dans un second temps. Plus le temps passait plus le piège se faisait sentir à plein nez.


- Rika, nous devons nous méfier. Cette mission est beaucoup trop simple au vu de sa dangerosité. On a obtenu ces infos trop facilement et maintenant on n’a rencontré presque aucune résistance depuis notre arrivée.

Je préférai activer mes yeux améliorés afin de me faire surprendre le moins possible. Soudain j’entendis un bruit provenant d’une porte situé derrière les machines. C’était très faible à cause du tintamarre qui régnait mais j’étais sûr d’entendre du bruit. Je m’approchai et vit une gaine de ventilation un peu plus loin. Exactement ce qu’il fallait pour observer discrètement la situation. Je fis signe a Rika et utilisa mon sabre pour couper les barreaux afin de pouvoir passer. Je pris l’initative et m’enfonça dans cette zone étroite au possible. Je touchais les quatre parois qui nous encerclaient et il m’était difficile de progresser dans ce dédale. Je ne me fiais qu’au son pour me guider tandis que j’entendais Rika me suivre. Alors qu’on approchait d’une autre gaine qui pouvait être une sortie, je vis une trentaine de soldat menée par une femme qui faisait un discours apparemment. Elle était trop loin pour que je puisse la décrire mais sa voix était ferme et sûre d’elle. Il était fort probable que ceux que nous avions rencontré n’était là que pour s’assurer que personne ne rentre mais c’était le strict minimum. Je fus même légèrement angoissé, ne m’attendant pas à voir autant de soldat, les pensant tous à la fête. Je regardais Rika pour voir la marche à suivre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rika Kayama
Général
Général
avatar

Messages : 146
Date d'inscription : 09/11/2011
Age : 23
Localisation : Dans le coeur de son namoureux Izaya :3

Caractéristiques
Riyals:
5890/15000  (5890/15000)
Prime: 80.000.000
Fruit du Démon: Soumoku Soumoku No Mi

MessageSujet: Re: La révolte commence...   Jeu 28 Aoû - 4:57

Le partenaire de la jeune générale pénétra sans hésitation dans la pièce annexe, une grande salle totalement déserte et mieux encore, remplie de machines en tout genre. Rika ne connaissait en rien le domaine de l'industrie, cependant, il était facile de constater qu'il s'agissait d'engins à fabriquer des tracts pour de la propagande ou bien des avis de recherche. Elle s'approcha de l'une d'entre elle pour confirmation, l'engrenage tournait d'un ton rauque et continu, au bout de celle-ci, des feuilles de papiers tombèrent dans un grand panier. Des photos de célébrités plus ou moins connues y étaient affichées avec une somme de berrys accolée, elle fouilla rapidement pour s'informer sur les différentes têtes mises à prix: révolutionnaires, pirates et membres de Justice Heart où Riku apparaissait la majeure partie du temps. Rika ne put s'empêcher de rire jaune, même en tant que traite, il possédait toujours une notoriété inégalée à croire que le gouvernement le craignait plus que toute autre personne. Peut-être avait-il raison, on devrait avoir peur de ce dont on ignore, cela éviterait des pertes inutiles. D'un geste exaspéré, elle jeta les morceaux de papiers dans le réceptacle, s'attarder en ces lieux inoccupés était scabreux. Bien trop au gout de la demoiselle, qui n'appréciait de moins en moins cette mission, elle s'était préparée à une mission de routine sans incidence pourtant la tournure avait pris dès le début une voie différente, pas que cela ne lui déplaisait pas. Toutefois, elle détestait se lancer dans quelques chose qu'elle ne pouvait pas elle-même contrôler, l'impression de se faire balader devenait plus que palpable et cela, elle ne le supportait pas. L'envie de détruire toutes les machines présente en faisant un boucan monstre afin d'attirer l'attention des quelques résidents était irrésistible au moins il y aurait de l'action et Rika saurait directement où elle pose les pieds. Mais évidemment, un certain tyran ne lui laissait pas le choix, il fallait absolument agir discrètement pour le bien de l'organisation et blabla....

On la tira de nouveau du souvenir d'un discours rébarbatif sur les bienfaits que Justice Heart apportera au monde grâce à ses agissements et ses objectifs, de quoi s'endormir sur le bureau du commandant pendant une bonne heure avant qu'il les relâche avec un certain mécontentement au niveau de l'attention légère que suscitait Rika à ses paroles. Izaya lui désigna tout d'abord une porte à travers laquelle on percevait des bruissements, la demoiselle ne les entendait qu'à cet instant signifiant qu'elle avait baissé sa garde, puis, il l'amena jusqu'à une grille d'aération. Sans un mot, il trancha les barres de ferraille comme si de rien était avant de s'infiltrer à l'intérieur, son intention était sans nul doute de pénétrer plus loin dans l'usine afin d'en apprendre sur ce qui s'y tramait. Il n'était pas du tout idiot comparé à la plupart des petits soldats de la Marine, qui exécute les ordres sans la moindre réflexion ou certains membres de l'organisation galvanisés par l'admiration et la justice. Il comprenait que cette facilité était dérangeante et donc qu'il y avait forcément anguille sous roche, ainsi, il comptait contourner l'obstacle pour gagner du temps et peut-être espionner par la même occasion. Rika l'aurait complimenté sur sa réactivité et son sens avisé mais malheureusement pour lui, sa fierté était telle qu'elle n'adressait jamais des éloges à qui que ce soit même si le travail fourni était à la hauteur de ses attentes. La générale fit prestement le tour des machines à pas de loup dans le but d'y dissimuler des bombes, celles-ci exploseraient à l'aide d'un bouton déclencheur qu'elle gardait à l'abri sur elle, leur tâche étant principalement la destruction du bâtiment. Elle s'engouffra dans le conduit métallique pour rejoindre son compagnon, qui s'était arrête soudainement au niveau d'une sortie de ventilation. Il semblait intéressé par ce qu'il observait par la gaine. Un groupe de soldat prenait sérieusement le salut militaire de la Marine face à une silhouette féminine, cette dernière entamait une homélie d'un air grave malgré le fait que sa voix soit mélodieuse et presque suave:


-Chers amis, aujourd'hui, nous fêtons le centenaire de l’exécution du non moins célèbre pirate Gold Roger, j'ai conscience que vous aimeriez festoyer la joie de notre victoire sur lui et sur les criminels que nous avons jugés justement. Néanmoins, le chemin est long et semé d'embuches avant d'éliminer toutes les menaces de ce monde. Croyez-moi, j'aimerai pouvoir vous délier les mains de ce fardeau du jours au lendemain mais vous-mêmes avez choisi la voie de la justice et de la paix, je suis fière de vous braves soldats. Notre Généralisme et moi avons besoin de toute votre aide aussi petite qu'elle soit, grâce à nous et notre travail acharné, depuis deux ans, les criminels nous craignent fuyant tels des gibiers apeurés et remplissent nos cachots. Même si une faction dissidente à décider de nous défier, nous céderons pas au chantage et à la peur, Justice Heart est un insecte dont il faut se débarrasser et particulièrement de ce traite de Kaisuki. Nous nous rapprochons d'une ère où la terreur et la guerre n'existeront plus, nous sanctifierons ce jour et nous pourrons célébrer pendant des siècles et des siècles le courage des guerriers morts pour la bonne cause. Alors ne désespérez pas de rater cette fête, haut les cœurs pour la gloire de la Marine et de la justice !!!!

Le silence régna lors de quelques secondes avant que fusent les acclamations des marines conquis par tant de fausses paroles. Ou était l'impartialité dans le fait d'exécuter des pirates sans le moindre procès équitable ? Où était la vie paisible lorsque la Marine malmenait la population des iles pour connaitre des renseignements ou juste par stupidité et orgueil ? Rika aurait aimé crier ces doutes directement à la jeune femme, jeune femme qui lui paraissait familière dans la gestuelle, la démarche et notamment la voix. La générale fit un effort de concentration sur l'oratrice de l'assemblée, elle ressentit un frisson désagréable dans le dos au moment où ses soupçons se confirmèrent, le dégout l'envahit de suite. La vision de cette marine ne lui faisait pas plaisir car elle l'avait côtoyé pendant un temps sous la Marine avant sa désertion, leur relation avait été délétère de A à Z. Rika ne supportait pas à l'époque cette femme de deux grades inférieurs à elle, elle était et reste une très belle jeune femme au visage ravissant, aux cheveux d'ébènes et au corps élancé sans un défaut bien qu'elle appartienne à un rang en-dessous de Boa pourtant elle savait faire tourner la tête de tous les soldats même les plus gradés. Riku lui avait lancé une ou deux boutades au sujet de leurs mésententes mutuelles sous-entendant que l'ancienne Vice-Amiral était jalouse et envieuse, ce qu'elle nia d'un bloc à chaque fois. La beauté n'avait aucune importance pour la demoiselle, cependant, elle n'appréciait pas le comportement hautain et adepte de la promotion canapé d'Ayane Yatochi, elle était l'une des seules personnes à l'appréhender. Un épisode marquant lui revint en tête concernant une conversation entre les deux femmes....


Revenue d'une mission sous les ordres de l'Amiral Kaisuki à Marineford lors d'un bel après-midi ensoleillé où les fleurs s'épanouissaient sous les rayons ardant de l'astre solaire. Rika, nouvellement promu Vice-Amiral par des supérieurs plus ou moins contents de son attitude à leur égard et de ses missions, se dirigea sans autre façon vers sa chambre pour se reposer et qui sait s'occuper de ses chéries. Elle traversa nonchalante les couloirs sombres du QG, ne rencontrant que deux ou trois clampins au passage dont son Amiral, autant dire que c'était inhabité. Après un croisement, elle s'aperçut d'un galbe féminin affalée contre un mur entrain de se limer les ongles, n'ayant pas grand intérêt à discuter avec ses comparses, elle ne prit pas la peine d'adresser le moindre mot avançant d'un pas indifférent.


-Tiens, le toutou de l'Amiral Kaisuki est de retour, hourra !!Lance une jolie voix mielleuse provenant de la femme contre la parois. Tu ne dis rien, tu veux probablement un susucre pour qu'on puisse t'apprendre les bonnes manières. Ajouta Ayane remarquant que son premier pique n'avait pas atteint sa cible

-Je n'ai rien à répondre aux provocations futiles d'une femme dans ton style. Répliqua Rika en s'arrêtant net sans même lui accorder un regard.

-Hum quel style ? J'ai au moins plus de classe et d'élégance qu'une insolente telle que toi, les hommes de la Marine m'aiment pour ce que je suis, ce qui n'est pas le cas de tout le monde.

-Ils sont seulement subjugués par tes atouts plus que vulgaires Sourit Rika en inspectant Ayane de haut en bas. De plus, ils ne se rendent pas compte de ta prétention et tes mœurs très légères pour montrer en grade.

-Tu es jalouse car ils admirent ma grâce et mon intelligence alors que tu n'es rien d'autre qu'une sauvage qui prouve son incompétence en désobéissant et en saccageant tout sur ton chemin.

-Pour l'intelligence, tu repasseras mais je t'accorde que tu es assez subtile pour entuber les hauts gradés avec qui tu fais mumuse à toute heure de la journée. Au fait, quand est-ce que l'un d'eux accepte de te nommer Vice-Amiral ? Cela traine, tu ne trouves pas ? Tu es en baisse de régimes ces derniers temps, il faudrait que tu écartes un peu plus les jambes Ayane, non ? Ah attends, la raison n'est pas que tu commences à avoir des crampes à force ? Ricana la Vice-Amirale se détournant de son interlocutrice, pensant joyeusement lui rabattre son caquet afin de reprendre sa route.

-Ne t'inquiète pas pour moi, je prends tout mon temps avant de te faire face en tant que rivale hiérarchique. Toutefois, je devrais compléter mon tableau de chasse et j'ai gardé justement le meilleur pour la fin, cela te ferait plaisir que j'aille voir ton cher maitre après tout, il ne manque plus que lui et puis, je penserais très fort à toi.

-Eh bien, je te souhaite bon courage car tu te feras très bien recevoir. Il est marié à Boa Hancock l'impératrice pirate, qui est par ailleurs la plus belle des femmes et il l'aime plus que tu ne saurais jamais aimer donc ce n'est pas une greluche qui arrivera à le manipuler si facilement.


-Certes, il sera très difficile à convaincre mais il reste un homme, sache que cela les démange à la moindre pensée perverse. De plus, pourquoi il ne m'accepterait pas alors que vous êtes proche l'un envers l'autre. J'ai beaucoup plus de valeurs que toi sur tous les domaines et même les plus intimes, un peu de charme et il oubliera son amour en un claquement de doigts, je sais très bien y faire. Murmure Ayane au creux de l'oreille de Rika pour que personne ne puisse l'entendre à part elle.

-Écoutes-moi bien la geisha, je ne joue plus à tes petites manœuvres immatures et sales. Je t’interdis de t'approcher et de rentrer en contact avec lui. Si tu tentes quoique ce soit et que je l'apprends de quelques manières, je te promets une défiguration rapide et totale à tel point que tu passera de trainée du régiment, à laideron du siècle. Tu sais très bien que cela ne me dérangerait en rien et que je n'hésiterais pas un instant, si c'est pour protéger cet imbécile d'Amiral. Chuchota une Rika dans une fureur noire, armée d'un regard violet sanglant tandis qu'elle plaqua violemment l'officier contre le mur, qui vibra sous la force du choc, ...Une dernière chose, demain entrainement à l'épée, prépare toi bien car tu vas morfler. Crois-moi, je vais faire en sorte que tu ne puisse pas y échapperS'adressa-t-elle une nouvelle fois en un souffle s'éloignant d'un grand pas vers sa chambre pour ne pas céder à la violence.

-.....Un jour.....Rika Kayama, je te tuerais de ma main...après t'avoir fait souffrir le martyr. Maugréa Ayane revenue de sa torpeur sous le tourbillon de rage qu'était la Vice-Amirale


Une main se posa délicatement sur son épaule, ce qui fit sortir la demoiselle de son songe lointain, pendant quelques secondes, elle se demanda la raison de sa présence dans un endroit aussi restreint jusqu'à ce que son regard croise celui de l'homme interrogateur. Elle fronça les sourcils et rejeta la main du jeune homme, zieutant le trou de ventilation, l'assemblée s'était dissipée, les marines avaient du reprendre leur poste car le hall était désertique. Remarquant l'air insistant d'Izaya, elle comprit qu'ils devaient se dépêcher d'agir, elle se claqua mentalement pour oublier cette scène obscène car ils étaient pressés par le temps. Ils auraient très bien pu repartir, cependant, Rika avait l'impression que leur mission n'était pas terminée et qu'une autre plus secrètement lui avait été confié: tenter de connaitre l'emplacement des autres usines de prospectus. Pour l'instant, le chef d'unité et la générale ne s'étaient pas fais repérer, ils pourraient continuer à fureter dans un délai suffisant tout en installant des bombes afin que les dégâts soient optimales. D'un hochement de tête, la jeune femme somma son équipier d'avancer alors qu'elle lui susurrait de sortir à la prochaine grille. Après plusieurs injures marmonnés par l'étroitesse du conduit causé par la très mauvaise humeur de la générale, ils trouvèrent un trou débouchant sur une sorte de grand entrepôt éclairé où y étaient stockés de nombreux cartons. Les deux membres de Justice Heart se mirent à fouiller les caisses truffées d'avis de recherche, le plus surprenant était que chaque boite détenait un nom de criminels accompagnés d'un bon millier d'affiche le visant.
Quelques choses attira les sens de Rika, un tas de petits containers était entreposé dans un coin sombre et isolé du hangar. Curieuse de savoir ce qui s'y cachait pour être aussi loin des autres monticules et néanmoins, méfiante grâce à son instinct qui ne la trahissait jamais. Alors qu'elle déballa un carton à la hâte, elle ressentit un frisson de faiblesse dans son corps, ce qui l'alarma sur la nature des objets. Ces craintes se justifièrent quand elle tomba sur du granite marin, qu'elle reconnut par la sensation de malaise qui l'envahit, en grand nombre et sous toutes ses formes notamment des armes. Elle tituba en reculant pour éviter d'entrer en contact avec ce minerai dangereux pour les détenteurs de fruits des démons. Quand tout d'un coup, elle entendit une porte métallique se refermer brusquement, ce qui lui glaça le sang.

_________________~
Rika's Theme
Battle Theme

[/spoiler]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La révolte commence...   

Revenir en haut Aller en bas
 

La révolte commence...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Un vent de révolte chez nos frères Mapuches ?
» [Tentative de révolte] Feodorowka (25/09/1457)
» Preval rejete lwa sou salè minimum nan e Benoit pa sanble kontan ak sa
» Visite d'État de la Gouverneure du Canada en Europe de L'est
» La révolte des étudiants de l’université d’État d’Haïti

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece ~ Evolution V2 :: Zone RPG :: East Blue :: Loguetown-